Zebestof explique comment la big data publicitaire et l’achat RTB améliore les campagnes de branding et l’engagement d’une marque

"BRAND" (marketing advertising image branding communications)

Zebestof, spécialiste français de l’achat aux enchères et en temps réel de publicité en ligne (Real Time Bidding ou RTB), explique comment le RTB a modifié les règles de ciblage et de séquençage publicitaire du branding pour les marques et marchands.

Pourquoi faire du branding avec les technos RTB ?

Le branding vit aujourd’hui une réelle révolution identitaire grâce aux nouvelles possibilités de ciblage, de séquençage de publicités et de contrôle de la pression publicitaire qui sont proposées par les technos évoluées de RTB.

Les annonceurs et les internautes réclament depuis longtemps des publicités personnalisées pour passer d’un mode « lavage de cerveau » à un mode plus personnalisé, plus intime.

La big data injectée dans la publicité permet désormais d’avoir une publicité personnalisé afin d’éviter des publicités hors sujet. En cela, elle valorise le capital data d’une marque afin de comprendre quels sont les bonnes publicités et les bons moments pour les diffuser.

Fini les publicités de tampons alors que je suis un homme, place à la publicité pilotée par la data afin de me donner un contenu que je connais ou un contenu auquel je pourrai m’intéresser, car connexe à mes centre d’intérêts ou proche de celui de mes amis par exemple.

La data permet de faire des campagnes de branding plus réussies car elle permet de croiser des données déclaratives et des données extrapolées pour connaître et enrichir un profil de manière anonyme. Elle permet grâce aux millions d’évènements enregistrées en temps réel sur un internaute, de savoir s’il consulte plus certains sites que d’autres, ses heures et jours favoris de consultation de manière à éviter de diffuser une publicité un jour ou l’internaute ne consulte jamais par exemple. On voit bien l’intérêt de ne plus acheter un support à un jour fixe, alors que son audience n’y est peut-être pas.

Le RTB ouvre de réelles opportunités aux marques afin de toucher leurs audiences sur les sites qu’elles fréquentent le plus grâce à des données enregistrées dans notre base de données plutôt que sur les dire des régies très commerciales qui « couvrent soit disant l’audience que vous leur demanderez »

Par ailleurs, le RTB, permet de séquencer un message de manière à créer un engagement progressif avec la marque. Il est possible de scénariser la relation publicitaire en changeant à chaque contact avec son audience le message, le support, le ton, la couleur, l’offre de manière à créer un tunnel d’engagement avec son audience, telle une chasse au trésor.

Enfin, il est recommandé de faire une campagne différente entre les devices afin de créer une expérience internaute unique et envisager de leur toucher différemment sur son mobile (matin), ordi (journée) ou tablette (soir).

Toutes ces datas et leur utilisation sont déjà une réalité qui prouvent bien que le branding se targue de capitaliser sur l’intelligence de l’analyse de datas passées et live au détriment des défuntes mesures d’audience Nielsen et autres analyses extrapolées sur des panels finalement peu précis comparées à des datas 1st, 2nd, et 3rd party.

Enfin, cerise sur le gâteau, le post test de brandlift s’opère désormais sans société tierce afin de retargeter toute l’audience collectée multi device et rapidement mesurer l’impact et la préférence d’impact de chaque user par device. On peut donc faire du test & learn en temps réel pour affiner ses messages et son marketing.

Quel avenir pour le branding ?

Les annonceurs passent donc d’un branding vieillisant à un programmatic branding qui leur permet in fine d’améliorer leur dialogue avec leurs audiences tout en respectant la pression publicitaire multi réseaux que ne pouvaient intégrer les différentes régies, ni les planneurs stratégiques du fait du manque de technologie.

Fort de ces capacités, on peut prévoir que de plus en plus de marques vont tenter de vendre en direct sur internet car elles possèdent désormais tous les learnings et les meilleurs datas pour savoir comment parler et engager leurs clients. Zebestof avec plus de 10M d’évènements web enregistrés chaque jour réalise déjà des expériences de branding différents entre anciens et nouveaux clients avec des annonceurs qui prennent déjà cette logique en compte dans leur approche média.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Zebestof explique comment la big data publicitaire et l’achat RTB améliore les campagnes de branding et l’engagement d’une marque

"BRAND" (marketing advertising image branding communications) 21st août, 2014

Zebestof, spécialiste français de l’achat aux enchères et en temps réel de publicité en ligne (Real Time Bidding ou RTB), explique comment le RTB a modifié les règles de ciblage et de séquençage publicitaire du branding pour les marques et marchands.

