L’entreprise adopte le mode collaboratif – DOCaufutur, l’avenir du document s’interroge

World collaborative economy illustration

Matthieu Charron a acheté une maison à rénover en s’installant à Nantes il y a quelques années. Au lieu de commander tous les outils nécessaires qui lui auraient coûté une fortune, il a préféré demander à ses collègues, à travers un blog, de lui en prêter. C’est de cette expérience qu’est née la société Troovon. DOCaufutur s’intéresse ce mois-ci à six acteurs qui ont fait du collaboratif leur cœur de métier.

L’objectif de Troovon ? « Démocratiser la consommation collective et la promouvoir en entreprise. On passe plus de 42% de sa vie au travail, autant profiter de ce lieu de vie pour s’entraider » explique Damien Durrleman, associé chez Troovon. Exit le tableau en liège à la cafétéria de l’entreprise, ici tout se passe sur une plateforme web. Cette plateforme de partage est uniquement réservée à une société ou à des sociétés de la même zone géographique. « On part du principe que les meilleurs échanges sont ceux qui sont réalisés avec des personnes de confiance. Son collègue; on peut le croiser tous les jours. Le système est donc sécurisé naturellement ». Les salariés inscrits remplissent leur profil et peuvent ainsi proposer des partages de compétences (cours d’anglais, baby-sitting), du covoiturage, du troc, des dons,… Finalement, Internet nous ramène dans le monde réel, autrement dit l’outil virtuel amène le lien social et la collaboration. « Quand l’un de chefs d’entreprise de notre réseau voit sur le parking de sa société des outils qui changent de coffre de voiture, on se dit que le pari est réussi ».

man waiting in front of his huge garage yard sale  Le collaboratif, c’est mettre en lien l’offre et la demande. Hopwork est une plateforme d’intermédiation entre des freelances (création, web, rédaction, développement, etc.) et des entreprises. « Nous faisons face à un changement d’époque : les générations Y et Z souhaitent rompre avec la rigidité et cherchent de l’autonomie et de la flexibilité. Volatiles et dynamiques, les sociétés actuelles ont de plus en plus besoin de talents de manière ponctuelle » note Hugo Lassiège, l’un des trois fondateurs de Hopwork. Il constate également que les gens expriment des besoins de transparence, d’échanges et d’ouverture. La particularité de cette start-up par rapport aux autres plateformes de freelances, c’est le système de relation inversée. Ici, ce sont les freelances qui postent leur profil et les entreprises qui les contactent en fonction de leur besoin. Hopwork propose également des services additionnels pour faciliter les collaborations, tels que la génération de devis, l’assurance à la mission, l’assistance et une plateforme de paiement en ligne. « On a remarqué que certains clients devenaient par la suite freelance en se disant ‘’j’ai des compétences dans tel domaine alors pourquoi pas moi ?’’ ».

filles qui discutentLes espaces de coworking incitent à la collaboration. C’est le cas des bureaux La Cordée, présents à Lyon, à Paris et dans le Jura. « Le projet de la Cordée est né du constat que si le travail nomade (télétravail, activité indépendante, entrepreneuriat) est une source de libertés énormes, ces dernières sont souvent mises à mal par l’absence d’un cadre professionnel et convivial. Nous accueillons dans nos espaces environ 500 personnes, de tout âge et de toute profession » souligne Julie Pouliquen, co-fondatrice. Ici, pas besoin d’aller bien loin pour trouver un graphiste, un traducteur, un rédacteur, un développeur,… « Je constate que dans un espace informel, les personnes sont plus à l’aise et cela facilite les rencontres de qualité » précise Mari Rossi, responsable de l’un des espaces à Lyon. La Cordée a placé la collaboration au cœur de son activité. Elle possède en effet un réseau social interne où l’entraide et le partage sont valorisés. Elle a mis en place divers partenariats avec des structures proposant des prestations juridiques, comptables,… destinés aux membres. En parallèle, elle organise des événements et des formations qui favorisent l’apprentissage et la rencontre. On retrouve par exemple l’évènement « tempête sous un crâne » (brainstorming). Pendant la pause déjeuner, un membre va se faire aider par les coworkers qui se sont inscrits pour l’occasion. Cette semaine, c’est Pauline qui a comme projet d’ouvrir un lieu de vie qui mêlera boutique, atelier de création et salon de thé. Et elle a besoin d’idées pour l’aider à trouver un nom à sa boutique. 

