Outscale dévoile les résultats de l’étude CLOUD INSIGHTS 2015 réalisée par MARKESS

Zozio-300

Le Cloud, l’âge de raison : Anticiper les évolutions du Cloud Computing

Le Cloud : un formidable accélérateur de business et d’innovation pour les entreprises et organisations publiques françaises

Outscale, expert français du Cloud, dévoile le premier volet Innovation de l’étude CLOUD INSIGHTS 2015 réalisée par le cabinet MARKESS.

A l’heure où notre économie vit une mutation sans commune mesure avec le numérique, l’intégration du Cloud met en débat la réelle capacité de nos entreprises à innover.

Pour Outscale le constat est évident : le Cloud est vital pour les entreprises. Elles sont de plus en plus nombreuses à intégrer le Cloud comme une pratique essentielle dans la transformation durable de leur métier. Les grands décideurs de l’industrie l’ont compris : sans réelle stratégie ou mutation de leur organisation dans le Cloud, les entreprises risquent de se retrouver rapidement en situation de faiblesse sur leur marché.

Les grands chiffres : Intégrer le Cloud c’est avant tout Innover pour exister 

L’étude s’est intéressée aux facteurs clés de recours au Cloud par les entreprises, plus particulièrement dans le domaine des infrastructures.

  • 47% des décideurs IT interrogés (DSI. Directions de système d’information)indiquent pouvoir gagner en agilité, notamment vis-à-vis des différents métiers utilisateurs en interne, grâce au principe du “pay as you go”, et 43% sont attirés par la possibilité d’ajuster leurs ressources sans avoir à investir dans des infrastructures supplémentaires.
  • 49% de ces décideurs ont aussi choisi le Cloud pour pouvoir accélérer les déploiements et réduire le temps de mise en œuvre. Ce facteur devient un élément essentiel. Il permet aux DSI de mieux répondre aux exigences de leurs clients internes investis dans des projets d’innovation et de transformation digitale devant rapidement voir le jour.
  • 45% considèrent le Cloud comme un modèle mieux adapté à leurs enjeux de Plan de Reprise d’Activité (PRA) et de Plan de Continuité d’Activité (PCA). Ces décideurs confèrent ainsi une réelle légitimité au Cloud pour des fins de sauvegarde de données.
  • 38% pensent que le Cloud leur permet de mieux gérer les évolutions, notamment technologiques, de leurs environnements dans le temps, facteur précieux en cette course actuelle à l’innovation qui implique dans changements technologiques rapides et fréquents.
  • De plus, plus d’un décideur IT sur trois (34% des interviewés) a souligné la meilleure capacité de répondre aux nouveaux usages de la mobilité des collaborateurs ainsi que de leurs clients.

« L’étude de MARKESS confirme le bien-fondé du Cloud Computing pour tous les acteurs sans exclusion, décisionnaires IT, directions générales, prestataires de services informatiques et éditeurs, tous notent le rôle grandissant du Cloud en tant qu’accélérateur dans leur stratégie d’innovation et de développement. Il y a cependant tout un pan de notre industrie à transformer, aussi bien chez nos champions que les petites entreprises », déclare Laurent Seror, CEO d’Outscale.

Y a-t-il un futur sans Cloud ? 

Grâce au Cloud les éditeurs de logiciels peuvent plus facilement saisir de nouvelles opportunités d’affaires : la demande en solutions SaaS (Software as a Service) a été portée par une croissance de 17% (étude MARKESS) contre 2% pour la vente de logiciels “on premise” (étude Syntec Numérique) en 2014. Et la tendance devrait être similaire pour 2015. Le Cloud devient donc un point de passage obligé pour soutenir le développement de leur business et asseoir leur proposition de valeur.

Quant aux entreprises de services du numérique (ESN), le Cloud est de plus en plus nécessaire non seulement pour accompagner les transformations que ce modèle implique chez leurs clients, tant au sein des DSI que des directions métiers, mais aussi pour transformer les modes opératoires de livraison de leurs services. Avec le Cloud Computing ces derniers s’envisagent selon d’autres approches : développement agile de type DevOps, industrialisation, automatisation, mise à disposition de ressources à la demande et en libre service, facturation à l’usage, ressources évolutives dans le temps et non figées…

Conclusion : 

La complexification des modèles et les besoins accrus en management de services, couplés à la dimension internationale de certains projets, ne permettent plus ou difficilement de couvrir seul l’ensemble de la chaîne. Le passage au Cloud s’impose comme un passage nécessaire dans le développement de projets digitaux innovants, par ailleurs gourmands en technologies et ressources.

