BAROMÈTRE SOWINE/SSI 2014: Les Français, le vin et le web :  Tendances 2014

owl-158415__180

Quel rapport les Français entretiennent-ils avec le vin ? Quelles sont leurs sources d’information, et quelle place y occupent les nouvelles technologies ? Quel rôle jouent les réseaux sociaux, et en quoi influencent-ils l’acte d’achat de vin ? La 5ème édition du baromètre SOWINE/SSI met en évidence une évolution des comportements qui progresse à toute vitesse.

sowine_barometre2014_final_3

EN 2014, ON CONSTATE…

UNE VERITABLE SOIF DE CONNAISSANCES
Il faut avoir un minimum de connaissances pour apprécier le vin : c’est ce que pensent 68% des Français. Si une majorité (55%) se dit toujours néophytes dans ce domaine, la part de ceux qui se perçoivent comme « amateur éclairé » augmente.
Cet intérêt pour le vin est nettement lié à celui pour la gastronomie : 3 Français sur 4 associent systématiquement un bon repas avec un bon vin. Chez les connaisseurs, grands acheteurs et grands consommateurs de vin, le lien est encore plus fort : les articles en ligne traitant d’accords mets et vins leur donnent une fois sur deux envie d’acheter.

UN BESOIN DE REASSURANCE
82% des Français jugent désormais important de se renseigner avant d’acheter du vin (contre 75% en 2011). Les sources d’information qu’ils consultent en priorité ? Les cavistes occupent pour la première fois la 1ère place, surpassant l’entourage.
Internet fait un bond, devenant la 3ème source d’information consultée avant l’achat (c’était la 5ème en 2013). 22% des Français utilisent des sites comparateurs de prix pour préparer leurs achats de vin, soit presque deux fois plus qu’en 2013. La  montée en puissance des smartphones et des tablettes continue, avec une demande croissante d’accès à l’information en situation de mobilité. Derrière cette soif d’information se dessine une préoccupation de fond : celle d’être sûr de faire le bon choix au moment de l’acte d’achat.

DES COMPORTEMENTS D’ACHAT SPECIFIQUES AU WEB
C’est toujours en GMS qu’on achète le plus souvent du vin ; viennent ensuite les cavistes, les producteurs, les salons, puis Internet. Les achats sur le web sont cependant de nature différente : on a tendance à y acheter des bouteilles plus chères, et en plus grand nombre que dans les points de vente physiques (ce qui peut s’expliquer par les contraintes logistiques : quantité commandée minimum ou optimisation des frais de port).
Les deux critères qui influencent le plus l’achat en ligne sont la qualité de l’information fournie et le prix. Les principaux freins cités sont le montant des frais de port et… le fait que de nombreuses personnes avouent n’avoir tout simplement jamais pensé à acheter du vin sur Internet !

UNE INFLUENCE CROISSANTE DES BLOGS ET DES RESEAUX SOCIAUX SPECIALISES
Le pouvoir prescripteur des blogs vin se confirme
: 78% des lecteurs de blogs vin disent acheter régulièrement le vin qui y est recommandé (un chiffre qui monte à 95% chez les connaisseurs). Les recommandations publiées sur les réseaux sociaux touchent majoritairement les connaisseurs, les grands acheteurs et les grands consommateurs.
L’adhésion aux réseaux sociaux et aux applications spécialisés en vin explose : le pourcentage des Français qui possèdent un compte a quasiment été multiplié par 5 depuis 2013, atteignant les 9% (et 29% chez les grands acheteurs). Quant aux services de gestion de cave en ligne, ils sont utilisés par 7% des Français (23% pour les grands acheteurs), soit 3 fois plus qu’en 2013.

ET EN 2015 ?
Une consommation de vin de plus en plus informée et intelligente grâce à la recherche de l’avis de tiers de confiance (que ce soit online ou offline), à celui des prescripteurs objectifs en qui on se reconnaît, au recoupage des sources, au désir d’en apprendre davantage sur le vin.
Le développement d’un marché du vin spécifique au web : des achats plus réfléchis, visant davantage la constitution d’une cave à long terme (ou un événement spécial) qu’une consommation immédiate. Une hausse de la demande de services spécialisés en ligne liés à ces spécificités, notamment dans un contexte d’achat en mobilité.
Une transformation de la nature de l’«entourage» qui n’inclut plus seulement les proches, mais également le réseau virtuel, plus qualifié et qui partage les mêmes intérêts, bâti via des plateformes telles que les réseaux sociaux spécialisés.

LE BAROMETRE SOWINE/SSI

Le baromètre SOWINE/SSI est la première étude consacrée au rapport des Français avec le vin, aux sources d’information, à l’influence d’internet et des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs en France. Publié pour la première fois en 2010, le baromètre SOWINE/SSI en est à sa 5ème édition.

Cette enquête indépendante a été réalisée par SSI du 9 au 15 avril 2014 auprès d’un échantillon de 1 218 personnes, représentatif de la population française, âgées entre 18 et 65 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, sur la base des critères du sexe et de l’âge, par questionnaire auto‐administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interview).

