Collaboration digitale: le nécessaire apprentissage par Laurent Montanier, CEO de Takemotion

c9701683-00a9-42f1-9163-bd385a5a7efc

La collaboration digitale se positionne comme une donnée-clé au sein des entreprises. En effet, au regard de leurs mutations organisationnelles, il est indispensable de mettre en place des outils de nouvelle génération qui les accompagneront dans leurs transformations et permettront à leurs collaborateurs de mieux travailler.

En ce sens, le monde de l’éducation supérieure doit s’approprier ce nouveau sujet et préparer les étudiants à cette révolution.

Ceci est un réel défi dans la mesure où, à ce jour, la plupart des universités et écoles ne dispensent aucun enseignement sur la collaboration digitale. Les professeurs et intervenants doivent réagir et se donner les moyens de préparer les étudiants. Bien entendu, comme toute nouvelle approche, il n’existe guère de référent ni de standard. Un travail de fond mené entre le monde de l’éducation et les professionnels de la collaboration digitale se positionne donc comme une piste à privilégier.

De telles dynamiques permettront de faire émerger des cursus innovants et de proposer aux étudiants des plateformes digitales. Ils pourront ainsi, dès leurs années de formation, travailler dans un environnement digital proche de celui qu’ils devront utiliser dans la vie professionnelle. C’est un avantage compétitif significatif qui permettra aux étudiants de faire la différence, de s’adapter plus facilement à l’entreprise et de se positionner sur des nouveaux postes liés à l’émergence de ces technologies, comme des postes de Digital Collaboration Manager qui apparaissent dans les grandes entreprises[1]. Tout cela concourt à les aider à trouver plus facilement un premier emploi.

A travers l’utilisation de ces outils, les étudiants vont acquérir de nouveaux réflexes et structurer leurs communications pour gagner en agilité et en performance dans la réalisation de leurs différents travaux. Cette donnée sera progressivement un prérequis, au même titre qu’utiliser des logiciels de bureautique l’était il y a une quinzaine d’années.

Conscient de ces enjeux, de premières expérimentations apparaissent sur le marché à l’image de celle initiée par Skema[2] il y a quelque temps. Nous devrions donc voir ce type d’approches s’intensifier notamment dans les écoles de commerce qui semblent se passionner pour le sujet. Le monde de l’enseignement supérieur va donc progressivement s’ouvrir à l’entreprise numérique et à l’économie digitale, qui sont les relais de croissance de l’entreprise moderne.

Ce sujet passionnant devrait faire émerger de véritables cursus associant théorie et utilisation d’outils collaboratifs. Les professionnels de l’industrie IT doivent encourager ces initiatives et permettre aux professionnels de l’éducation de mener à bien leur mission. Pour cela, des partenariats de long terme sont à prévoir. Ils permettront de structurer des cursus innovants réunissant plateformes innovantes et contenus pédagogiques d’expertises. Cette combinaison sera à l’origine de la formation des managers de demain.

[1] Solvay a publié début octobre une offre de VIE de Digital Collaboration Officer

[2] www.skema-bs.fr

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Collaboration digitale: le nécessaire apprentissage par Laurent Montanier, CEO de Takemotion

c9701683-00a9-42f1-9163-bd385a5a7efc 16th janvier, 2015

La collaboration digitale se positionne comme une donnée-clé au sein des entreprises. En effet, au regard de leurs mutations organisationnelles, il est indispensable de mettre en place des outils de nouvelle génération qui les accompagneront dans leurs transformations et permettront à leurs collaborateurs de mieux travailler.

En ce sens, le monde de l’éducation supérieure doit s’approprier ce nouveau sujet et préparer les étudiants à cette révolution.

Ceci est un réel défi dans la mesure où, à ce jour, la plupart des universités et écoles ne dispensent aucun enseignement sur la collaboration digitale. Les professeurs et intervenants doivent réagir et se donner les moyens de préparer les étudiants. Bien entendu, comme toute nouvelle approche, il n’existe guère de référent ni de standard. Un travail de fond mené entre le monde de l’éducation et les professionnels de la collaboration digitale se positionne donc comme une piste à privilégier.

De telles dynamiques permettront de faire émerger des cursus innovants et de proposer aux étudiants des plateformes digitales. Ils pourront ainsi, dès leurs années de formation, travailler dans un environnement digital proche de celui qu’ils devront utiliser dans la vie professionnelle. C’est un avantage compétitif significatif qui permettra aux étudiants de faire la différence, de s’adapter plus facilement à l’entreprise et de se positionner sur des nouveaux postes liés à l’émergence de ces technologies, comme des postes de Digital Collaboration Manager qui apparaissent dans les grandes entreprises[1]. Tout cela concourt à les aider à trouver plus facilement un premier emploi.

A travers l’utilisation de ces outils, les étudiants vont acquérir de nouveaux réflexes et structurer leurs communications pour gagner en agilité et en performance dans la réalisation de leurs différents travaux. Cette donnée sera progressivement un prérequis, au même titre qu’utiliser des logiciels de bureautique l’était il y a une quinzaine d’années.

Conscient de ces enjeux, de premières expérimentations apparaissent sur le marché à l’image de celle initiée par Skema[2] il y a quelque temps. Nous devrions donc voir ce type d’approches s’intensifier notamment dans les écoles de commerce qui semblent se passionner pour le sujet. Le monde de l’enseignement supérieur va donc progressivement s’ouvrir à l’entreprise numérique et à l’économie digitale, qui sont les relais de croissance de l’entreprise moderne.

Ce sujet passionnant devrait faire émerger de véritables cursus associant théorie et utilisation d’outils collaboratifs. Les professionnels de l’industrie IT doivent encourager ces initiatives et permettre aux professionnels de l’éducation de mener à bien leur mission. Pour cela, des partenariats de long terme sont à prévoir. Ils permettront de structurer des cursus innovants réunissant plateformes innovantes et contenus pédagogiques d’expertises. Cette combinaison sera à l’origine de la formation des managers de demain.

[1] Solvay a publié début octobre une offre de VIE de Digital Collaboration Officer

[2] www.skema-bs.fr

By
@coesteve1
backtotop