Les consommateurs sont plus enclins à partager leurs données personnelles sur Facebook que sur tout autre réseau social- Par Patrick Salyer, Directeur Général de Gigya

ordinateur

Les récentes révélations selon lesquelles la NSA et le GCHQ (le service de renseignement électronique du gouvernement britannique) collectent des données personnelles via des applications de smartphones « qui fuient », ont remis sur le devant de la scène la question de la confidentialité des données. De nouvelles allégations nous apprennent que le GCHQ aurait voulu épater la NSA en explorant minutieusement les profils d’utilisateurs des réseaux sociaux pour découvrir leurs préférences. Rovio, la société finlandaise de logiciels, éditrice du jeu « Angry Birds », a même affirmé qu’elle allait reconsidérer sa relation avec les régies publicitaires afin de regagner la confiance de ses clients. Dans ce contexte, les marketers ne devraient pas perdre de vue que les utilisateurs n’ont rien contre le partage de ce type d’information. Ils n’aiment tout simplement pas que cela se fasse sans leur permission.

Quand ils ont le choix, les consommateurs utilisent davantage leurs profils de réseaux sociaux pour se connecter à leurs sites préférés, notamment les sites d’e-commerce, de voyages, d’information et de formation. Et d’après les nouvelles statistiques de Gigya, ils choisissent majoritairement leur profil Facebook. 76 % des personnes qui fréquentent les réseaux sociaux utilisent leurs identifiants Facebook sur les sites d’e-commerce et 59 % sur les sites de voyages et d’hébergement. Facebook demeure également très prisé pour les besoins de social login mobile, comme le confirment les 63 % de personnes qui se connectent à leurs sites préférés sur leur smartphone.

En effet, ces personnes apprécient de ne pas avoir à s’identifier à chaque visite, surtout lorsque toutes leurs données sont déjà prêtes à être transmises en appuyant simplement sur un bouton. La plupart savent d’ailleurs que leur profil Facebook contient toutes les informations qu’elles devraient fournir dans tous les cas. Chaque fois qu’une personne se connecte au moyen de son profil social, les marketers obtiennent une représentation complète de la personne derrière le profil et peuvent personnaliser leurs services de façon beaucoup plus fine et appropriée.

Cela ne signifie pas que la confidentialité n’est pas respectée pour autant.Confidentialité et personnalisation ne sont pas nécessairement diamétralement opposées. Le social login en est une belle illustration. Au travers de ce qui s’apparente à une « poignée de main virtuelle » entre les consommateurs et les marques, les premiers autorisent les seconds à utiliser certaines de leurs données en contrepartie d’un marketing plus ciblé, d’une expérience en ligne plus personnalisée ou de la possibilité d’accéder à certains contenus privilégiés. Ce processus doit être transparent et les autorisations que pratiquent actuellement les réseaux sociaux y participent vraiment très bien.

La prochaine fois que vous verrez un bouton de social login sur un site Web, cliquez dessus pour voir à quoi ressemble l’écran d’authentification. Les données que le site souhaite obtenir y sont indiquées de façon claire et transparente. Les agissements de quelques « mauvais éléments » ont semé la confusion sur les questions de confidentialité et de personnalisation. Pourtant, dans la réalité, la plupart des marques utilisent leurs données correctement. Le social login vise la transparence absolue, ce qui oblige les marques à tenir leurs promesses quand elles proposent aux utilisateurs de s’authentifier via leurs identifiants de réseaux sociaux.

Les préoccupations liées à ces apps mobiles responsables de fuites sont tout à fait fondées et des mesures doivent être prises à leur encontre. Mais au lieu de rompre tous ses liens avec les annonceurs, le PDG de Rovio devrait plutôt laisser le choix aux clients de partager ou non leurs données et leur fournir un outil transparent pour ce faire. Facebook reste le leader du social login et les statistiques montrent que la plupart des consommateurs connectés aux réseaux sociaux semblent admettre que les entreprises avec lesquelles ils interagissent utilisent leurs préférences et ce qu’ils aiment sur Facebook pour améliorer les services qu’elles leur proposent.