Multi-Ethnic People Meeting With Computer SystemLes outils de communication facilitent la collaboration à distance. La société de solutions de communications unifiées Cirque réfléchie aux solutions qui permettent de fluidifier la collaboration en entreprise. « Mobilité, télétravail, déplacement, horaires flexibles, etc. Le travail de 9h à 18h sur un lieu géographique fixe est résolu. Pour continuer à travailler de manière collaborative dans ce nouveau contexte, chaque salarié doit pouvoir retrouver son environnement de travail quelque soit le lieu où il se trouve » explique Christian Normann, le directeur de Cirque. Des solutions Cirque en mode Cloud permettent de répondre à ce besoin mais également d’organiser des séances collaboratives en audio collab, en web collab et en visiocollab.

« Nous proposons aussi des solutions de serveurs de téléphonie à guichet unique. Ce sont des services managés sous forme de plateformes mutualisées qui permettent de gérer ses succursales du monde entier en un seul et même système » précise Christian Normann.

Cette solution permet, en autres, d’inclure le statut de l’agenda de chaque salarié afin de rediriger directement l’appel vers une autre personne compétente. Toute collaboration passe d’abord par la communication.

réseaux sociaux / rencontreLa collaboration doit être présente pour accompagner la transformation digitale. Pour Stéphane Ingrassia, directeur marketing adjoint chez Docapost, les entreprises ont trois objectifs principaux : s’adapter au monde dans lequel on vit (monde digital), accélérer les échanges et réduire les coûts. « Nous sommes dans un monde de co-construction, dans le sens où les clients et leurs fournisseurs travaillent de plus en plus ensemble en collaboration». Plateformes digitales, dématérialisation des parcours clients, des factures fournisseurs… : Docapost accompagne ses clients dans des processus de facilitation. « Lorsqu’on introduit le collaboratif digital dans la relation client, c’est pour capter de nouveaux clients et les fidéliser. En interne, c’est la même logique pour les collaborateurs » précise Stéphane Ingrassia. Au sein de Docapost, l’expérience collaborateur et le mode collaboratif sont mis en avant grâce à un outil RH qui permet notamment de mettre en œuvre un parcours collaborateur multicanal basé sur un espace collaboratif sécurisé.

On l’a vu, la collaboration, qu’elle se déroule en face à face, au travers d’outils, de projets ou de transformation digitale, est essentielle pour avancer. Comme le disait Antoine de St Exupéry, « La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose qu’une pierre. Mais, de collaborer, elle s’assemble et devient temple ». Les entreprises l’ont compris.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

L’entreprise adopte le mode collaboratif – DOCaufutur, l’avenir du document s’interroge

World collaborative economy illustration 1st mars, 2015

Matthieu Charron a acheté une maison à rénover en s’installant à Nantes il y a quelques années. Au lieu de commander tous les outils nécessaires qui lui auraient coûté une fortune, il a préféré demander à ses collègues, à travers un blog, de lui en prêter. C’est de cette expérience qu’est née la société Troovon. DOCaufutur s’intéresse ce mois-ci à six acteurs qui ont fait du collaboratif leur cœur de métier.

L’objectif de Troovon ? « Démocratiser la consommation collective et la promouvoir en entreprise. On passe plus de 42% de sa vie au travail, autant profiter de ce lieu de vie pour s’entraider » explique Damien Durrleman, associé chez Troovon. Exit le tableau en liège à la cafétéria de l’entreprise, ici tout se passe sur une plateforme web. Cette plateforme de partage est uniquement réservée à une société ou à des sociétés de la même zone géographique. « On part du principe que les meilleurs échanges sont ceux qui sont réalisés avec des personnes de confiance. Son collègue; on peut le croiser tous les jours. Le système est donc sécurisé naturellement ». Les salariés inscrits remplissent leur profil et peuvent ainsi proposer des partages de compétences (cours d’anglais, baby-sitting), du covoiturage, du troc, des dons,… Finalement, Internet nous ramène dans le monde réel, autrement dit l’outil virtuel amène le lien social et la collaboration. « Quand l’un de chefs d’entreprise de notre réseau voit sur le parking de sa société des outils qui changent de coffre de voiture, on se dit que le pari est réussi ».

man waiting in front of his huge garage yard sale  Le collaboratif, c’est mettre en lien l’offre et la demande. Hopwork est une plateforme d’intermédiation entre des freelances (création, web, rédaction, développement, etc.) et des entreprises. « Nous faisons face à un changement d’époque : les générations Y et Z souhaitent rompre avec la rigidité et cherchent de l’autonomie et de la flexibilité. Volatiles et dynamiques, les sociétés actuelles ont de plus en plus besoin de talents de manière ponctuelle » note Hugo Lassiège, l’un des trois fondateurs de Hopwork. Il constate également que les gens expriment des besoins de transparence, d’échanges et d’ouverture. La particularité de cette start-up par rapport aux autres plateformes de freelances, c’est le système de relation inversée. Ici, ce sont les freelances qui postent leur profil et les entreprises qui les contactent en fonction de leur besoin. Hopwork propose également des services additionnels pour faciliter les collaborations, tels que la génération de devis, l’assurance à la mission, l’assistance et une plateforme de paiement en ligne. « On a remarqué que certains clients devenaient par la suite freelance en se disant ‘’j’ai des compétences dans tel domaine alors pourquoi pas moi ?’’ ».

