Les grandes entreprises seraient-elles un frein à l’innovation ? Guillaume Villon de Benveniste – The Innovation and Strategy Blog

Kontinuum

Comment réussir l’innovation en France ? Comment créer les conditions pour qu’il y ait davantage de start-ups innovantes en France ? Comment réussir à créer de nouvelles grandes entreprises mondiales ? Voici quelques-unes des questions que j’ai eu l’occasion de me poser au cours d’une conférence que j’ai organisée à L’Espace Dirigeants avec Marie Ekeland, investisseur et coprésidente de France digitale.

Le CAC 40 est composé d’entreprises centenaires

Marie Ekeland - Présidente de France DigitalMarie Ekeland – Présidente de France Digital

La première chose qui a marqué mon esprit est l’âge des entreprises du CAC 40 : 103 ans en moyenne. Autrement dit, les entreprises françaises reconnues mondialement ont été créées à la Belle Époque, cette période de grande prospérité et de grande innovation qui démarre en 1873 et se termine en 1913.

À cette époque, l’économie française prend le leadership industriel dans plus de 27 secteurs industriels différents tels que l’automobile, la photographie, l’aéronautique, la chimie, la métallurgie, la cosmétique et l’agroalimentaire. Les entreprises telles qu’Air Liquide, L’Oréal, Renault, Peugeot, Citroën sont créées avec un capital de départ relativement modeste. Mais, ces entreprises sont extrêmement rentables dès leur démarrage.

C’est aussi au cours de la Belle Époque que la France organise des expositions universelles ce qui confère à Paris son titre de « ville des lumières ». De cet héritage il reste la tour Eiffel et le Grand Palais. Mais nous avons égaré la pierre qui figurait sur le fronton du Grand Palais sur lequel on pouvait lire que : « l’avenir sera fait avec les outils que nous aurons forgés »

Encore aujourd’hui partout dans le monde, on trouve des vestiges de cette Belle Époque française : les publicités ont marqué l’esprit par leur esthétisme. Mais, ce qui reste de cette Belle Époque est aussi quelque chose d’intangible : l’idée que la créativité et l’innovation son les domaines où la France excelle.

Pourtant, la France éprouve des difficultés à renouveler son économie

C’est sans doute cette idée-là qui m’a le plus marqué au cours de mon échange avec Marie Ekeland. Elle m’a par exemple informé qu’elle ne souhaitait plus investir dans des start-ups qui visent le marché professionnel. En effet, ces start-ups doivent composer avec un tissu économique et industriel qui n’est pas du tout propice à leur croissance à moyen et long terme.

En particulier, ces start-ups doivent travailler avec des grandes entreprises du CAC 40 qui ont été créées à la Belle Époque. Mais, ces grandes entreprises ont perdu beaucoup de cette énergie d’innovation qui a pourtant été déterminante à leur création. Ces grandes entreprises ne sont plus gérées par des visionnaires, mais par des gestionnaires. L’acte de vente est devenu très complexe, très onéreux, et peu rentable. Ainsi, Marie Ekeland parle du cas de Criteo, un cas qu’elle connaît très bien puisqu’elle y a été le premier investisseur.

Criteo lors de son entrée en bourse au Nasdaq américain

Criteo lors de son entrée en bourse au Nasdaq américain

L’entreprise Criteo a connu différents modèles économiques. L’un des modèles économiques consiste à créer un moteur de recommandation de produits culturels. La vente de ce moteur de recommandation s’est avérée extrêmement complexe :

  • d’une part, il faut réussir à convaincre la direction marketing d’intégrer ce moteur de recommandation au sein de la page d’un site de e-commerce
  • ensuite, il faut convaincre la direction informatique d’intégrer ce moteur dans le système d’informatique de l’entreprise
  • puis, il faut convaincre la direction des achats de travailler avec une start-up, là où les achats préfèrent travailler avec de grandes entreprises afin de minimiser le risque de défaillance économique
  • enfin, ayant convaincu la direction marketing, la direction des achats, et la direction informatique, il faut convaincre le directeur général qui veut que ce nouveau moteur soit aligné avec la stratégie générale de l’entreprise.

L’ensemble de cet acte de vente prend en moyenne un an et aboutit sur une vente de l’ordre de 100 000 €. Mais, pour réaliser une telle vente, il faut investir les sommes considérables dans l’acte de vente et recruter une force commerciale sénior qui coûte cher

D’après Marie Ekeland, ces start-ups visant le marché professionnel peinent à être rentables. Elles ne sont pas scalables et par conséquent, elles ne permettent pas de réussir l’innovation. Les grandes entreprises du CAC seraient donc un frein à l’innovation.

Lectures complémentaires

  • Pour une discussion avec François Demongeot de Personal IT sur la recherche d’un modèle économique scalable, suivre ce lien.
  • Pour un article sur la difficulté de la France à conserver ses cerveaux, lire ce billet.
  • Pour un point de vue sur la mauvaise allocation des ressources dans les grandes entreprises, voir ici.
  • Pour un article sur la valeur de l’open innovation dans le B2B, se rendre ici.

