D’après une étude mondiale menée auprès des DSI, les entreprises ont besoin d’un nouvel IP

equipe4

Cette nouvelle étude Brocade révèle que les DSI ne peuvent répondre aux exigences fondamentales des entreprises en raison de problèmes majeurs liés aux infrastructures

Menée auprès de directeurs des systèmes d’information (DSI) de plusieurs pays, la nouvelle étude Global CIO Survey 2015 de Brocade montre l’impact des infrastructures existantes sur les entreprises et souligne la nécessité d’adopter des solutions plus innovantes pour répondre à leurs besoins. D’après cette étude, 75 % des DSI sondés pensent que le réseau est un obstacle à la réalisation de leurs objectifs et près d’un quart d’entre eux estiment qu’il s’agit d’un problème « important ».

L’émergence continue de nouvelles technologies, qui changent radicalement la façon dont les entreprises opèrent et s’engagent auprès de leurs clients, explique le spectaculaire renouveau des services informatiques. Cette situation a entraîné pour les DSI de nombreux défis à relever et souligne clairement la nécessité pour eux de comprendre et saisir toutes les opportunités offertes par le nouvel IP.

Ken Cheng, directeur technique et vice-président senior en charge du développement corporate et des nouveaux marchés chez Brocade, souligne : « Le rôle de l’informatique évolue. Jusque-là administrateur d’infrastructures, il devient aujourd’hui un moteur de l’entreprise, stimulant l’innovation et apportant de nouveaux moyens de transformer radicalement l’engagement des clients et les processus transactionnels. Plus que jamais, le DSI a un rôle de essentiel à jouer auprès des dirigeants et conseils d’administration, qu’il doit conseiller pour leurs investissements stratégiques. Mais l’infrastructure reste un obstacle majeur, qui freine l’innovation et l’agilité de l’entreprise. Le nouvel IP apporte une réponse à cette problématique et permet d’atteindre les objectifs visés. »

Principaux résultats de cette étude réalisée par l’agence indépendante Vanson Bourne auprès de 200 DSI dans six pays :

  • Les DSI sont les garants du bon déroulement des opérations. Une bonne moitié d’entre eux passent plus de 50 % de leur temps à agir sur un mode réactif et citent la disponibilité, c’est-à-dire l’immobilisation du réseau, comme l’une des principales raisons de cette situation, notamment les DSI des entreprises de plus de 1 000 salariés.
  • Les DSI sont davantage préoccupés par la sécurité, l’accès aux nouveaux services et applications et le déploiement rapide de ceux-ci que par les big data et l’analyse, la communication et la collaboration, ou encore la conformité à la réglementation.
  • Les quatre principaux problèmes technologiques que doivent résoudre les DSI sont les plates-formes opérationnelles (Oracle, SAP), la montée en gamme et l’expansion des centres de données, la virtualisation, la sécurité, et la mise à niveau et l’expansion des réseaux.
  • 40 % des DSI (50% en France) déclarent être préoccupés par le choix des bons fournisseurspour répondre aux besoins de l’entreprise.

Principaux résultats de l’étude sur le sujet du cloud :

  • Le cloud est une évidence (90 % des DSI ont adopté le cloud sous une forme ou une autre dans leur entreprise), mais le contrôle de l’acquisition du cloud est une autre affaire. Selon plus du tiers des sondés, il est interdit d’adopter le cloud sans la participation du service informatique, mais cela se produit néanmoins.
  • Ce qui inquiète surtout les DSI en ce qui concerne le cloud non autorisé, c’est son impact négatif sur les performances de l’infrastructure, l’impossibilité de gérer le réseau et les litiges informatiques avec les prestataires de services de cloud. Ces préoccupations pèsent davantage que celles liées à la sécurité, à la conformité, aux contrats de niveau de services inadaptés, à l’incapacité à accéder aux données ou aux coûts qu’entraîne la duplication des dépenses pour les entreprises.
  • Selon 83 % des DSI (80% en France), les achats de services de cloud sans implication des services informatiques vont continuer d’augmenter.
  • La plupart d’entre eux (82 % en tout et 75 % en France) reconnaissent que cette situation engendre des craintes concernant la sécurité de leur emploi, voire un stress extrême pour un DSI sur cinq.