filles qui discutentLes espaces de coworking incitent à la collaboration. C’est le cas des bureaux La Cordée, présents à Lyon, à Paris et dans le Jura. « Le projet de la Cordée est né du constat que si le travail nomade (télétravail, activité indépendante, entrepreneuriat) est une source de libertés énormes, ces dernières sont souvent mises à mal par l’absence d’un cadre professionnel et convivial. Nous accueillons dans nos espaces environ 500 personnes, de tout âge et de toute profession » souligne Julie Pouliquen, co-fondatrice. Ici, pas besoin d’aller bien loin pour trouver un graphiste, un traducteur, un rédacteur, un développeur,… « Je constate que dans un espace informel, les personnes sont plus à l’aise et cela facilite les rencontres de qualité » précise Mari Rossi, responsable de l’un des espaces à Lyon. La Cordée a placé la collaboration au cœur de son activité. Elle possède en effet un réseau social interne où l’entraide et le partage sont valorisés. Elle a mis en place divers partenariats avec des structures proposant des prestations juridiques, comptables,… destinés aux membres. En parallèle, elle organise des événements et des formations qui favorisent l’apprentissage et la rencontre. On retrouve par exemple l’évènement « tempête sous un crâne » (brainstorming). Pendant la pause déjeuner, un membre va se faire aider par les coworkers qui se sont inscrits pour l’occasion. Cette semaine, c’est Pauline qui a comme projet d’ouvrir un lieu de vie qui mêlera boutique, atelier de création et salon de thé. Et elle a besoin d’idées pour l’aider à trouver un nom à sa boutique. 

Multi-Ethnic People Meeting With Computer SystemLes outils de communication facilitent la collaboration à distance. La société de solutions de communications unifiées Cirque réfléchie aux solutions qui permettent de fluidifier la collaboration en entreprise. « Mobilité, télétravail, déplacement, horaires flexibles, etc. Le travail de 9h à 18h sur un lieu géographique fixe est résolu. Pour continuer à travailler de manière collaborative dans ce nouveau contexte, chaque salarié doit pouvoir retrouver son environnement de travail quelque soit le lieu où il se trouve » explique Christian Normann, le directeur de Cirque. Des solutions Cirque en mode Cloud permettent de répondre à ce besoin mais également d’organiser des séances collaboratives en audio collab, en web collab et en visiocollab.

« Nous proposons aussi des solutions de serveurs de téléphonie à guichet unique. Ce sont des services managés sous forme de plateformes mutualisées qui permettent de gérer ses succursales du monde entier en un seul et même système » précise Christian Normann.

Cette solution permet, en autres, d’inclure le statut de l’agenda de chaque salarié afin de rediriger directement l’appel vers une autre personne compétente. Toute collaboration passe d’abord par la communication.

réseaux sociaux / rencontreLa collaboration doit être présente pour accompagner la transformation digitale. Pour Stéphane Ingrassia, directeur marketing adjoint chez Docapost, les entreprises ont trois objectifs principaux : s’adapter au monde dans lequel on vit (monde digital), accélérer les échanges et réduire les coûts. « Nous sommes dans un monde de co-construction, dans le sens où les clients et leurs fournisseurs travaillent de plus en plus ensemble en collaboration». Plateformes digitales, dématérialisation des parcours clients, des factures fournisseurs… : Docapost accompagne ses clients dans des processus de facilitation. « Lorsqu’on introduit le collaboratif digital dans la relation client, c’est pour capter de nouveaux clients et les fidéliser. En interne, c’est la même logique pour les collaborateurs » précise Stéphane Ingrassia. Au sein de Docapost, l’expérience collaborateur et le mode collaboratif sont mis en avant grâce à un outil RH qui permet notamment de mettre en œuvre un parcours collaborateur multicanal basé sur un espace collaboratif sécurisé.

On l’a vu, la collaboration, qu’elle se déroule en face à face, au travers d’outils, de projets ou de transformation digitale, est essentielle pour avancer. Comme le disait Antoine de St Exupéry, « La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose qu’une pierre. Mais, de collaborer, elle s’assemble et devient temple ». Les entreprises l’ont compris.

By
@coesteve1
backtotop