Kill Chain 3.0: mettre à jour la Cyber Kill Chain pour une meilleure défense contre les attaques avancées – Pierre Poggi, Country Manager France de WatchGuard

fondo tecnologico con cara . Codigo binario,concepto de internet

Tous les responsables de la sécurité des réseaux ont déjà entendu parler de la Kill chain – une méthode de défense conçue pour combattre efficacement les cyber attaques avancées ou APT. Cette méthode comporte sept étapes pour l’attaquant, et propose un mode spécifique de défense pour chacune d’elles. Les étapes de la kill chain comprennent :

  • Reconnaissance – S’informer sur la cible en utilisant de nombreuses techniques.
  • Armement – Combiner le vecteur d’attaque avec un contenu malicieux.
  • Livraison – Transmettre le contenu malicieux avec un vecteur de communications
  • Exploitation – Profiter d’une faiblesse logicielle ou humaine pour activer le contenu malicieux
  • Installation – Installer durablement le contenu malicieux sur un ordinateur hôte individuel
  • Commande & Contrôle (C2) – Le malware appelle l’attaquant, qui en prend la contrôle
  • Actions prévues – L’attaquant vole ou fait ce qu’il avait prévu de faire.

Les professionnels de la sécurité réseau ont des opinions diverses quant à l’efficacité de la kill chain en tant que méthode de défense. Certains l’adorent, décrivant comment leurs équipes de sécurité l’utilisent, tandis que d’autres indiquent qu’il lui manque certains détails cruciaux, et qu’elle n’est adaptée qu’à certains types d’attaques. Les deux interprétations ont chacun leur part de vérité, mais il existe trois étapes simples pour rendre la kill chain encore plus efficace, appelons la Kill Chain 3.0.

Tout d’abord, il convient de modifier les étapes de la kill chain telle que décrite plus haut. Si l’on utilise la kill chain en tant qu’outil de défense, alors chacune des mailles de la chaîne doit donner lieu à une ou des actions de défense. Par exemple, l’étape Armement de la kill chain n’est pas réellement exploitable par les défenseurs. Dès lors pourquoi faire apparaître une étape qui n’a pas grand-chose à voir avec la défense ? Par ailleurs, comme beaucoup l’ont déjà fait remarquer, la kill chain actuelle se concentre avant tout sur l’intrusion initiale, et pas assez sur la façon dont les auteurs des attaques avancées exploitent leur premier point d’entrée pour se répandre dans l’ensemble du réseau de leur victime. La kill chain doit inclure une étape pour les mouvements latéraux et la modification des droits d’accès en local. De ce fait, la chaîne devrait être modifiée de la façon suivante :

  • Reconnaissance
  • Armement Livraison
  • Exploitation
  • Installation Infection
  • Commande & Contrôle

Mouvement Latéral & Pivotement

Objectifs/Exfiltration

Après cette simple modification, à chaque étape de la kill chain correspondent des moyens de défense adaptés. Par exemple, la détection des ports et des adresses IP et la traduction d’adresses NAT seront efficaces à l’étape Reconnaissance ; le blocage des ports firewall, l’IPS et le contrôle applicatif le seront à l’étape Livraison ; .le Patching et l’IPS le seront à l’étape Exploitation ; La segmentation du réseau le sera à l’étape Mouvement Latéral, et ainsi de suite.

Ensuite, il convient de retenir qu’il est important d’avoir des défenses pour chacune des étapes de la kill chain, et que chacune des étapes à la même importance. Un des concepts à la base de la kill chain est que plus tôt dans le cycle vous prévenez une attaque, meilleur c’est. Bien que cela soit techniquement vrai, ceci explique également pourquoi beaucoup se concentrent sur des mesures de protection lors des premières étapes de la kill chain, et consacrent moins de temps et d’efforts à protéger les étapes suivantes, même si ces défenses ont le pouvoir de contenir ou de limiter significativement les conséquences d’une intrusion réussie. En vérité, les attaques les plus sophistiquées contourneront ou éluderont souvent les défenses mises en place sur les premières étapes. Si l’entreprise ne s’est pas suffisamment concentrée sur les défenses adaptées aux étapes suivantes, telles que la détection des botnets, la prévention des pertes de données et la segmentation du réseau interne, elle n’exploite pas toutes ses chances de prévenir une attaque majeure. En bref, la bataille n’est pas perdue après une infection initiale si l’on a consacré toute son attention aux défenses lors des étapes suivantes de la Kill Chain 3.0.

Enfin, il est nécessaire de disposer d’un outil d’affichage qui permette de visualiser l’ensemble des sept étapes de la kill chain. Celle-ci est parfaite pour mettre en valeur chacune des zones où peut être stoppée une attaque sur le réseau, mais s’il n’est pas possible de contrôler le parcours d’une attaque au travers de chacune des étapes, l’entreprise se prive d’elle-même de données critiques qui pourraient l’aider à se protéger. Les outils d’affichage et d’analytics doivent être des composants clés de la Kill Chain 3.0. Si l’entreprise ne dispose pas d’un outil de reporting capable de rassembler les logs de tous ses contrôles de sécurité, et de corréler différentes alertes en un seul et même incident, elle a de fortes chances de manquer les signes d’une attaque sophistiquée.

