Bodet Software livre les résultats du Baromètre RH 2015, réalisé en partenariat avec le CXP

LIBERTE

Bodet Software et le CXP ont associé leurs compétences pour la huitième édition du Baromètre RH. Les deux entités ont interrogé directeurs, managers et salariés dans le but de mieux comprendre les processus de gestion des temps autour d’une grande question : quels sont les niveaux de confiance et de convivialité ressentis lors de l’utilisation de solutions de gestion des temps ?

Le Baromètre RH repose sur les résultats d’une enquête en ligne réalisée en France au dernier trimestre 2014 auprès de 350 personnes. Le panel est composé de façon assez équilibrée de professionnels des RH (45%) et de la direction générale (12%) et des autres directions (40%).

Une décentralisation des usages du logiciel de gestion des temps à tous les étages de l’entreprise

Un logiciel de gestion des temps est opérationnel dans près de 80% des entreprises ayant répondu au questionnaire. Si le service RH reste le principal utilisateur de ces fonctionnalités, Bodet Software et le CXP observent tout de même une décentralisation globale au sein de l’entreprise. Un manager ou directeur sur deux accède en effet, tous les jours au logiciel de gestion des temps. Par ailleurs, les membres de la direction générale et les managers sont globalement favorables à la décentralisation des processus (principalement pour les demandes et validations d’absences). Néanmoins, les salariés du service RH y sont moins intéressés. Est-ce que cette tendance s’expliquerait par la crainte d’une partie de la population RH de perdre son travail ou de le voir trop évoluer ? Une confiance dans les résultats affirmée 97% des répondants font confiance aux résultats fournis par leur logiciel de gestion des temps et savent pour les 2/3 expliquer les résultats.

Au-delà du calcul des temps de travail et des règles spécifiques liées aux différentes lois ou contraintes du travail, le logiciel sert aussi pour 65% du panel, à régler des réclamations internes. L’outil est alors, encore plus perçu comme un « facilitateur » par trois catégories de répondants : les salariés, les agents du secteur public et les employés d’un service DRH.

Des outils fiables et transparents

En parallèle des fonctions de gestion et de confiance associées à ce type d’outil, l’édition 2015 du Baromètre RH approfondit les raisons qui incitent ou inciteraient les entreprises à s’équiper d’une solution de gestion des temps. Les premiers éléments cités sont la confiance et la qualité des résultats (pour 74% des répondants). La paix sociale (transparence, communication et partage des règles) arrive en deuxième position dans un cas sur deux, devant le gain de productivité (38%) et le gain financier (25%) : une preuve intéressante du rôle notamment « humain » et « communicant » des outils de gestion !

L’outil informatique apporte indirectement sa contribution au bon équilibre de la relation employeur et employé. Même si l’étude montre qu’une grande majorité des répondants effectue la communication interne par le dialogue direct et l’envoi d’email, la badgeuse est de plus en plus utilisée (dans un tiers des cas pour les sondés de cette enquête). Quels sont les usages liés à la badgeuse ? Près des deux tiers des entreprises du panel ont mis en place un système de badgeage et pour la moitié d’entre eux sur un terminal.

L’enquête montre que les principales difficultés rencontrées résident dans l’identification des personnes qui badgent et le contrôle de l’identité. En matière de développement des usages autour de la badgeuse, les principales attentes sont liées à des actions autour de la planification du travail, d’autres actions RH (fiche salarié, note de frais, etc.) et des fonctionnalités pratiques (réservation de salle, voiture, matériel etc.).

De plus, un tiers des répondants sont intéressés par des nouveautés liées au numérique comme la reconnaissance d’empreinte digitale ou la badgeuse tactile. Statistiquement, cette part correspond à la population qualifiée de « précurseur ». Le même ordre de grandeur de répartition a été observé dans le Baromètre RH 2014 où environ 30% des répondants étaient intéressés par la mise en place de fonctionnalités mobiles. Les technologies se développent rapidement et parfois « sauvagement ».

En France, l’usage de la badgeuse à identification biométrique est encadré par les textes de la CNIL pour éviter les dérives. Les systèmes de gestion des temps et les badgeuses contribuent à renforcer la confiance et la qualité dans les résultats au-delà des fonctionnalités classiques identifiées (génération de compteurs pour répondre aux obligations légales, à la culture de l’entreprise au partage de règles communes, etc.). La paix sociale est citée comme le deuxième avantage généré par ce type de logiciel.