Les consommateurs partagent volontiers leurs données, mais à leurs conditions. Il n’est pas question que leurs smartphones renseignent dans leur dos une liste secrète d’organisations obscures ou les agences de l’état. En conséquence, les entreprises responsables ont tout intérêt à offrir aux consommateurs la possibilité de confirmer qu’ils acceptent de partager leurs données via un login social, plutôt que de supposer que c’est le cas. En d’autres termes, que ceux qui veulent que les consommateurs leur serrent la main commencent par tendre la leur.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Les consommateurs sont plus enclins à partager leurs données personnelles sur Facebook que sur tout autre réseau social- Par Patrick Salyer, Directeur Général de Gigya

ordinateur 22nd septembre, 2014

Les récentes révélations selon lesquelles la NSA et le GCHQ (le service de renseignement électronique du gouvernement britannique) collectent des données personnelles via des applications de smartphones « qui fuient », ont remis sur le devant de la scène la question de la confidentialité des données. De nouvelles allégations nous apprennent que le GCHQ aurait voulu épater la NSA en explorant minutieusement les profils d’utilisateurs des réseaux sociaux pour découvrir leurs préférences. Rovio, la société finlandaise de logiciels, éditrice du jeu « Angry Birds », a même affirmé qu’elle allait reconsidérer sa relation avec les régies publicitaires afin de regagner la confiance de ses clients. Dans ce contexte, les marketers ne devraient pas perdre de vue que les utilisateurs n’ont rien contre le partage de ce type d’information. Ils n’aiment tout simplement pas que cela se fasse sans leur permission.

Quand ils ont le choix, les consommateurs utilisent davantage leurs profils de réseaux sociaux pour se connecter à leurs sites préférés, notamment les sites d’e-commerce, de voyages, d’information et de formation. Et d’après les nouvelles statistiques de Gigya, ils choisissent majoritairement leur profil Facebook. 76 % des personnes qui fréquentent les réseaux sociaux utilisent leurs identifiants Facebook sur les sites d’e-commerce et 59 % sur les sites de voyages et d’hébergement. Facebook demeure également très prisé pour les besoins de social login mobile, comme le confirment les 63 % de personnes qui se connectent à leurs sites préférés sur leur smartphone.

En effet, ces personnes apprécient de ne pas avoir à s’identifier à chaque visite, surtout lorsque toutes leurs données sont déjà prêtes à être transmises en appuyant simplement sur un bouton. La plupart savent d’ailleurs que leur profil Facebook contient toutes les informations qu’elles devraient fournir dans tous les cas. Chaque fois qu’une personne se connecte au moyen de son profil social, les marketers obtiennent une représentation complète de la personne derrière le profil et peuvent personnaliser leurs services de façon beaucoup plus fine et appropriée.

Cela ne signifie pas que la confidentialité n’est pas respectée pour autant.Confidentialité et personnalisation ne sont pas nécessairement diamétralement opposées. Le social login en est une belle illustration. Au travers de ce qui s’apparente à une « poignée de main virtuelle » entre les consommateurs et les marques, les premiers autorisent les seconds à utiliser certaines de leurs données en contrepartie d’un marketing plus ciblé, d’une expérience en ligne plus personnalisée ou de la possibilité d’accéder à certains contenus privilégiés. Ce processus doit être transparent et les autorisations que pratiquent actuellement les réseaux sociaux y participent vraiment très bien.

La prochaine fois que vous verrez un bouton de social login sur un site Web, cliquez dessus pour voir à quoi ressemble l’écran d’authentification. Les données que le site souhaite obtenir y sont indiquées de façon claire et transparente. Les agissements de quelques « mauvais éléments » ont semé la confusion sur les questions de confidentialité et de personnalisation. Pourtant, dans la réalité, la plupart des marques utilisent leurs données correctement. Le social login vise la transparence absolue, ce qui oblige les marques à tenir leurs promesses quand elles proposent aux utilisateurs de s’authentifier via leurs identifiants de réseaux sociaux.

Les préoccupations liées à ces apps mobiles responsables de fuites sont tout à fait fondées et des mesures doivent être prises à leur encontre. Mais au lieu de rompre tous ses liens avec les annonceurs, le PDG de Rovio devrait plutôt laisser le choix aux clients de partager ou non leurs données et leur fournir un outil transparent pour ce faire. Facebook reste le leader du social login et les statistiques montrent que la plupart des consommateurs connectés aux réseaux sociaux semblent admettre que les entreprises avec lesquelles ils interagissent utilisent leurs préférences et ce qu’ils aiment sur Facebook pour améliorer les services qu’elles leur proposent.

Les consommateurs partagent volontiers leurs données, mais à leurs conditions. Il n’est pas question que leurs smartphones renseignent dans leur dos une liste secrète d’organisations obscures ou les agences de l’état. En conséquence, les entreprises responsables ont tout intérêt à offrir aux consommateurs la possibilité de confirmer qu’ils acceptent de partager leurs données via un login social, plutôt que de supposer que c’est le cas. En d’autres termes, que ceux qui veulent que les consommateurs leur serrent la main commencent par tendre la leur.

By
@coesteve1
backtotop