Author
By
@coesteve1

Readers Comments


  1. Pingback: Les Français et le vin: analyse | La Carafe

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

BAROMÈTRE SOWINE/SSI 2014: Les Français, le vin et le web :  Tendances 2014

owl-158415__180 21st octobre, 2014

Quel rapport les Français entretiennent-ils avec le vin ? Quelles sont leurs sources d’information, et quelle place y occupent les nouvelles technologies ? Quel rôle jouent les réseaux sociaux, et en quoi influencent-ils l’acte d’achat de vin ? La 5ème édition du baromètre SOWINE/SSI met en évidence une évolution des comportements qui progresse à toute vitesse.

sowine_barometre2014_final_3

EN 2014, ON CONSTATE…

UNE VERITABLE SOIF DE CONNAISSANCES
Il faut avoir un minimum de connaissances pour apprécier le vin : c’est ce que pensent 68% des Français. Si une majorité (55%) se dit toujours néophytes dans ce domaine, la part de ceux qui se perçoivent comme « amateur éclairé » augmente.
Cet intérêt pour le vin est nettement lié à celui pour la gastronomie : 3 Français sur 4 associent systématiquement un bon repas avec un bon vin. Chez les connaisseurs, grands acheteurs et grands consommateurs de vin, le lien est encore plus fort : les articles en ligne traitant d’accords mets et vins leur donnent une fois sur deux envie d’acheter.

UN BESOIN DE REASSURANCE
82% des Français jugent désormais important de se renseigner avant d’acheter du vin (contre 75% en 2011). Les sources d’information qu’ils consultent en priorité ? Les cavistes occupent pour la première fois la 1ère place, surpassant l’entourage.
Internet fait un bond, devenant la 3ème source d’information consultée avant l’achat (c’était la 5ème en 2013). 22% des Français utilisent des sites comparateurs de prix pour préparer leurs achats de vin, soit presque deux fois plus qu’en 2013. La  montée en puissance des smartphones et des tablettes continue, avec une demande croissante d’accès à l’information en situation de mobilité. Derrière cette soif d’information se dessine une préoccupation de fond : celle d’être sûr de faire le bon choix au moment de l’acte d’achat.

DES COMPORTEMENTS D’ACHAT SPECIFIQUES AU WEB
C’est toujours en GMS qu’on achète le plus souvent du vin ; viennent ensuite les cavistes, les producteurs, les salons, puis Internet. Les achats sur le web sont cependant de nature différente : on a tendance à y acheter des bouteilles plus chères, et en plus grand nombre que dans les points de vente physiques (ce qui peut s’expliquer par les contraintes logistiques : quantité commandée minimum ou optimisation des frais de port).
Les deux critères qui influencent le plus l’achat en ligne sont la qualité de l’information fournie et le prix. Les principaux freins cités sont le montant des frais de port et… le fait que de nombreuses personnes avouent n’avoir tout simplement jamais pensé à acheter du vin sur Internet !

UNE INFLUENCE CROISSANTE DES BLOGS ET DES RESEAUX SOCIAUX SPECIALISES
Le pouvoir prescripteur des blogs vin se confirme
: 78% des lecteurs de blogs vin disent acheter régulièrement le vin qui y est recommandé (un chiffre qui monte à 95% chez les connaisseurs). Les recommandations publiées sur les réseaux sociaux touchent majoritairement les connaisseurs, les grands acheteurs et les grands consommateurs.
L’adhésion aux réseaux sociaux et aux applications spécialisés en vin explose : le pourcentage des Français qui possèdent un compte a quasiment été multiplié par 5 depuis 2013, atteignant les 9% (et 29% chez les grands acheteurs). Quant aux services de gestion de cave en ligne, ils sont utilisés par 7% des Français (23% pour les grands acheteurs), soit 3 fois plus qu’en 2013.

ET EN 2015 ?
Une consommation de vin de plus en plus informée et intelligente grâce à la recherche de l’avis de tiers de confiance (que ce soit online ou offline), à celui des prescripteurs objectifs en qui on se reconnaît, au recoupage des sources, au désir d’en apprendre davantage sur le vin.
Le développement d’un marché du vin spécifique au web : des achats plus réfléchis, visant davantage la constitution d’une cave à long terme (ou un événement spécial) qu’une consommation immédiate. Une hausse de la demande de services spécialisés en ligne liés à ces spécificités, notamment dans un contexte d’achat en mobilité.
Une transformation de la nature de l’«entourage» qui n’inclut plus seulement les proches, mais également le réseau virtuel, plus qualifié et qui partage les mêmes intérêts, bâti via des plateformes telles que les réseaux sociaux spécialisés.

LE BAROMETRE SOWINE/SSI

Le baromètre SOWINE/SSI est la première étude consacrée au rapport des Français avec le vin, aux sources d’information, à l’influence d’internet et des nouvelles technologies sur le comportement des consommateurs en France. Publié pour la première fois en 2010, le baromètre SOWINE/SSI en est à sa 5ème édition.

Cette enquête indépendante a été réalisée par SSI du 9 au 15 avril 2014 auprès d’un échantillon de 1 218 personnes, représentatif de la population française, âgées entre 18 et 65 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas, sur la base des critères du sexe et de l’âge, par questionnaire auto‐administré en ligne (CAWI – Computer Assisted Web Interview).

By
@coesteve1
backtotop