La pharmacie de demain; une discussion avec Catherine Phan, chef solution front office chez Pharmagest – Guillaume Villon de Benveniste

businessman holding phone with digital world map interface

Comment les technologies digitales peuvent-elles être utilisées pour bâtir la pharmacie de demain ? À quoi pourrait ressembler la pharmacie du futur ? Voici quelques questions que Catherine Phan et moi-même avons évoquées au cours d’une récente discussion.

Catherine Phan, Chef de solution chez Pharmagest, vient du milieu de la pharmacie, elle a fait des études de préparatrice en pharmacie, puis a passé 20 ans en pharmacie avant de rejoindre Welcoop et Pharmagest.

Welcoop est une coopérative de pharmaciens. Les actionnaires sont des pharmaciens. Ainsi la société est très attachée au métier de pharmacien, ce qui lui permet également d’innover en toute connaissance de cause.

Pharmagest aime apporter à ses clients des solutions innovantes. C’est pour ça que la société a imaginé il y a plus de quinze ans un logiciel de gestion d’officine qui sait communiquer, ce qui n’était absolument pas dans l’air du temps à l’époque. Ce logiciel équipe aujourd’hui 9500 pharmacies, ce qui équivaut à peu près à une pharmacie sur deux en France. Le maître mot pour Pharmagest c’est l’innovation.

La pharmacie du futur pourra disposer des éléments suivants :

  • Un linéaire digital, virtuel
  • Un pilulier connecté

Le linéaire digital

Dans son métier Catherine Phan est amenée à porter la vision de l’entreprise sur des applications, des solutions. L’idée du poste de chef solution est de traduire les idées d’innovation de la direction générale en offre solution concrète.

Par exemple, la direction souhaiterait réinventer le linéaire. L’idée du linéaire digital a été trouvée par le président du groupe. Ce dispositif permettrait d’apporter à la pharmacie, une image plus moderne. Un de ses avantages est de pouvoir y faire figurer des produits, comme le matériel médical tel qu’un déambulateur, qui n’est pas toujours facile d’exposer au grand public.

Il y aussi un gros potentiel d’exposition de gammes de parapharmacie et de médicaments OTC. On ne peut pas toujours exposer toute une gamme par faute de place, d’étagères trop petites… Ainsi avec le linéaire digital, le potentiel d’affichage est multiplié à l’infini. Un slide d’exposition va par exemple représenter une étagère, et il n’y a aucune limite sur le nombre de slides possibles. Sur chaque page d’exposition sont ainsi représentés approximativement une douzaine de produits, afin de maximiser la visibilité.

Le dispositif est tactile et l’utilisateur peut faire défiler avec le doigt les slides, visualiser les produits et trouver de l’information. Une fois le choix fait, l’opérateur, le pharmacien, est notifié de la commande, il la prépare et la dispense accompagnée de ses conseils. Telle est l’initiative du linéaire digital présentée au salon Pharmagoa 2015.

Depuis plus d’un an, Catherine Phan travaille sur le projet et sollicite beaucoup les pharmaciens. Une phase pilote est d’ailleurs en cours pour mesurer l’appétence pour le dispositif. La promesse client est donc de faire gagner du temps à un patient qui sait ce qu’il veut et la raison pour laquelle il entre dans une pharmacie. Plutôt que de faire la queue au comptoir, il va aller sur le linéaire, il va choisir ses produits, payer éventuellement, puis récupérer ses produits à un comptoir dédié. Un petit peu comme de la prévente. Pour rappel, Il faut toujours que la délivrance d’un médicament passe par les mains d’un pharmacien, ça fait partie des règles de déontologie.

L’observance et pilulier connecté

L’observance est un problème majeur. Et on peut maximiser l’observance pour des petits gestes au quotidien de la pharmacie. Par exemple, le pharmacien va rappeler à son malade par le biais d’une application malade qu’il a un traitement à prendre, ou qu’il a une ordonnance à renouveler. Ainsi Pharmagest a imaginé, soit dans des logiciels d’officine soit dans d’autres, d’apporter des outils, autant au pharmacien en lui-même, qu’au pharmacien et au malade.

Il y a par exemple une application gratuite, mapharmaciemobile qui permet au pharmacien de s’identifier sur un compte mobile et de permettre aux patients de les situer. Elle permet aussi d’établir une communication entre le client, et le pharmacien auquel il est rattaché, via un canal sécurisé. Ce qui autorise l’échange d’ordonnances par exemple, puisque Pharmagest est agrégé hébergeur de données de santé.

Grâce à un pilulier connecté, Pharmagest peut monitorer la consommation des médicaments par des personnes qui éprouvent des difficultés à suivre leur traitement. Comme il s’agit d’un pilulier intelligent, si le patient ouvre la mauvaise case, cela va générer une alerte qui va se répercuter sur le réseau de soin qui suit cette personne et qui va donc pouvoir agir en conséquence. Ainsi Pharmagest positionne le pharmacien en tant qu’acteur de santé publique et apporte une solution connectée.

Retrouvez l’intégralité de ce billet et ses photos ici

Lectures complémentaires

  • Pour une discussion abordant les freins à l’innovation dans le domaine de la santé, lire ce billet.
  • Pour parcourir les 7 grandes tendances du digital en compagnie de Nicolas Moreau, PDG d’AXA France, se rendre sur cette page.
  • Pour un article abordant l’influence du digital dans le parcours du consommateur, se rendre ici.
Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

La pharmacie de demain; une discussion avec Catherine Phan, chef solution front office chez Pharmagest – Guillaume Villon de Benveniste

businessman holding phone with digital world map interface 29th mai, 2015

Comment les technologies digitales peuvent-elles être utilisées pour bâtir la pharmacie de demain ? À quoi pourrait ressembler la pharmacie du futur ? Voici quelques questions que Catherine Phan et moi-même avons évoquées au cours d’une récente discussion.