Principales inquiétudes des DSI concernant leur fonction :

  • L’exécution de nouveaux services pour soutenir la croissance de l’entreprise (79 % en tout et 72 % en France)
  • La réalisation d’analyses et d’explorations de données plus performantes  (77 % en tout et 72 % en France)
  • L’amélioration de la qualité des services et le développement de nouvelles applications (68 % en tout et 60 % en France)
  • La réduction des dépenses opérationnelles (65 % en tout et 64 % en France)
Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

D’après une étude mondiale menée auprès des DSI, les entreprises ont besoin d’un nouvel IP

equipe4 15th mai, 2015

Cette nouvelle étude Brocade révèle que les DSI ne peuvent répondre aux exigences fondamentales des entreprises en raison de problèmes majeurs liés aux infrastructures

Menée auprès de directeurs des systèmes d’information (DSI) de plusieurs pays, la nouvelle étude Global CIO Survey 2015 de Brocade montre l’impact des infrastructures existantes sur les entreprises et souligne la nécessité d’adopter des solutions plus innovantes pour répondre à leurs besoins. D’après cette étude, 75 % des DSI sondés pensent que le réseau est un obstacle à la réalisation de leurs objectifs et près d’un quart d’entre eux estiment qu’il s’agit d’un problème « important ».

L’émergence continue de nouvelles technologies, qui changent radicalement la façon dont les entreprises opèrent et s’engagent auprès de leurs clients, explique le spectaculaire renouveau des services informatiques. Cette situation a entraîné pour les DSI de nombreux défis à relever et souligne clairement la nécessité pour eux de comprendre et saisir toutes les opportunités offertes par le nouvel IP.

Ken Cheng, directeur technique et vice-président senior en charge du développement corporate et des nouveaux marchés chez Brocade, souligne : « Le rôle de l’informatique évolue. Jusque-là administrateur d’infrastructures, il devient aujourd’hui un moteur de l’entreprise, stimulant l’innovation et apportant de nouveaux moyens de transformer radicalement l’engagement des clients et les processus transactionnels. Plus que jamais, le DSI a un rôle de essentiel à jouer auprès des dirigeants et conseils d’administration, qu’il doit conseiller pour leurs investissements stratégiques. Mais l’infrastructure reste un obstacle majeur, qui freine l’innovation et l’agilité de l’entreprise. Le nouvel IP apporte une réponse à cette problématique et permet d’atteindre les objectifs visés. »

Principaux résultats de cette étude réalisée par l’agence indépendante Vanson Bourne auprès de 200 DSI dans six pays :

  • Les DSI sont les garants du bon déroulement des opérations. Une bonne moitié d’entre eux passent plus de 50 % de leur temps à agir sur un mode réactif et citent la disponibilité, c’est-à-dire l’immobilisation du réseau, comme l’une des principales raisons de cette situation, notamment les DSI des entreprises de plus de 1 000 salariés.
  • Les DSI sont davantage préoccupés par la sécurité, l’accès aux nouveaux services et applications et le déploiement rapide de ceux-ci que par les big data et l’analyse, la communication et la collaboration, ou encore la conformité à la réglementation.
  • Les quatre principaux problèmes technologiques que doivent résoudre les DSI sont les plates-formes opérationnelles (Oracle, SAP), la montée en gamme et l’expansion des centres de données, la virtualisation, la sécurité, et la mise à niveau et l’expansion des réseaux.
  • 40 % des DSI (50% en France) déclarent être préoccupés par le choix des bons fournisseurspour répondre aux besoins de l’entreprise.

Principaux résultats de l’étude sur le sujet du cloud :

  • Le cloud est une évidence (90 % des DSI ont adopté le cloud sous une forme ou une autre dans leur entreprise), mais le contrôle de l’acquisition du cloud est une autre affaire. Selon plus du tiers des sondés, il est interdit d’adopter le cloud sans la participation du service informatique, mais cela se produit néanmoins.
  • Ce qui inquiète surtout les DSI en ce qui concerne le cloud non autorisé, c’est son impact négatif sur les performances de l’infrastructure, l’impossibilité de gérer le réseau et les litiges informatiques avec les prestataires de services de cloud. Ces préoccupations pèsent davantage que celles liées à la sécurité, à la conformité, aux contrats de niveau de services inadaptés, à l’incapacité à accéder aux données ou aux coûts qu’entraîne la duplication des dépenses pour les entreprises.
  • Selon 83 % des DSI (80% en France), les achats de services de cloud sans implication des services informatiques vont continuer d’augmenter.
  • La plupart d’entre eux (82 % en tout et 75 % en France) reconnaissent que cette situation engendre des craintes concernant la sécurité de leur emploi, voire un stress extrême pour un DSI sur cinq.

Principales inquiétudes des DSI concernant leur fonction :

  • L’exécution de nouveaux services pour soutenir la croissance de l’entreprise (79 % en tout et 72 % en France)
  • La réalisation d’analyses et d’explorations de données plus performantes  (77 % en tout et 72 % en France)
  • L’amélioration de la qualité des services et le développement de nouvelles applications (68 % en tout et 60 % en France)
  • La réduction des dépenses opérationnelles (65 % en tout et 64 % en France)
By
@coesteve1
backtotop