Pour Emmanuelle Olivié-Paul, Directrice Associée de MARKESS, « le Cloud devient un des piliers de nombreux projets d’innovation dans les entreprises que nous interrogeons. L’enjeu n’est plus de savoir aujourd’hui s’il faut ou non recourir à une forme ou une autre de Cloud mais plus de déterminer les périmètres qui peuvent être concernés et les prérequis incontournables à respecter. »

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Outscale dévoile les résultats de l’étude CLOUD INSIGHTS 2015 réalisée par MARKESS

Zozio-300 1st avril, 2015

Le Cloud, l’âge de raison : Anticiper les évolutions du Cloud Computing

Le Cloud : un formidable accélérateur de business et d’innovation pour les entreprises et organisations publiques françaises

Outscale, expert français du Cloud, dévoile le premier volet Innovation de l’étude CLOUD INSIGHTS 2015 réalisée par le cabinet MARKESS.

A l’heure où notre économie vit une mutation sans commune mesure avec le numérique, l’intégration du Cloud met en débat la réelle capacité de nos entreprises à innover.

Pour Outscale le constat est évident : le Cloud est vital pour les entreprises. Elles sont de plus en plus nombreuses à intégrer le Cloud comme une pratique essentielle dans la transformation durable de leur métier. Les grands décideurs de l’industrie l’ont compris : sans réelle stratégie ou mutation de leur organisation dans le Cloud, les entreprises risquent de se retrouver rapidement en situation de faiblesse sur leur marché.

Les grands chiffres : Intégrer le Cloud c’est avant tout Innover pour exister 

L’étude s’est intéressée aux facteurs clés de recours au Cloud par les entreprises, plus particulièrement dans le domaine des infrastructures.

  • 47% des décideurs IT interrogés (DSI. Directions de système d’information)indiquent pouvoir gagner en agilité, notamment vis-à-vis des différents métiers utilisateurs en interne, grâce au principe du “pay as you go”, et 43% sont attirés par la possibilité d’ajuster leurs ressources sans avoir à investir dans des infrastructures supplémentaires.
  • 49% de ces décideurs ont aussi choisi le Cloud pour pouvoir accélérer les déploiements et réduire le temps de mise en œuvre. Ce facteur devient un élément essentiel. Il permet aux DSI de mieux répondre aux exigences de leurs clients internes investis dans des projets d’innovation et de transformation digitale devant rapidement voir le jour.
  • 45% considèrent le Cloud comme un modèle mieux adapté à leurs enjeux de Plan de Reprise d’Activité (PRA) et de Plan de Continuité d’Activité (PCA). Ces décideurs confèrent ainsi une réelle légitimité au Cloud pour des fins de sauvegarde de données.
  • 38% pensent que le Cloud leur permet de mieux gérer les évolutions, notamment technologiques, de leurs environnements dans le temps, facteur précieux en cette course actuelle à l’innovation qui implique dans changements technologiques rapides et fréquents.
  • De plus, plus d’un décideur IT sur trois (34% des interviewés) a souligné la meilleure capacité de répondre aux nouveaux usages de la mobilité des collaborateurs ainsi que de leurs clients.

« L’étude de MARKESS confirme le bien-fondé du Cloud Computing pour tous les acteurs sans exclusion, décisionnaires IT, directions générales, prestataires de services informatiques et éditeurs, tous notent le rôle grandissant du Cloud en tant qu’accélérateur dans leur stratégie d’innovation et de développement. Il y a cependant tout un pan de notre industrie à transformer, aussi bien chez nos champions que les petites entreprises », déclare Laurent Seror, CEO d’Outscale.

Y a-t-il un futur sans Cloud ? 

Grâce au Cloud les éditeurs de logiciels peuvent plus facilement saisir de nouvelles opportunités d’affaires : la demande en solutions SaaS (Software as a Service) a été portée par une croissance de 17% (étude MARKESS) contre 2% pour la vente de logiciels “on premise” (étude Syntec Numérique) en 2014. Et la tendance devrait être similaire pour 2015. Le Cloud devient donc un point de passage obligé pour soutenir le développement de leur business et asseoir leur proposition de valeur.

Quant aux entreprises de services du numérique (ESN), le Cloud est de plus en plus nécessaire non seulement pour accompagner les transformations que ce modèle implique chez leurs clients, tant au sein des DSI que des directions métiers, mais aussi pour transformer les modes opératoires de livraison de leurs services. Avec le Cloud Computing ces derniers s’envisagent selon d’autres approches : développement agile de type DevOps, industrialisation, automatisation, mise à disposition de ressources à la demande et en libre service, facturation à l’usage, ressources évolutives dans le temps et non figées…

Conclusion : 

La complexification des modèles et les besoins accrus en management de services, couplés à la dimension internationale de certains projets, ne permettent plus ou difficilement de couvrir seul l’ensemble de la chaîne. Le passage au Cloud s’impose comme un passage nécessaire dans le développement de projets digitaux innovants, par ailleurs gourmands en technologies et ressources.

Pour Emmanuelle Olivié-Paul, Directrice Associée de MARKESS, « le Cloud devient un des piliers de nombreux projets d’innovation dans les entreprises que nous interrogeons. L’enjeu n’est plus de savoir aujourd’hui s’il faut ou non recourir à une forme ou une autre de Cloud mais plus de déterminer les périmètres qui peuvent être concernés et les prérequis incontournables à respecter. »

By
@coesteve1
backtotop