Pour récapituler : modifiez un peu les étapes de la kill chain, accordez la même importance à chacune des étapes – y compris les dernières, et dotez-vous d’un outil de reporting et d’affichage capable de contrôler l’ensemble du processus, et vous obtenez la Kill Chain 3.0, une méthode optimisée pour se protéger au mieux contre les attaques avancées.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Kill Chain 3.0: mettre à jour la Cyber Kill Chain pour une meilleure défense contre les attaques avancées – Pierre Poggi, Country Manager France de WatchGuard

fondo tecnologico con cara . Codigo binario,concepto de internet 12th mars, 2015

Tous les responsables de la sécurité des réseaux ont déjà entendu parler de la Kill chain – une méthode de défense conçue pour combattre efficacement les cyber attaques avancées ou APT. Cette méthode comporte sept étapes pour l’attaquant, et propose un mode spécifique de défense pour chacune d’elles. Les étapes de la kill chain comprennent :

  • Reconnaissance – S’informer sur la cible en utilisant de nombreuses techniques.
  • Armement – Combiner le vecteur d’attaque avec un contenu malicieux.
  • Livraison – Transmettre le contenu malicieux avec un vecteur de communications
  • Exploitation – Profiter d’une faiblesse logicielle ou humaine pour activer le contenu malicieux
  • Installation – Installer durablement le contenu malicieux sur un ordinateur hôte individuel
  • Commande & Contrôle (C2) – Le malware appelle l’attaquant, qui en prend la contrôle
  • Actions prévues – L’attaquant vole ou fait ce qu’il avait prévu de faire.

Les professionnels de la sécurité réseau ont des opinions diverses quant à l’efficacité de la kill chain en tant que méthode de défense. Certains l’adorent, décrivant comment leurs équipes de sécurité l’utilisent, tandis que d’autres indiquent qu’il lui manque certains détails cruciaux, et qu’elle n’est adaptée qu’à certains types d’attaques. Les deux interprétations ont chacun leur part de vérité, mais il existe trois étapes simples pour rendre la kill chain encore plus efficace, appelons la Kill Chain 3.0.

Tout d’abord, il convient de modifier les étapes de la kill chain telle que décrite plus haut. Si l’on utilise la kill chain en tant qu’outil de défense, alors chacune des mailles de la chaîne doit donner lieu à une ou des actions de défense. Par exemple, l’étape Armement de la kill chain n’est pas réellement exploitable par les défenseurs. Dès lors pourquoi faire apparaître une étape qui n’a pas grand-chose à voir avec la défense ? Par ailleurs, comme beaucoup l’ont déjà fait remarquer, la kill chain actuelle se concentre avant tout sur l’intrusion initiale, et pas assez sur la façon dont les auteurs des attaques avancées exploitent leur premier point d’entrée pour se répandre dans l’ensemble du réseau de leur victime. La kill chain doit inclure une étape pour les mouvements latéraux et la modification des droits d’accès en local. De ce fait, la chaîne devrait être modifiée de la façon suivante :

  • Reconnaissance
  • Armement Livraison
  • Exploitation
  • Installation Infection
  • Commande & Contrôle

Mouvement Latéral & Pivotement

Objectifs/Exfiltration

Après cette simple modification, à chaque étape de la kill chain correspondent des moyens de défense adaptés. Par exemple, la détection des ports et des adresses IP et la traduction d’adresses NAT seront efficaces à l’étape Reconnaissance ; le blocage des ports firewall, l’IPS et le contrôle applicatif le seront à l’étape Livraison ; .le Patching et l’IPS le seront à l’étape Exploitation ; La segmentation du réseau le sera à l’étape Mouvement Latéral, et ainsi de suite.

Ensuite, il convient de retenir qu’il est important d’avoir des défenses pour chacune des étapes de la kill chain, et que chacune des étapes à la même importance. Un des concepts à la base de la kill chain est que plus tôt dans le cycle vous prévenez une attaque, meilleur c’est. Bien que cela soit techniquement vrai, ceci explique également pourquoi beaucoup se concentrent sur des mesures de protection lors des premières étapes de la kill chain, et consacrent moins de temps et d’efforts à protéger les étapes suivantes, même si ces défenses ont le pouvoir de contenir ou de limiter significativement les conséquences d’une intrusion réussie. En vérité, les attaques les plus sophistiquées contourneront ou éluderont souvent les défenses mises en place sur les premières étapes. Si l’entreprise ne s’est pas suffisamment concentrée sur les défenses adaptées aux étapes suivantes, telles que la détection des botnets, la prévention des pertes de données et la segmentation du réseau interne, elle n’exploite pas toutes ses chances de prévenir une attaque majeure. En bref, la bataille n’est pas perdue après une infection initiale si l’on a consacré toute son attention aux défenses lors des étapes suivantes de la Kill Chain 3.0.

Enfin, il est nécessaire de disposer d’un outil d’affichage qui permette de visualiser l’ensemble des sept étapes de la kill chain. Celle-ci est parfaite pour mettre en valeur chacune des zones où peut être stoppée une attaque sur le réseau, mais s’il n’est pas possible de contrôler le parcours d’une attaque au travers de chacune des étapes, l’entreprise se prive d’elle-même de données critiques qui pourraient l’aider à se protéger. Les outils d’affichage et d’analytics doivent être des composants clés de la Kill Chain 3.0. Si l’entreprise ne dispose pas d’un outil de reporting capable de rassembler les logs de tous ses contrôles de sécurité, et de corréler différentes alertes en un seul et même incident, elle a de fortes chances de manquer les signes d’une attaque sophistiquée.

Pour récapituler : modifiez un peu les étapes de la kill chain, accordez la même importance à chacune des étapes – y compris les dernières, et dotez-vous d’un outil de reporting et d’affichage capable de contrôler l’ensemble du processus, et vous obtenez la Kill Chain 3.0, une méthode optimisée pour se protéger au mieux contre les attaques avancées.

By
@coesteve1
backtotop