Le Baromètre RH 2015 met en relief la dimension plus humaine de la badgeuse, désormais considérée comme un moyen de communication. Les entreprises confirment de plus en plus leur intérêt pour des outils dotés de fonctionnalités élargies et les terminaux tactiles, qui contribuent à véhiculer une image dynamique.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Bodet Software livre les résultats du Baromètre RH 2015, réalisé en partenariat avec le CXP

LIBERTE 26th mai, 2015

Bodet Software et le CXP ont associé leurs compétences pour la huitième édition du Baromètre RH. Les deux entités ont interrogé directeurs, managers et salariés dans le but de mieux comprendre les processus de gestion des temps autour d’une grande question : quels sont les niveaux de confiance et de convivialité ressentis lors de l’utilisation de solutions de gestion des temps ?

Le Baromètre RH repose sur les résultats d’une enquête en ligne réalisée en France au dernier trimestre 2014 auprès de 350 personnes. Le panel est composé de façon assez équilibrée de professionnels des RH (45%) et de la direction générale (12%) et des autres directions (40%).

Une décentralisation des usages du logiciel de gestion des temps à tous les étages de l’entreprise

Un logiciel de gestion des temps est opérationnel dans près de 80% des entreprises ayant répondu au questionnaire. Si le service RH reste le principal utilisateur de ces fonctionnalités, Bodet Software et le CXP observent tout de même une décentralisation globale au sein de l’entreprise. Un manager ou directeur sur deux accède en effet, tous les jours au logiciel de gestion des temps. Par ailleurs, les membres de la direction générale et les managers sont globalement favorables à la décentralisation des processus (principalement pour les demandes et validations d’absences). Néanmoins, les salariés du service RH y sont moins intéressés. Est-ce que cette tendance s’expliquerait par la crainte d’une partie de la population RH de perdre son travail ou de le voir trop évoluer ? Une confiance dans les résultats affirmée 97% des répondants font confiance aux résultats fournis par leur logiciel de gestion des temps et savent pour les 2/3 expliquer les résultats.

Au-delà du calcul des temps de travail et des règles spécifiques liées aux différentes lois ou contraintes du travail, le logiciel sert aussi pour 65% du panel, à régler des réclamations internes. L’outil est alors, encore plus perçu comme un « facilitateur » par trois catégories de répondants : les salariés, les agents du secteur public et les employés d’un service DRH.

Des outils fiables et transparents

En parallèle des fonctions de gestion et de confiance associées à ce type d’outil, l’édition 2015 du Baromètre RH approfondit les raisons qui incitent ou inciteraient les entreprises à s’équiper d’une solution de gestion des temps. Les premiers éléments cités sont la confiance et la qualité des résultats (pour 74% des répondants). La paix sociale (transparence, communication et partage des règles) arrive en deuxième position dans un cas sur deux, devant le gain de productivité (38%) et le gain financier (25%) : une preuve intéressante du rôle notamment « humain » et « communicant » des outils de gestion !

L’outil informatique apporte indirectement sa contribution au bon équilibre de la relation employeur et employé. Même si l’étude montre qu’une grande majorité des répondants effectue la communication interne par le dialogue direct et l’envoi d’email, la badgeuse est de plus en plus utilisée (dans un tiers des cas pour les sondés de cette enquête). Quels sont les usages liés à la badgeuse ? Près des deux tiers des entreprises du panel ont mis en place un système de badgeage et pour la moitié d’entre eux sur un terminal.

L’enquête montre que les principales difficultés rencontrées résident dans l’identification des personnes qui badgent et le contrôle de l’identité. En matière de développement des usages autour de la badgeuse, les principales attentes sont liées à des actions autour de la planification du travail, d’autres actions RH (fiche salarié, note de frais, etc.) et des fonctionnalités pratiques (réservation de salle, voiture, matériel etc.).

De plus, un tiers des répondants sont intéressés par des nouveautés liées au numérique comme la reconnaissance d’empreinte digitale ou la badgeuse tactile. Statistiquement, cette part correspond à la population qualifiée de « précurseur ». Le même ordre de grandeur de répartition a été observé dans le Baromètre RH 2014 où environ 30% des répondants étaient intéressés par la mise en place de fonctionnalités mobiles. Les technologies se développent rapidement et parfois « sauvagement ».

En France, l’usage de la badgeuse à identification biométrique est encadré par les textes de la CNIL pour éviter les dérives. Les systèmes de gestion des temps et les badgeuses contribuent à renforcer la confiance et la qualité dans les résultats au-delà des fonctionnalités classiques identifiées (génération de compteurs pour répondre aux obligations légales, à la culture de l’entreprise au partage de règles communes, etc.). La paix sociale est citée comme le deuxième avantage généré par ce type de logiciel.

Le Baromètre RH 2015 met en relief la dimension plus humaine de la badgeuse, désormais considérée comme un moyen de communication. Les entreprises confirment de plus en plus leur intérêt pour des outils dotés de fonctionnalités élargies et les terminaux tactiles, qui contribuent à véhiculer une image dynamique.

By
@coesteve1
backtotop