Les entreprises françaises sont en retard dans la course mondiale à l’adoption de DevOps, selon une étude de CA Technologies

Business mobile
  • 12% seulement des entreprises françaises ont adopté les bonnes pratiques DevOps alors que 24% des entreprises au niveau global ont déjà passé le pas.
  • Mais les entreprises françaises « early adopters » enregistrent des bénéfices concrets, dans le cadre de leur adoption de DevOps, tels qu’une augmentation du nombre de clients utilisant leurs services (+11%) et une croissance des revenus (+10%).
  • Sur le front de l’emploi, 63% des entreprises françaises prévoient également de recruter des spécialistes de DevOps dans le cadre de leurs projets d’implémentation

Selon les résultats d’une étude mondiale commandée par CA Technologies (NASDAQ : CA), les entreprises françaises tirent des bénéfices quantifiables de la méthodologie DevOps,[1] qui favorise leur capacité d’innovation et leur croissance dans l’économie des applications. Près de la moitié (45%) des entreprises françaises ayant recours à l’approche DevOps font déjà état d’une augmentation du nombre de clients utilisant leurs logiciels et services (soit le taux le plus élevé d’Europe). En outre, 32% de ces entreprises françaises sont désormais en mesure de développer de nouveaux logiciels – dont la conception n’aurait pas été envisageable sans DevOps (un taux égalant le chiffre le plus élevé en Europe). Enfin, 39% des entreprises françaises (soit le taux le plus élevé d’Europe) signalent une hausse de leur chiffre d’affaires, ce qui souligne encore davantage l’importance du DevOps en tant que facteur de réussite dans l’économie des applications.

Cette étude intitulée « DevOps: The Worst-Kept Secret to Winning in the Application Economy »,  analyse les résultats d’une enquête menée auprès de 1425 dirigeants d’entreprises dans 13 pays, dont 6 en Europe (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne et Suisse).

DevOps : des bénéfices tangibles

Selon les résultats obtenus, les gains mesurés par les entreprises françaises grâce à l’adoption de DevOps sont importants : une réduction de 12% du délai de déploiement de nouveaux produits et services, une augmentation de 11% de la clientèle, et une croissance de 10% du chiffre d’affaires.

« Cette étude fournit les preuves que les organisations mondiales ayant recours à la méthodologie DevOps se montrent plus compétitives au sein de l’économie des applications », déclare Denis Herriau, Directeur Solutions DevOps chez CA Technologies. « La rapidité est un facteur essentiel à l’heure de l’économie des applications. Les entreprises qui mettent trop de temps à livrer leurs applications ou qui proposent des applications de mauvaise qualité risquent de voir partir leurs clients chez la concurrence. L’approche DevOps permet de répondre à ces enjeux en accélérant le cycle de déploiement de nouvelles applications et en améliorant la qualité. Les bénéfices induits sont une augmentation du chiffre d’affaires, l’attraction de nouveaux clients, et un véritable avantage concurrentiel ».

S’adapter à la digitalisation du parcours des clients

L’étude révèle que le DevOps permet aux entreprises de développer une expérience numérique optimale pour l’utilisateur final. Près de 94% des organisations françaises ayant ou prévoyant d’avoir recours au DevOps espèrent profiter de la disponibilité de leurs applications sur davantage de plateformes afin de s’adapter à la digitalisation du parcours des clients. Ce taux est supérieur à celui de l’Italie (76%), et s’approche de ceux de l’Allemagne (92%) et du Royaume-Uni (96%). L’accompagnement du client tout au long de son parcours numérique est une nécessité absolue dans l’économie des applications ; notamment à l’heure où les clients réclament un accès aux services via leurs canaux préférés, que ce soit un smartphone, des ressources en ligne, en libre-service ou via un centre d’appels.

Les sondés déjà engagés dans l’adoption de DevOps font également état d’autres gains quantifiables. Les entreprises françaises rapportent en effet en moyenne une réduction de 12% de leurs délais de commercialisation de logiciels/services, une réduction de 11% des ressources nécessaires au développement et au déploiement de logiciels, ainsi qu’une baisse de 18% du temps consacré à la résolution de problèmes au niveau des applications et à leur maintenance.

