Quand le travail en réseau permet d’accéder à de nouvelles opportunités – Antoine CARLINO, Président de VDN

Personen im sozialen Netzwerk

Incontestablement, la mise en place d’organisations agiles permet de se démarquer sur un marché toujours plus concurrentiel. Dans ce contexte, travailler en réseaux (groupement, GIE) permet de justifier d’une taille et de moyens jusqu’alors monopolisés par de grands groupes. Concrètement, au travers d’une organisation en réseau, il est possible d’accéder à des marchés à forte valeur ajoutée, de disposer de compétences complémentaires et d’accélérer son développement.

De nos jours, les notions de compétitivité et de croissance durable se positionnent comme des données-clés dans les performances opérationnelles des entreprises (notamment dans le secteur des nouvelles technologies). Ainsi, pour survivre dans cet écosystème, les entreprises font évoluer leurs organisations pour se démarquer et développer leurs parts de marché. Le développement individuel s’estompe au profit de formes d’alliance plus ou moins formalisées : groupements, réseaux, etc.

Pour s’imposer, force est de constater que la taille de l’entreprise, sa marque et sa couverture nationale, régionale et internationale sont des données-clés. Il s’agit de réunir des synergies afin de gagner en crédibilité et construire une offre homogène et attractive. Par exemple, les regroupements permettent de mutualiser des moyens financiers et de déployer des stratégies commerciales à valeur ajoutée.

Il est nécessaire de fédérer des expertises complémentaires et de se positionner sur des marchés souvent réservés aux grands groupesqui utilisent le marketing pour imposer leur vision. En ce sens, les GIE permettent à des PME spécialisées de se positionner sur des projets stratégiques auxquels elles n’auraient pas pu accéder seules. Un GIE ou groupement permettra d’afficher des expertises complémentaires, des chiffres d’affaires cumulés, etc. En se regroupant, les entreprises peuvent aussi accélérer leur démarche de recrutement et se rendre attractives. En effet, certaines petites et moyennes entreprises ont paradoxalement du mal à recruter dans la mesure où nombre de candidates sont « captivées » par le rayonnement de grands groupes qui sont pourtant souvent, dans le quotidien, moins attractifs que des PME spécialisées.

En se regroupant, les entreprises peuvent enfin justifier d’un maillage étendu et proposer une plus grande proximité à leurs clients. Se réunir permet d’offrir, en tout lieu, une qualité de services standardisés reposant sur un savoir-faire industriel. C’est un gage de qualité majeur et cela offre la possibilité à de petites structures de proposer des prestations et un support comparable à ceux mis en avant par de grands acteurs. Ainsi, rassembler les compétences devient un axe favorisant la compétitivité. L’émergence de modèles comme les GIE illustre cette tendance. Ainsi, il émerge en continu de nouvelles initiatives qui permettent de rendre son organisation agile, de mettre en place de véritables mécanismes de compétition et donc de gagner en performance.

 

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Quand le travail en réseau permet d’accéder à de nouvelles opportunités – Antoine CARLINO, Président de VDN

Personen im sozialen Netzwerk 24th juillet, 2014

Incontestablement, la mise en place d’organisations agiles permet de se démarquer sur un marché toujours plus concurrentiel. Dans ce contexte, travailler en réseaux (groupement, GIE) permet de justifier d’une taille et de moyens jusqu’alors monopolisés par de grands groupes. Concrètement, au travers d’une organisation en réseau, il est possible d’accéder à des marchés à forte valeur ajoutée, de disposer de compétences complémentaires et d’accélérer son développement.

De nos jours, les notions de compétitivité et de croissance durable se positionnent comme des données-clés dans les performances opérationnelles des entreprises (notamment dans le secteur des nouvelles technologies). Ainsi, pour survivre dans cet écosystème, les entreprises font évoluer leurs organisations pour se démarquer et développer leurs parts de marché. Le développement individuel s’estompe au profit de formes d’alliance plus ou moins formalisées : groupements, réseaux, etc.

Pour s’imposer, force est de constater que la taille de l’entreprise, sa marque et sa couverture nationale, régionale et internationale sont des données-clés. Il s’agit de réunir des synergies afin de gagner en crédibilité et construire une offre homogène et attractive. Par exemple, les regroupements permettent de mutualiser des moyens financiers et de déployer des stratégies commerciales à valeur ajoutée.

Il est nécessaire de fédérer des expertises complémentaires et de se positionner sur des marchés souvent réservés aux grands groupesqui utilisent le marketing pour imposer leur vision. En ce sens, les GIE permettent à des PME spécialisées de se positionner sur des projets stratégiques auxquels elles n’auraient pas pu accéder seules. Un GIE ou groupement permettra d’afficher des expertises complémentaires, des chiffres d’affaires cumulés, etc. En se regroupant, les entreprises peuvent aussi accélérer leur démarche de recrutement et se rendre attractives. En effet, certaines petites et moyennes entreprises ont paradoxalement du mal à recruter dans la mesure où nombre de candidates sont « captivées » par le rayonnement de grands groupes qui sont pourtant souvent, dans le quotidien, moins attractifs que des PME spécialisées.

En se regroupant, les entreprises peuvent enfin justifier d’un maillage étendu et proposer une plus grande proximité à leurs clients. Se réunir permet d’offrir, en tout lieu, une qualité de services standardisés reposant sur un savoir-faire industriel. C’est un gage de qualité majeur et cela offre la possibilité à de petites structures de proposer des prestations et un support comparable à ceux mis en avant par de grands acteurs. Ainsi, rassembler les compétences devient un axe favorisant la compétitivité. L’émergence de modèles comme les GIE illustre cette tendance. Ainsi, il émerge en continu de nouvelles initiatives qui permettent de rendre son organisation agile, de mettre en place de véritables mécanismes de compétition et donc de gagner en performance.

 

By
@coesteve1
backtotop