Catherine Phan, Chef de solution chez Pharmagest, vient du milieu de la pharmacie, elle a fait des études de préparatrice en pharmacie, puis a passé 20 ans en pharmacie avant de rejoindre Welcoop et Pharmagest.

Welcoop est une coopérative de pharmaciens. Les actionnaires sont des pharmaciens. Ainsi la société est très attachée au métier de pharmacien, ce qui lui permet également d’innover en toute connaissance de cause.

Pharmagest aime apporter à ses clients des solutions innovantes. C’est pour ça que la société a imaginé il y a plus de quinze ans un logiciel de gestion d’officine qui sait communiquer, ce qui n’était absolument pas dans l’air du temps à l’époque. Ce logiciel équipe aujourd’hui 9500 pharmacies, ce qui équivaut à peu près à une pharmacie sur deux en France. Le maître mot pour Pharmagest c’est l’innovation.

La pharmacie du futur pourra disposer des éléments suivants :

  • Un linéaire digital, virtuel
  • Un pilulier connecté

Le linéaire digital

Dans son métier Catherine Phan est amenée à porter la vision de l’entreprise sur des applications, des solutions. L’idée du poste de chef solution est de traduire les idées d’innovation de la direction générale en offre solution concrète.

Par exemple, la direction souhaiterait réinventer le linéaire. L’idée du linéaire digital a été trouvée par le président du groupe. Ce dispositif permettrait d’apporter à la pharmacie, une image plus moderne. Un de ses avantages est de pouvoir y faire figurer des produits, comme le matériel médical tel qu’un déambulateur, qui n’est pas toujours facile d’exposer au grand public.

Il y aussi un gros potentiel d’exposition de gammes de parapharmacie et de médicaments OTC. On ne peut pas toujours exposer toute une gamme par faute de place, d’étagères trop petites… Ainsi avec le linéaire digital, le potentiel d’affichage est multiplié à l’infini. Un slide d’exposition va par exemple représenter une étagère, et il n’y a aucune limite sur le nombre de slides possibles. Sur chaque page d’exposition sont ainsi représentés approximativement une douzaine de produits, afin de maximiser la visibilité.

Le dispositif est tactile et l’utilisateur peut faire défiler avec le doigt les slides, visualiser les produits et trouver de l’information. Une fois le choix fait, l’opérateur, le pharmacien, est notifié de la commande, il la prépare et la dispense accompagnée de ses conseils. Telle est l’initiative du linéaire digital présentée au salon Pharmagoa 2015.

Depuis plus d’un an, Catherine Phan travaille sur le projet et sollicite beaucoup les pharmaciens. Une phase pilote est d’ailleurs en cours pour mesurer l’appétence pour le dispositif. La promesse client est donc de faire gagner du temps à un patient qui sait ce qu’il veut et la raison pour laquelle il entre dans une pharmacie. Plutôt que de faire la queue au comptoir, il va aller sur le linéaire, il va choisir ses produits, payer éventuellement, puis récupérer ses produits à un comptoir dédié. Un petit peu comme de la prévente. Pour rappel, Il faut toujours que la délivrance d’un médicament passe par les mains d’un pharmacien, ça fait partie des règles de déontologie.

L’observance et pilulier connecté

L’observance est un problème majeur. Et on peut maximiser l’observance pour des petits gestes au quotidien de la pharmacie. Par exemple, le pharmacien va rappeler à son malade par le biais d’une application malade qu’il a un traitement à prendre, ou qu’il a une ordonnance à renouveler. Ainsi Pharmagest a imaginé, soit dans des logiciels d’officine soit dans d’autres, d’apporter des outils, autant au pharmacien en lui-même, qu’au pharmacien et au malade.

Il y a par exemple une application gratuite, mapharmaciemobile qui permet au pharmacien de s’identifier sur un compte mobile et de permettre aux patients de les situer. Elle permet aussi d’établir une communication entre le client, et le pharmacien auquel il est rattaché, via un canal sécurisé. Ce qui autorise l’échange d’ordonnances par exemple, puisque Pharmagest est agrégé hébergeur de données de santé.

Grâce à un pilulier connecté, Pharmagest peut monitorer la consommation des médicaments par des personnes qui éprouvent des difficultés à suivre leur traitement. Comme il s’agit d’un pilulier intelligent, si le patient ouvre la mauvaise case, cela va générer une alerte qui va se répercuter sur le réseau de soin qui suit cette personne et qui va donc pouvoir agir en conséquence. Ainsi Pharmagest positionne le pharmacien en tant qu’acteur de santé publique et apporte une solution connectée.

Retrouvez l’intégralité de ce billet et ses photos ici

Lectures complémentaires

  • Pour une discussion abordant les freins à l’innovation dans le domaine de la santé, lire ce billet.
  • Pour parcourir les 7 grandes tendances du digital en compagnie de Nicolas Moreau, PDG d’AXA France, se rendre sur cette page.
  • Pour un article abordant l’influence du digital dans le parcours du consommateur, se rendre ici.
By
@coesteve1
backtotop