Travail le dimanche : le numérique peut-il changer la loi ? Viseo Conseil

Travail le dimanche

Les Français seraient près de 30%[1] à travailler certains dimanches, comme dans les secteurs de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, des transports, de la santé ou de la sécurité. Quant aux entreprises, elles sont nombreuses à réclamer l’autorisation d’ouvrir le dimanche.

À l’image de la Fnac et le plaidoyer d’Alexandre BOMBARD, ceux qui se font le plus entendre sur le sujet sont les magasins de produits culturels et de bricolage. Pour les acteurs du marché des loisirs le travail du dimanche est devenu une nécessité vitale, dans un contexte économique mondialisé où les sites étrangers, stars du e-commerce, répondent aux demandes des clients français 7 jours sur 7.

Pourquoi la consommation de produits de loisirs est-elle si liée au dimanche ? Ils répondent à une logique d’achat d’impulsion (développement de photos, high tech…), ils font appel aux autres membres de la famille pour la décision (voyages et séjours…) ou tout simplement, ils nourrissent une activité qui se déroule le dimanche et les jours fériés (bricolage, jardinage…).

Si 90%[2] des Français déclarent être susceptibles de changer d’avis ou de ne pas acheter en cas de déception par rapport à la qualité du service, la fermeture hebdomadaire des call centers pour les clients français est un lourd handicap face à la concurrence internationale. Plus généralement, l’ouverture des services clients le dimanche peut constituer un véritable levier pour maintenir la compétitivité des entreprises françaises.

A suivre … Ludovic NODIER, Président de Viséo Conseil et fondateur de l’Élection du Service Client de l’Année.

 

[1] INSEE
[2] Observatoire des Services Clients 2013 BVA – Viséo Conseil

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Travail le dimanche : le numérique peut-il changer la loi ? Viseo Conseil

Travail le dimanche 27th novembre, 2014

Les Français seraient près de 30%[1] à travailler certains dimanches, comme dans les secteurs de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, des transports, de la santé ou de la sécurité. Quant aux entreprises, elles sont nombreuses à réclamer l’autorisation d’ouvrir le dimanche.

À l’image de la Fnac et le plaidoyer d’Alexandre BOMBARD, ceux qui se font le plus entendre sur le sujet sont les magasins de produits culturels et de bricolage. Pour les acteurs du marché des loisirs le travail du dimanche est devenu une nécessité vitale, dans un contexte économique mondialisé où les sites étrangers, stars du e-commerce, répondent aux demandes des clients français 7 jours sur 7.

Pourquoi la consommation de produits de loisirs est-elle si liée au dimanche ? Ils répondent à une logique d’achat d’impulsion (développement de photos, high tech…), ils font appel aux autres membres de la famille pour la décision (voyages et séjours…) ou tout simplement, ils nourrissent une activité qui se déroule le dimanche et les jours fériés (bricolage, jardinage…).

Si 90%[2] des Français déclarent être susceptibles de changer d’avis ou de ne pas acheter en cas de déception par rapport à la qualité du service, la fermeture hebdomadaire des call centers pour les clients français est un lourd handicap face à la concurrence internationale. Plus généralement, l’ouverture des services clients le dimanche peut constituer un véritable levier pour maintenir la compétitivité des entreprises françaises.

A suivre … Ludovic NODIER, Président de Viséo Conseil et fondateur de l’Élection du Service Client de l’Année.

 

[1] INSEE
[2] Observatoire des Services Clients 2013 BVA – Viséo Conseil

By
@coesteve1
backtotop