Pourquoi faire du branding avec les technos RTB ?

Le branding vit aujourd’hui une réelle révolution identitaire grâce aux nouvelles possibilités de ciblage, de séquençage de publicités et de contrôle de la pression publicitaire qui sont proposées par les technos évoluées de RTB.

Les annonceurs et les internautes réclament depuis longtemps des publicités personnalisées pour passer d’un mode « lavage de cerveau » à un mode plus personnalisé, plus intime.

La big data injectée dans la publicité permet désormais d’avoir une publicité personnalisé afin d’éviter des publicités hors sujet. En cela, elle valorise le capital data d’une marque afin de comprendre quels sont les bonnes publicités et les bons moments pour les diffuser.

Fini les publicités de tampons alors que je suis un homme, place à la publicité pilotée par la data afin de me donner un contenu que je connais ou un contenu auquel je pourrai m’intéresser, car connexe à mes centre d’intérêts ou proche de celui de mes amis par exemple.

La data permet de faire des campagnes de branding plus réussies car elle permet de croiser des données déclaratives et des données extrapolées pour connaître et enrichir un profil de manière anonyme. Elle permet grâce aux millions d’évènements enregistrées en temps réel sur un internaute, de savoir s’il consulte plus certains sites que d’autres, ses heures et jours favoris de consultation de manière à éviter de diffuser une publicité un jour ou l’internaute ne consulte jamais par exemple. On voit bien l’intérêt de ne plus acheter un support à un jour fixe, alors que son audience n’y est peut-être pas.

Le RTB ouvre de réelles opportunités aux marques afin de toucher leurs audiences sur les sites qu’elles fréquentent le plus grâce à des données enregistrées dans notre base de données plutôt que sur les dire des régies très commerciales qui « couvrent soit disant l’audience que vous leur demanderez »

Par ailleurs, le RTB, permet de séquencer un message de manière à créer un engagement progressif avec la marque. Il est possible de scénariser la relation publicitaire en changeant à chaque contact avec son audience le message, le support, le ton, la couleur, l’offre de manière à créer un tunnel d’engagement avec son audience, telle une chasse au trésor.

Enfin, il est recommandé de faire une campagne différente entre les devices afin de créer une expérience internaute unique et envisager de leur toucher différemment sur son mobile (matin), ordi (journée) ou tablette (soir).

Toutes ces datas et leur utilisation sont déjà une réalité qui prouvent bien que le branding se targue de capitaliser sur l’intelligence de l’analyse de datas passées et live au détriment des défuntes mesures d’audience Nielsen et autres analyses extrapolées sur des panels finalement peu précis comparées à des datas 1st, 2nd, et 3rd party.

Enfin, cerise sur le gâteau, le post test de brandlift s’opère désormais sans société tierce afin de retargeter toute l’audience collectée multi device et rapidement mesurer l’impact et la préférence d’impact de chaque user par device. On peut donc faire du test & learn en temps réel pour affiner ses messages et son marketing.

Quel avenir pour le branding ?

Les annonceurs passent donc d’un branding vieillisant à un programmatic branding qui leur permet in fine d’améliorer leur dialogue avec leurs audiences tout en respectant la pression publicitaire multi réseaux que ne pouvaient intégrer les différentes régies, ni les planneurs stratégiques du fait du manque de technologie.

Fort de ces capacités, on peut prévoir que de plus en plus de marques vont tenter de vendre en direct sur internet car elles possèdent désormais tous les learnings et les meilleurs datas pour savoir comment parler et engager leurs clients. Zebestof avec plus de 10M d’évènements web enregistrés chaque jour réalise déjà des expériences de branding différents entre anciens et nouveaux clients avec des annonceurs qui prennent déjà cette logique en compte dans leur approche média.

By
@coesteve1
backtotop