La question n’est plus « si », mais « quand y aller »

Dès lors, rien de surprenant à ce que 83% des entreprises françaises aient prévu d’adopter la méthodologie DevOps au cours des cinq prochaines années (54% d’ici 2 ans et 29% d’ici 5 ans). Le facteur d’adoption du DevOps le plus important est la nécessité d’améliorer la qualité et la performance des applications (49% des entreprises en France – deuxième taux le plus élevé après l’Allemagne). Viennent ensuite la nécessité d’améliorer l’expérience client (35%) et l’adaptation de son parcours digital : en assurant davantage de déploiements simultanés sur différentes plateformes (35 %).

Des profils recherchés sur le marché de l’emploi

En outre, 63% des sociétés françaises prévoient également de recruter des spécialistes du DevOps. Ce sont, d’une part, de nouvelles opportunités d’embauche dans un contexte économique morose. D’autre part, cela permet de contribuer à résorber une pénurie de main d’œuvre identifiée par l’Union Européenne. Celle-ci anticipe d’ici 2020 un manque d’experts en informatique dans tous les secteurs en Europe soit environ 900 000 postes dans les technologies de l’information et de la communication.

« Les DSI réalisent qu’une collaboration accrue entre les membres des équipes en charge du développement, des tests ou du déploiement applicatif, permettra d’améliorer la qualité des logiciels et d’enrichir l’expérience du consommateur ou de l’utilisateur final. Cela passe par la mise en place d’une culture orientée DevOps, s’appuyant à la fois sur l’investissement dans les technologies nécessaires, la formation et le recrutement des équipes. Cette stratégie permet aux entreprises d’améliorer leur compétitivité au sein de l’économie des applications où les maîtres mots sont : réseaux sociaux, cloud ou mobilité », conclut Denis Herriau.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les entreprises françaises sont en retard dans la course mondiale à l’adoption de DevOps, selon une étude de CA Technologies

Business mobile 3rd février, 2015
  • 12% seulement des entreprises françaises ont adopté les bonnes pratiques DevOps alors que 24% des entreprises au niveau global ont déjà passé le pas.
  • Mais les entreprises françaises « early adopters » enregistrent des bénéfices concrets, dans le cadre de leur adoption de DevOps, tels qu’une augmentation du nombre de clients utilisant leurs services (+11%) et une croissance des revenus (+10%).
  • Sur le front de l’emploi, 63% des entreprises françaises prévoient également de recruter des spécialistes de DevOps dans le cadre de leurs projets d’implémentation

Selon les résultats d’une étude mondiale commandée par CA Technologies (NASDAQ : CA), les entreprises françaises tirent des bénéfices quantifiables de la méthodologie DevOps,[1] qui favorise leur capacité d’innovation et leur croissance dans l’économie des applications. Près de la moitié (45%) des entreprises françaises ayant recours à l’approche DevOps font déjà état d’une augmentation du nombre de clients utilisant leurs logiciels et services (soit le taux le plus élevé d’Europe). En outre, 32% de ces entreprises françaises sont désormais en mesure de développer de nouveaux logiciels – dont la conception n’aurait pas été envisageable sans DevOps (un taux égalant le chiffre le plus élevé en Europe). Enfin, 39% des entreprises françaises (soit le taux le plus élevé d’Europe) signalent une hausse de leur chiffre d’affaires, ce qui souligne encore davantage l’importance du DevOps en tant que facteur de réussite dans l’économie des applications.

Cette étude intitulée « DevOps: The Worst-Kept Secret to Winning in the Application Economy »,  analyse les résultats d’une enquête menée auprès de 1425 dirigeants d’entreprises dans 13 pays, dont 6 en Europe (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne et Suisse).

