Confidentialité des données personnelles : véritable sujet de préoccupation… mais pas tant que ça ! une enquête Ponemon Institute pour Trend Micro

hear

Les personnes interrogées sont nombreuses à se déclarer prêtes à vendre leurs données personnelles

Si le grand public exige que ses données restent confidentielles, il ne prend pas pour autant les mesures nécessaires pour les protéger. Tel est le principal enseignement d’une récente étude mondiale commanditée par Trend Micro et menée par le Ponemon Institute.

Intitulée « Privacy and Security in a Connected Life: A Study of US, European and Japanese Consumers »*, cette étude révèle que les avantages offerts par les objets connectés priment sur les questions de confidentialité pour une grande majorité des consommateurs. 75 % des personnes interrogées pensent pourtant n’avoir aucun contrôle sur leurs données personnelles. L’étude souligne également les perceptions du grand public en matière de confidentialité, sa volonté de changer de comportement, ainsi que la valeur accordée aux informations personnelles.

« Ces résultats montrent que, même si les individus se préoccupent des problématiques de confidentialité et de sécurité, ils ne réalisent pas toujours la responsabilité qui leur incombe », explique Raimund Genes, CTO de Trend Micro. « Ceux qui s’estiment sensibles aux questions de confidentialité, ne changeront pas pour autant leur comportement en matière de partage d’informations, même après avoir été victimes d’un piratage de données. Ceci résulte sans doute d’un sentiment d’impuissance et d’une méconnaissance générale des problématiques de sécurité. Il est évident qu’il faut porter une attention plus importante pour garantir la confidentialité et la sécurité au niveau individuel. Heureusement, de nombreuses ressources sont à la disposition de chacun pour apprendre à se protéger. »

« Protéger sa vie privée contre la divulgation de données sensibles et confidentielles sans autorisation est un droit », explique Larry Ponemon, Dirigeant et fondateur du Ponemon Institute. « Nous avons été surpris de constater que la majorité des personnes interrogées serait prête à fournir à des entreprises des informations personnelles contre rémunération : nom, civilité, habitudes d’achat, état de santé, voire identifiants d’authentification. Ces dernières sont d’ailleurs capables de tarifier les informations fournies, de 2,66€ à 69,55€. »

Bien qu’il existe des disparités entre les différentes régions du monde quant à la valeur attribuée à chaque donnée, une information est évaluée en moyenne à 18,20€.

Les informations considérées comme les plus chères sont les suivantes :

  • Identifiants & mots de passe : 69,55€
  • Informations de santé : 54,87€
  • Information bancaires : 33,03€
  • Historique d’achat : 18,90€

Parmi les moins chères :

  • Genre : 2,70€
  • Nom : 3,60€
  • Numéro de téléphone : 5,50€

L’étude a été conduite auprès d’un panel de 1 903 personnes issues de différents pays : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Slovénie, Suède et Suisse.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Confidentialité des données personnelles : véritable sujet de préoccupation… mais pas tant que ça ! une enquête Ponemon Institute pour Trend Micro

hear 12th mai, 2015

Les personnes interrogées sont nombreuses à se déclarer prêtes à vendre leurs données personnelles

Si le grand public exige que ses données restent confidentielles, il ne prend pas pour autant les mesures nécessaires pour les protéger. Tel est le principal enseignement d’une récente étude mondiale commanditée par Trend Micro et menée par le Ponemon Institute.

Intitulée « Privacy and Security in a Connected Life: A Study of US, European and Japanese Consumers »*, cette étude révèle que les avantages offerts par les objets connectés priment sur les questions de confidentialité pour une grande majorité des consommateurs. 75 % des personnes interrogées pensent pourtant n’avoir aucun contrôle sur leurs données personnelles. L’étude souligne également les perceptions du grand public en matière de confidentialité, sa volonté de changer de comportement, ainsi que la valeur accordée aux informations personnelles.

« Ces résultats montrent que, même si les individus se préoccupent des problématiques de confidentialité et de sécurité, ils ne réalisent pas toujours la responsabilité qui leur incombe », explique Raimund Genes, CTO de Trend Micro. « Ceux qui s’estiment sensibles aux questions de confidentialité, ne changeront pas pour autant leur comportement en matière de partage d’informations, même après avoir été victimes d’un piratage de données. Ceci résulte sans doute d’un sentiment d’impuissance et d’une méconnaissance générale des problématiques de sécurité. Il est évident qu’il faut porter une attention plus importante pour garantir la confidentialité et la sécurité au niveau individuel. Heureusement, de nombreuses ressources sont à la disposition de chacun pour apprendre à se protéger. »

« Protéger sa vie privée contre la divulgation de données sensibles et confidentielles sans autorisation est un droit », explique Larry Ponemon, Dirigeant et fondateur du Ponemon Institute. « Nous avons été surpris de constater que la majorité des personnes interrogées serait prête à fournir à des entreprises des informations personnelles contre rémunération : nom, civilité, habitudes d’achat, état de santé, voire identifiants d’authentification. Ces dernières sont d’ailleurs capables de tarifier les informations fournies, de 2,66€ à 69,55€. »

Bien qu’il existe des disparités entre les différentes régions du monde quant à la valeur attribuée à chaque donnée, une information est évaluée en moyenne à 18,20€.

Les informations considérées comme les plus chères sont les suivantes :

  • Identifiants & mots de passe : 69,55€
  • Informations de santé : 54,87€
  • Information bancaires : 33,03€
  • Historique d’achat : 18,90€

Parmi les moins chères :

  • Genre : 2,70€
  • Nom : 3,60€
  • Numéro de téléphone : 5,50€

L’étude a été conduite auprès d’un panel de 1 903 personnes issues de différents pays : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Slovénie, Suède et Suisse.

By
@coesteve1
backtotop