L’attente d’une nouvelle législation européenne sur la protection des données pourrait coûter cher à la compétitivité et à l’image de marque des entreprises, selon Iron Mountain

L’absence d’accord au niveau européen conduit les entreprises à différer toute action au profit de celles qui appliquent des règles strictes de sécurité et de confidentialité déjà en place

Le fait que les efforts d’harmonisation des règles européennes de collecte, d’utilisation et de conservation des données s’enlisent dans des débats politiques, pourrait bien faire perdre une part substantielle de leur avantage concurrentiel à la majeure partie des entreprises de l’UE qui avouent être mal préparées aux changements à venir[i], selon Iron Mountain, le spécialiste des services de conservation et de gestion de l’information.

 

Dans un document consultatif, disponible en version anglaise sur http://www.ironmountain.co.uk/services/dpd.aspx, Iron Mountain soulignel’importance pour les entreprises de mettre en œuvre de solides mesures de protection des données, indépendamment de ce que préconisent les propositions réglementaires. En effet, il est démontré que les entreprises qui appliquent de telles mesures jouissent d’une meilleure réputation, que les clients leur font davantage confiance et qu’elles se démarquent clairement sur le marché.

 

Forrester avance que « dans la lutte pour acquérir, servir et fidéliser les clients, la sécurité des données et le respect de la confidentialité sont aujourd’hui des gages qui aident à se différencier de la concurrence ».[ii]

 

Ce document aide les entreprises à mesurer pleinement les effets de la nouvelle réglementation et à comprendre leur importance. Bon nombre de dispositions font toujours l’objet d’intenses débats parmi les dirigeants de l’UE trois ans après la première proposition de loi : celles relatives aux données du secteur public, le droit d’accès aux données par les organismes chargés de l’application de la loi et la possibilité pour les entreprises internationales de traiter directement avec le régulateur sur leur marché d’origine (le « guichet unique »), . Le retard pris pour parvenir à un accord ne reflète pas uniquement les intérêts divergents des 28 États membres, mais aussi l’évolution rapide des technologies, des nouveaux consommateurs connectés et du Big Data. 

« La proposition de loi est extrêmement puissante et elle aura des répercussions dans le monde entier », déclare Edward Hladky, Directeur Général Adjoint d’Iron Mountain France. « Certains concepts seront étudiés de près dans quelques zones géopolitiques : la cohérence des règles et leur mise en œuvre à travers les frontières, le droit à l’oubli et le besoin d’une désidentification efficace des données personnelles utilisées dans les secteurs de la santé et de la recherche. »

 

« Toutefois, avec autant de propositions en constante évolution, les entreprises peuvent être tentées d’attendre de voir ce que la version finale contiendra réellement. Nous pensons que ce serait une erreur. L’éthique veut que les organisations protègent les données fermement et efficacement et qu’elles les utilisent et les conservent de manière responsable et transparente. Autant cela renforce la confiance des clients, autant les violations de données les rendent méfiants. L’équation est simple : la confiance nourrit la fidélité et la fidélité nourrit les ventes. Les entreprises ont beaucoup à gagner en agissant dès maintenant, avant que la loi les oblige à le faire. »

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

L’attente d’une nouvelle législation européenne sur la protection des données pourrait coûter cher à la compétitivité et à l’image de marque des entreprises, selon Iron Mountain

3rd février, 2015

L’absence d’accord au niveau européen conduit les entreprises à différer toute action au profit de celles qui appliquent des règles strictes de sécurité et de confidentialité déjà en place

Le fait que les efforts d’harmonisation des règles européennes de collecte, d’utilisation et de conservation des données s’enlisent dans des débats politiques, pourrait bien faire perdre une part substantielle de leur avantage concurrentiel à la majeure partie des entreprises de l’UE qui avouent être mal préparées aux changements à venir[i], selon Iron Mountain, le spécialiste des services de conservation et de gestion de l’information.

 

Dans un document consultatif, disponible en version anglaise sur http://www.ironmountain.co.uk/services/dpd.aspx, Iron Mountain soulignel’importance pour les entreprises de mettre en œuvre de solides mesures de protection des données, indépendamment de ce que préconisent les propositions réglementaires. En effet, il est démontré que les entreprises qui appliquent de telles mesures jouissent d’une meilleure réputation, que les clients leur font davantage confiance et qu’elles se démarquent clairement sur le marché.

 

Forrester avance que « dans la lutte pour acquérir, servir et fidéliser les clients, la sécurité des données et le respect de la confidentialité sont aujourd’hui des gages qui aident à se différencier de la concurrence ».[ii]

 

Ce document aide les entreprises à mesurer pleinement les effets de la nouvelle réglementation et à comprendre leur importance. Bon nombre de dispositions font toujours l’objet d’intenses débats parmi les dirigeants de l’UE trois ans après la première proposition de loi : celles relatives aux données du secteur public, le droit d’accès aux données par les organismes chargés de l’application de la loi et la possibilité pour les entreprises internationales de traiter directement avec le régulateur sur leur marché d’origine (le « guichet unique »), . Le retard pris pour parvenir à un accord ne reflète pas uniquement les intérêts divergents des 28 États membres, mais aussi l’évolution rapide des technologies, des nouveaux consommateurs connectés et du Big Data. 

« La proposition de loi est extrêmement puissante et elle aura des répercussions dans le monde entier », déclare Edward Hladky, Directeur Général Adjoint d’Iron Mountain France. « Certains concepts seront étudiés de près dans quelques zones géopolitiques : la cohérence des règles et leur mise en œuvre à travers les frontières, le droit à l’oubli et le besoin d’une désidentification efficace des données personnelles utilisées dans les secteurs de la santé et de la recherche. »

 

« Toutefois, avec autant de propositions en constante évolution, les entreprises peuvent être tentées d’attendre de voir ce que la version finale contiendra réellement. Nous pensons que ce serait une erreur. L’éthique veut que les organisations protègent les données fermement et efficacement et qu’elles les utilisent et les conservent de manière responsable et transparente. Autant cela renforce la confiance des clients, autant les violations de données les rendent méfiants. L’équation est simple : la confiance nourrit la fidélité et la fidélité nourrit les ventes. Les entreprises ont beaucoup à gagner en agissant dès maintenant, avant que la loi les oblige à le faire. »

By
@coesteve1
backtotop