 

Source => http://theinnovationandstrategyblog.com/

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les grandes entreprises seraient-elles un frein à l’innovation ? Guillaume Villon de Benveniste – The Innovation and Strategy Blog

Kontinuum 15th février, 2015

Comment réussir l’innovation en France ? Comment créer les conditions pour qu’il y ait davantage de start-ups innovantes en France ? Comment réussir à créer de nouvelles grandes entreprises mondiales ? Voici quelques-unes des questions que j’ai eu l’occasion de me poser au cours d’une conférence que j’ai organisée à L’Espace Dirigeants avec Marie Ekeland, investisseur et coprésidente de France digitale.

Le CAC 40 est composé d’entreprises centenaires

Marie Ekeland - Présidente de France DigitalMarie Ekeland – Présidente de France Digital

La première chose qui a marqué mon esprit est l’âge des entreprises du CAC 40 : 103 ans en moyenne. Autrement dit, les entreprises françaises reconnues mondialement ont été créées à la Belle Époque, cette période de grande prospérité et de grande innovation qui démarre en 1873 et se termine en 1913.

À cette époque, l’économie française prend le leadership industriel dans plus de 27 secteurs industriels différents tels que l’automobile, la photographie, l’aéronautique, la chimie, la métallurgie, la cosmétique et l’agroalimentaire. Les entreprises telles qu’Air Liquide, L’Oréal, Renault, Peugeot, Citroën sont créées avec un capital de départ relativement modeste. Mais, ces entreprises sont extrêmement rentables dès leur démarrage.

C’est aussi au cours de la Belle Époque que la France organise des expositions universelles ce qui confère à Paris son titre de « ville des lumières ». De cet héritage il reste la tour Eiffel et le Grand Palais. Mais nous avons égaré la pierre qui figurait sur le fronton du Grand Palais sur lequel on pouvait lire que : « l’avenir sera fait avec les outils que nous aurons forgés »

Encore aujourd’hui partout dans le monde, on trouve des vestiges de cette Belle Époque française : les publicités ont marqué l’esprit par leur esthétisme. Mais, ce qui reste de cette Belle Époque est aussi quelque chose d’intangible : l’idée que la créativité et l’innovation son les domaines où la France excelle.

Pourtant, la France éprouve des difficultés à renouveler son économie

C’est sans doute cette idée-là qui m’a le plus marqué au cours de mon échange avec Marie Ekeland. Elle m’a par exemple informé qu’elle ne souhaitait plus investir dans des start-ups qui visent le marché professionnel. En effet, ces start-ups doivent composer avec un tissu économique et industriel qui n’est pas du tout propice à leur croissance à moyen et long terme.

En particulier, ces start-ups doivent travailler avec des grandes entreprises du CAC 40 qui ont été créées à la Belle Époque. Mais, ces grandes entreprises ont perdu beaucoup de cette énergie d’innovation qui a pourtant été déterminante à leur création. Ces grandes entreprises ne sont plus gérées par des visionnaires, mais par des gestionnaires. L’acte de vente est devenu très complexe, très onéreux, et peu rentable. Ainsi, Marie Ekeland parle du cas de Criteo, un cas qu’elle connaît très bien puisqu’elle y a été le premier investisseur.

Criteo lors de son entrée en bourse au Nasdaq américain

Criteo lors de son entrée en bourse au Nasdaq américain

L’entreprise Criteo a connu différents modèles économiques. L’un des modèles économiques consiste à créer un moteur de recommandation de produits culturels. La vente de ce moteur de recommandation s’est avérée extrêmement complexe :

  • d’une part, il faut réussir à convaincre la direction marketing d’intégrer ce moteur de recommandation au sein de la page d’un site de e-commerce
  • ensuite, il faut convaincre la direction informatique d’intégrer ce moteur dans le système d’informatique de l’entreprise
  • puis, il faut convaincre la direction des achats de travailler avec une start-up, là où les achats préfèrent travailler avec de grandes entreprises afin de minimiser le risque de défaillance économique
  • enfin, ayant convaincu la direction marketing, la direction des achats, et la direction informatique, il faut convaincre le directeur général qui veut que ce nouveau moteur soit aligné avec la stratégie générale de l’entreprise.

L’ensemble de cet acte de vente prend en moyenne un an et aboutit sur une vente de l’ordre de 100 000 €. Mais, pour réaliser une telle vente, il faut investir les sommes considérables dans l’acte de vente et recruter une force commerciale sénior qui coûte cher

D’après Marie Ekeland, ces start-ups visant le marché professionnel peinent à être rentables. Elles ne sont pas scalables et par conséquent, elles ne permettent pas de réussir l’innovation. Les grandes entreprises du CAC seraient donc un frein à l’innovation.

Lectures complémentaires

  • Pour une discussion avec François Demongeot de Personal IT sur la recherche d’un modèle économique scalable, suivre ce lien.
  • Pour un article sur la difficulté de la France à conserver ses cerveaux, lire ce billet.
  • Pour un point de vue sur la mauvaise allocation des ressources dans les grandes entreprises, voir ici.
  • Pour un article sur la valeur de l’open innovation dans le B2B, se rendre ici.

 

Source => http://theinnovationandstrategyblog.com/

By
@coesteve1
backtotop