Tendances du Big Data pour 2015 – par Neil Biehn, Vice-Président Data Science and Research, PROS

Data search

PROS, groupe américain qui édite des technologies BIG DATA conçues pour répondre au problématiques d’aide à la vente (pricing, générer des devis, anticiper des fluctuation de prix, de devises…), est arrivée en France cette année à travers le rachat du français Cameleon Software.

Le Big data est mort vive le Big data!

En 2015, le buzz autour du mot « big data » va considérablement s’éroder. En revanche, nous constaterons un intérêt grandissant pour les analyses prédictives et prescriptrives basées sur les données pour en faire de véritables actifs pour l’entreprise. Ce sont ces analyses qui permettent aux entreprises d’améliorer leurs prises de décisions quant à la relation client et à l’optimisation de leurs revenus. Les dirigeants ne cherchent pas forcément à recueillir plus de données, mais plutôt à comment leur donner de la valeur et les analyser pour identifier de nouvelles segmentations possibles, leur permettant d’identifier des ventes additionnelles et supplémentaires.

«La Science des données » devient une science parmi d’autres

Au fils des ans, le terme de « science des données » a été associé aux outils et aux logiciels. En 2015, nous devrions observer un retour à ses racines scientifiques: écouter l’entreprise pour émettre des hypothèses, les tester grâce aux données, observer les résultats et recommander une solution. Nous observerons donc un retour aux principes fondamentaux de la méthode scientifique. 

Les Chief Data Officers (CDO) ne sont pas légions en dehors de la Silicon Valley, mais la gouvernance des données l’est

Les sociétés de la Silicon Valley reposant sur des données comme Yahoo, ainsi que la ville de San Francisco ont ouvert la voie à l’émergence des CDO. Au-delà de ses frontières, vous trouverez peu ce type de profil. En 2015, la nécessité d’organiser la gouvernance des données se fera ressentir car les données ne sont plus une simple opportunité pour l’entreprise mais un véritable actif de l’entreprise. 

Aider les équipes commerciales grâce à l’analyse prédictive

Vendre n’a jamais été aussi complexe, et 2015 apportera son lot de nouveaux défis. Les entreprises qui investiront dans l’analyse prédictive et prescriptives seront armées pour mieux négocier et être ainsi optimiser leur revenu. Selon l’enquête annuelle de PwC, les dirigeants ne sont pas confiant quant aux perspectives de croissance et investir dans leur base client est la priorité n°1 pour l’année à venir.

Les industries dont les produits dépendent du pétrole et de dérivé de pétrole vont connaître une pression croissante des prix représentant de véritables opportunités pour certaines entreprises ou bien des challenges pour celles n’y prêtant pas attentions

Beaucoup de sociétés dont les produits sont fabriqués à base de dérivé du pétrole ou des polymères, profitent de la fluctuation des cours pour augmenter leur rentabilité. Mais dans de nombreux secteurs, comme la chimie ou le transport, la volatilité des prix représente un grand défi et peut entraîner des baisses de rentabilité spectaculaire. En 2015, les prix seront très variables. Les fournisseurs doivent s’attendre à des fortes pressions de leurs clients pour indexer les prix en fonction de la fluctuation du marché. Les fournisseurs doivent connaître la rentabilité de chaque client afin de savoir s’ils peuvent ou non baisser leurs tarifs, et non leurs marges. L’intelligence reposera dans la capacité à maintenir de manière sélective des prix élevés, tout en restant rentables et compétitifs.

Neil Biehn Dec 2012Neil Biehn

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Tendances du Big Data pour 2015 – par Neil Biehn, Vice-Président Data Science and Research, PROS

Data search 24th décembre, 2014

PROS, groupe américain qui édite des technologies BIG DATA conçues pour répondre au problématiques d’aide à la vente (pricing, générer des devis, anticiper des fluctuation de prix, de devises…), est arrivée en France cette année à travers le rachat du français Cameleon Software.

Le Big data est mort vive le Big data!

En 2015, le buzz autour du mot « big data » va considérablement s’éroder. En revanche, nous constaterons un intérêt grandissant pour les analyses prédictives et prescriptrives basées sur les données pour en faire de véritables actifs pour l’entreprise. Ce sont ces analyses qui permettent aux entreprises d’améliorer leurs prises de décisions quant à la relation client et à l’optimisation de leurs revenus. Les dirigeants ne cherchent pas forcément à recueillir plus de données, mais plutôt à comment leur donner de la valeur et les analyser pour identifier de nouvelles segmentations possibles, leur permettant d’identifier des ventes additionnelles et supplémentaires.

«La Science des données » devient une science parmi d’autres

Au fils des ans, le terme de « science des données » a été associé aux outils et aux logiciels. En 2015, nous devrions observer un retour à ses racines scientifiques: écouter l’entreprise pour émettre des hypothèses, les tester grâce aux données, observer les résultats et recommander une solution. Nous observerons donc un retour aux principes fondamentaux de la méthode scientifique. 

Les Chief Data Officers (CDO) ne sont pas légions en dehors de la Silicon Valley, mais la gouvernance des données l’est

Les sociétés de la Silicon Valley reposant sur des données comme Yahoo, ainsi que la ville de San Francisco ont ouvert la voie à l’émergence des CDO. Au-delà de ses frontières, vous trouverez peu ce type de profil. En 2015, la nécessité d’organiser la gouvernance des données se fera ressentir car les données ne sont plus une simple opportunité pour l’entreprise mais un véritable actif de l’entreprise. 

Aider les équipes commerciales grâce à l’analyse prédictive

Vendre n’a jamais été aussi complexe, et 2015 apportera son lot de nouveaux défis. Les entreprises qui investiront dans l’analyse prédictive et prescriptives seront armées pour mieux négocier et être ainsi optimiser leur revenu. Selon l’enquête annuelle de PwC, les dirigeants ne sont pas confiant quant aux perspectives de croissance et investir dans leur base client est la priorité n°1 pour l’année à venir.

Les industries dont les produits dépendent du pétrole et de dérivé de pétrole vont connaître une pression croissante des prix représentant de véritables opportunités pour certaines entreprises ou bien des challenges pour celles n’y prêtant pas attentions

Beaucoup de sociétés dont les produits sont fabriqués à base de dérivé du pétrole ou des polymères, profitent de la fluctuation des cours pour augmenter leur rentabilité. Mais dans de nombreux secteurs, comme la chimie ou le transport, la volatilité des prix représente un grand défi et peut entraîner des baisses de rentabilité spectaculaire. En 2015, les prix seront très variables. Les fournisseurs doivent s’attendre à des fortes pressions de leurs clients pour indexer les prix en fonction de la fluctuation du marché. Les fournisseurs doivent connaître la rentabilité de chaque client afin de savoir s’ils peuvent ou non baisser leurs tarifs, et non leurs marges. L’intelligence reposera dans la capacité à maintenir de manière sélective des prix élevés, tout en restant rentables et compétitifs.

Neil Biehn Dec 2012Neil Biehn

By
@coesteve1
backtotop