e-Réputation des entreprises et des administrations : Une norme internationale – ISO 20488 – se prépare et la France est en tête de pont…

Computer geek
Le comité technique international de normalisation « réputation en ligne » (ISO) a été créé à l’initiative de la France. AFNOR appelle tous les professionnels français de l’e-réputation à rejoindre la commission créée pour participer à la diffusion de leur savoir-faire dans le monde.

Normaliser l’e-réputation, c’est disposer des mêmes moyens partout au monde

A l’international, les entreprises partagent toutes les mêmes problématiques. Leur réputation est désormais liée à la digitalisation des comportements des consommateurs. Les clients décident de ce qu’elles sont, ils le partagent à toute heure et dans toutes les langues. Le besoin de capitaliser sur les pratiques des professionnels d’e-réputation est partagé au niveau international. En mettant en commun leur savoir-faire en commission de normalisation AFNOR, les français pourront participer à la définition des outils et des méthodes de référence internationales de demain. Par des normes d’application volontaire, toutes les parties prenantes pourront partager des bonnes pratiques, et donc les faire connaître.

Les premières pistes de réflexion

  • Élaborer à l’échelle internationale une méthode fiable de traitement des avis de consommateurs, sur la base de la 1ere norme française qui a ouvert la voie en 2013.
  • S’accorder sur un glossaire commun sur la e-réputation des organisations publiques et privées.
  • Etudier le rôle des médias sociaux et des autres outils dans les débats de normalisation.

D’abord renforcer la commission de normalisation française

La France est au cœur de norme internationale du projet pour plusieurs raisons.
  1. Son avance avec la 1ere norme française internationalement reconnue, publiée en 2013.
  2. Le pilotage du projet international confié à un français, Laurent Petit dialogue & digital skills manager de Décathlon et président du comité technique ISO « online reputation ». Son rôle : susciter un travail constructif entre tous les pays volontaires, créer un consensus, et encourager d’autres pays à s’investir dans les travaux…
  3. La France s’engage aussi avec la volonté de diversifier la commission de normalisation nationale qui défendra nos couleurs dans les discussions internationales. Les représentants des voyagistes et des hôteliers, déjà très présents, doivent être rejoints par des professionnels de la e-réputation car la France a un vrai savoir-faire en la matière.
Les représentants de l’automobile, des nouvelles technologies, des équipements sportifs, des médicaments, du secteur des services, du secteur bancaire ont toute leur place au sein de la commission française.

Qui compose le comité de l’ISO sur l’e-reputation piloté par La France ?

27 pays représentés par des entreprises, des administrations et des associations de consommateurs. 9 ont le statut de participants actifs (Allemagne, Canada, Chine, Espagne, Finlande, France, Malaisie, Royaume-Uni et République Tchèque) ; 18 sont des observateurs, parmi les quels le Brésil, le Japon et l’Inde. Cette liste est appelée à évoluer selon les choix stratégiques opérés par les parties intéressées.
Le rôle d’AFNOR est de contribuer aux travaux des instances de normalisation européenne et internationale où 87% des normes volontaires, disponibles en France, ont été réalisées en 2014.
Les initiatives prises par les parties prenantes, les bureaux de normalisation sectoriels et AFNOR ont permis, en 2014, de maintenir la France en 2ème position en Europe et en 3ème place au niveau mondial (devant le Royaume-Uni et le Japon) en termes d’exercices de responsabilités au sein des instances de normalisation.
Pour rejoindre la commission de normalisation française E-reputation http://www2.afnor.org/espace_normalisation/structure.aspx?commid=84949&lang=french

Qu’est-ce qu’une norme volontaire ?

A la différence de la réglementation, une norme volontaire est une méthode de référence élaborée à la demande et avec le concours actifs des parties intéressées, réunies de manière représentative (industriels, consommateurs, associations, syndicats, collectivités locales…) par AFNOR. Elle est d’application optionnelle, sauf si la réglementation l’impose (1% des cas). Les normes volontaires fournissent des principes et des exigences pour une activité ou ses résultats. Elles sont revues systématiquement et a minima tous les cinq ans. Les utilisateurs décident de leur maintien, de leur mise à jour ou de leur annulation.