DevOps : des bénéfices tangibles

Selon les résultats obtenus, les gains mesurés par les entreprises françaises grâce à l’adoption de DevOps sont importants : une réduction de 12% du délai de déploiement de nouveaux produits et services, une augmentation de 11% de la clientèle, et une croissance de 10% du chiffre d’affaires.

« Cette étude fournit les preuves que les organisations mondiales ayant recours à la méthodologie DevOps se montrent plus compétitives au sein de l’économie des applications », déclare Denis Herriau, Directeur Solutions DevOps chez CA Technologies. « La rapidité est un facteur essentiel à l’heure de l’économie des applications. Les entreprises qui mettent trop de temps à livrer leurs applications ou qui proposent des applications de mauvaise qualité risquent de voir partir leurs clients chez la concurrence. L’approche DevOps permet de répondre à ces enjeux en accélérant le cycle de déploiement de nouvelles applications et en améliorant la qualité. Les bénéfices induits sont une augmentation du chiffre d’affaires, l’attraction de nouveaux clients, et un véritable avantage concurrentiel ».

S’adapter à la digitalisation du parcours des clients

L’étude révèle que le DevOps permet aux entreprises de développer une expérience numérique optimale pour l’utilisateur final. Près de 94% des organisations françaises ayant ou prévoyant d’avoir recours au DevOps espèrent profiter de la disponibilité de leurs applications sur davantage de plateformes afin de s’adapter à la digitalisation du parcours des clients. Ce taux est supérieur à celui de l’Italie (76%), et s’approche de ceux de l’Allemagne (92%) et du Royaume-Uni (96%). L’accompagnement du client tout au long de son parcours numérique est une nécessité absolue dans l’économie des applications ; notamment à l’heure où les clients réclament un accès aux services via leurs canaux préférés, que ce soit un smartphone, des ressources en ligne, en libre-service ou via un centre d’appels.

Les sondés déjà engagés dans l’adoption de DevOps font également état d’autres gains quantifiables. Les entreprises françaises rapportent en effet en moyenne une réduction de 12% de leurs délais de commercialisation de logiciels/services, une réduction de 11% des ressources nécessaires au développement et au déploiement de logiciels, ainsi qu’une baisse de 18% du temps consacré à la résolution de problèmes au niveau des applications et à leur maintenance.

La question n’est plus « si », mais « quand y aller »

Dès lors, rien de surprenant à ce que 83% des entreprises françaises aient prévu d’adopter la méthodologie DevOps au cours des cinq prochaines années (54% d’ici 2 ans et 29% d’ici 5 ans). Le facteur d’adoption du DevOps le plus important est la nécessité d’améliorer la qualité et la performance des applications (49% des entreprises en France – deuxième taux le plus élevé après l’Allemagne). Viennent ensuite la nécessité d’améliorer l’expérience client (35%) et l’adaptation de son parcours digital : en assurant davantage de déploiements simultanés sur différentes plateformes (35 %).

Des profils recherchés sur le marché de l’emploi

En outre, 63% des sociétés françaises prévoient également de recruter des spécialistes du DevOps. Ce sont, d’une part, de nouvelles opportunités d’embauche dans un contexte économique morose. D’autre part, cela permet de contribuer à résorber une pénurie de main d’œuvre identifiée par l’Union Européenne. Celle-ci anticipe d’ici 2020 un manque d’experts en informatique dans tous les secteurs en Europe soit environ 900 000 postes dans les technologies de l’information et de la communication.

« Les DSI réalisent qu’une collaboration accrue entre les membres des équipes en charge du développement, des tests ou du déploiement applicatif, permettra d’améliorer la qualité des logiciels et d’enrichir l’expérience du consommateur ou de l’utilisateur final. Cela passe par la mise en place d’une culture orientée DevOps, s’appuyant à la fois sur l’investissement dans les technologies nécessaires, la formation et le recrutement des équipes. Cette stratégie permet aux entreprises d’améliorer leur compétitivité au sein de l’économie des applications où les maîtres mots sont : réseaux sociaux, cloud ou mobilité », conclut Denis Herriau.

By
@coesteve1
backtotop