Les normes volontaires en chiffres

33 614 normes volontaires étaient disponibles à fin 2014. 756 nouvelles normes ont été publiées en 2014 (87% d’origine européenne ou internationale). 1 249 ont été mises à jour et 1790 ont été supprimées.
Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

e-Réputation des entreprises et des administrations : Une norme internationale – ISO 20488 – se prépare et la France est en tête de pont…

Computer geek 29th janvier, 2015
Le comité technique international de normalisation « réputation en ligne » (ISO) a été créé à l’initiative de la France. AFNOR appelle tous les professionnels français de l’e-réputation à rejoindre la commission créée pour participer à la diffusion de leur savoir-faire dans le monde.

Normaliser l’e-réputation, c’est disposer des mêmes moyens partout au monde

A l’international, les entreprises partagent toutes les mêmes problématiques. Leur réputation est désormais liée à la digitalisation des comportements des consommateurs. Les clients décident de ce qu’elles sont, ils le partagent à toute heure et dans toutes les langues. Le besoin de capitaliser sur les pratiques des professionnels d’e-réputation est partagé au niveau international. En mettant en commun leur savoir-faire en commission de normalisation AFNOR, les français pourront participer à la définition des outils et des méthodes de référence internationales de demain. Par des normes d’application volontaire, toutes les parties prenantes pourront partager des bonnes pratiques, et donc les faire connaître.

Les premières pistes de réflexion

  • Élaborer à l’échelle internationale une méthode fiable de traitement des avis de consommateurs, sur la base de la 1ere norme française qui a ouvert la voie en 2013.
  • S’accorder sur un glossaire commun sur la e-réputation des organisations publiques et privées.
  • Etudier le rôle des médias sociaux et des autres outils dans les débats de normalisation.

D’abord renforcer la commission de normalisation française

La France est au cœur de norme internationale du projet pour plusieurs raisons.
  1. Son avance avec la 1ere norme française internationalement reconnue, publiée en 2013.
  2. Le pilotage du projet international confié à un français, Laurent Petit dialogue & digital skills manager de Décathlon et président du comité technique ISO « online reputation ». Son rôle : susciter un travail constructif entre tous les pays volontaires, créer un consensus, et encourager d’autres pays à s’investir dans les travaux…
  3. La France s’engage aussi avec la volonté de diversifier la commission de normalisation nationale qui défendra nos couleurs dans les discussions internationales. Les représentants des voyagistes et des hôteliers, déjà très présents, doivent être rejoints par des professionnels de la e-réputation car la France a un vrai savoir-faire en la matière.
Les représentants de l’automobile, des nouvelles technologies, des équipements sportifs, des médicaments, du secteur des services, du secteur bancaire ont toute leur place au sein de la commission française.

Qui compose le comité de l’ISO sur l’e-reputation piloté par La France ?

27 pays représentés par des entreprises, des administrations et des associations de consommateurs. 9 ont le statut de participants actifs (Allemagne, Canada, Chine, Espagne, Finlande, France, Malaisie, Royaume-Uni et République Tchèque) ; 18 sont des observateurs, parmi les quels le Brésil, le Japon et l’Inde. Cette liste est appelée à évoluer selon les choix stratégiques opérés par les parties intéressées.
Le rôle d’AFNOR est de contribuer aux travaux des instances de normalisation européenne et internationale où 87% des normes volontaires, disponibles en France, ont été réalisées en 2014.
Les initiatives prises par les parties prenantes, les bureaux de normalisation sectoriels et AFNOR ont permis, en 2014, de maintenir la France en 2ème position en Europe et en 3ème place au niveau mondial (devant le Royaume-Uni et le Japon) en termes d’exercices de responsabilités au sein des instances de normalisation.
Pour rejoindre la commission de normalisation française E-reputation http://www2.afnor.org/espace_normalisation/structure.aspx?commid=84949&lang=french

Qu’est-ce qu’une norme volontaire ?

A la différence de la réglementation, une norme volontaire est une méthode de référence élaborée à la demande et avec le concours actifs des parties intéressées, réunies de manière représentative (industriels, consommateurs, associations, syndicats, collectivités locales…) par AFNOR. Elle est d’application optionnelle, sauf si la réglementation l’impose (1% des cas). Les normes volontaires fournissent des principes et des exigences pour une activité ou ses résultats. Elles sont revues systématiquement et a minima tous les cinq ans. Les utilisateurs décident de leur maintien, de leur mise à jour ou de leur annulation.

Les normes volontaires en chiffres

33 614 normes volontaires étaient disponibles à fin 2014. 756 nouvelles normes ont été publiées en 2014 (87% d’origine européenne ou internationale). 1 249 ont été mises à jour et 1790 ont été supprimées.
By
@coesteve1
backtotop