Stupid Buzz ! Le Buzz du moi(s) par Didier Delhaye, Xplor France

Le mois dernier j’avais quelque peu maltraité le « Big data », sujet sensible, pour l’instant. Désolé, mais ma stupidité n’a d’autre source que les buzz du Web. Aussi, pour ma pénitence, devrais-je vous recommander cet article paru sur le formidable blog du Visionary Marketing de l’incontournable Yann Gourvennec[i].

Je le cite : « Il s’agit là de beaucoup plus qu’une simple technologie au service marketing, il s’agit plutôt d’une nouvelle philosophie du marketing de l’incertain[ii]. Avec les Big Data, on agrège des signaux faibles[iii], on accumule non pas de la certitude, mais de l’incertitude ; on pose des hypothèses au fur et à mesure que l’on vérifie, croise, corrige et ainsi de suite … Avec le Big Data, le point de départ est l’incertitude, le questionnement, l’absence de preuve ! On n’en déduira des certitudes qu’ultérieurement.»

homme d'affaires lunettes d'idiotEt puisque je vous expose ma stupidité, pourrais-je vous recommander ce petit bijou : « Les lois fondamentales de la stupidité humaine »[iv] de Carlo M. Cipolla[v]. Ce court essai a été publié en anglais en 1976 ; il n’a été traduit en français qu’en 2012 : plus de dix ans après la disparition de l’auteur. Selon lui son ouvrage s’adresse aux personnes non stupides qui doivent côtoyer des gens qui le seraient : « Depuis Darwin, nous savons que nous avons des origines en commun avec les membres inférieurs du royaume animal ; les vers de terre comme les éléphants ont à supporter leur lot quotidien d’épreuves, d’ennuis et de tracas. Les humains ont pourtant le privilège d’en supporter une dose supplémentaire, dont la source est un groupe d’individus appartenant à la dite race humaine. » Vous le devinez sans peine qu’il s’agit des stupides, car selon Carlo Cipolla chacun sous-estime toujours le nombre d’individus stupides existants dans le monde : il en tire sa première loi fondamentale.

L’auteur ose également s’opposer au fait que notre culture occidentale prône l’égalitarisme où nous serions tous égaux même si certains le seraient plus que d’autres du fait de la culture et « non de la nature ». Cocorico, la France est le pays de la culture, dixit ses habitants… Cependant son raisonnement le conduit à édicter sa deuxième loi fondamentale, sachant que l’Homme stupide naît stupide par la volonté de la Providence. Il en conclut que la stupidité est uniformément partagée : le même pourcentage en Papouasie qu’en …(Biiiip)… ou que dans nos entreprises. Donc un individu serait stupide indépendamment de toute autres caractéristiques de cet individu.

human stupidityContinuant son analyse avec sa logique impertinente, Carlo Cipolla décrit sa troisième loi fondamentale partant du principe que l’humanité est divisée en quatre groupes. On peut penser qu’il en a réduit le nombre pour une meilleure compréhension, ainsi selon lui, il y aurait les crétins, les gens intelligents, les bandits et les stupides. On devine immédiatement où chacun de nous se situe … et bien non, pas aussi simple : « Est stupide celui qui entraîne une perte pour un autre individu ou pour un groupe d’autres individus, tout en n’en tirant lui-même aucun bénéfice et en s’infligeant éventuellement des pertes ». Là, je perçois votre pensée qui se fixe sur un collègue ou sur votre patron… N’oubliez pas la deuxième loi … Il ajoute avec pertinence que nous ne nous comportons pas toujours de manière cohérente, sachant qu’en certaines circonstances nous pouvons avoir une lueur d’intelligence et à d’autres moments, être de parfaits crétins. Mais jamais le stupide : lui est constant ! Eh oui, stupide n’est pas qui veut.

Sachez que par la suite, l’auteur traite du stupide et du pouvoir jusqu’à la puissance de la stupidité pour en déduire que les non-stupides (entendaient intelligents, crétins, bandits) sous-estiment la puissance destructrice des stupides.

Je vous sens perplexe, pensif, … c’est le début ! Eh bien, je vous laisserais découvrir sa cinquième loi fondamentale car l’ouvrage vaut bien quelques nœuds à nos cerveaux…

 

Didier DelhayeDidier Delhaye, Xplor France pour DOCaufutur, l’avenir du document

 

[i] @ygourven http://visionarymarketing.fr/blog/2014/04/big-data-marketing/

[ii]https://www.lenouveleconomiste.fr/prospective-le-marketing-de-lincertain-13193/

[iii]http://fr.wikipedia.org/wiki/Signaux_faibles

[iv] http://www.lefigaro.fr/livres/2012/05/03/03005-20120503ARTFIG00833–les-lois-fondamentales-de-la-stupidite-humaine.php

[v] Carlo M. Cipolla (1922-2000) économiste reconnu mondialement fut professeur à l’université de Berkeley et à l’Ecole Normale Supérieure de Pise.

 

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Stupid Buzz ! Le Buzz du moi(s) par Didier Delhaye, Xplor France

9th juin, 2014

Le mois dernier j’avais quelque peu maltraité le « Big data », sujet sensible, pour l’instant. Désolé, mais ma stupidité n’a d’autre source que les buzz du Web. Aussi, pour ma pénitence, devrais-je vous recommander cet article paru sur le formidable blog du Visionary Marketing de l’incontournable Yann Gourvennec[i].

Je le cite : « Il s’agit là de beaucoup plus qu’une simple technologie au service marketing, il s’agit plutôt d’une nouvelle philosophie du marketing de l’incertain[ii]. Avec les Big Data, on agrège des signaux faibles[iii], on accumule non pas de la certitude, mais de l’incertitude ; on pose des hypothèses au fur et à mesure que l’on vérifie, croise, corrige et ainsi de suite … Avec le Big Data, le point de départ est l’incertitude, le questionnement, l’absence de preuve ! On n’en déduira des certitudes qu’ultérieurement.»

homme d'affaires lunettes d'idiotEt puisque je vous expose ma stupidité, pourrais-je vous recommander ce petit bijou : « Les lois fondamentales de la stupidité humaine »[iv] de Carlo M. Cipolla[v]. Ce court essai a été publié en anglais en 1976 ; il n’a été traduit en français qu’en 2012 : plus de dix ans après la disparition de l’auteur. Selon lui son ouvrage s’adresse aux personnes non stupides qui doivent côtoyer des gens qui le seraient : « Depuis Darwin, nous savons que nous avons des origines en commun avec les membres inférieurs du royaume animal ; les vers de terre comme les éléphants ont à supporter leur lot quotidien d’épreuves, d’ennuis et de tracas. Les humains ont pourtant le privilège d’en supporter une dose supplémentaire, dont la source est un groupe d’individus appartenant à la dite race humaine. » Vous le devinez sans peine qu’il s’agit des stupides, car selon Carlo Cipolla chacun sous-estime toujours le nombre d’individus stupides existants dans le monde : il en tire sa première loi fondamentale.

L’auteur ose également s’opposer au fait que notre culture occidentale prône l’égalitarisme où nous serions tous égaux même si certains le seraient plus que d’autres du fait de la culture et « non de la nature ». Cocorico, la France est le pays de la culture, dixit ses habitants… Cependant son raisonnement le conduit à édicter sa deuxième loi fondamentale, sachant que l’Homme stupide naît stupide par la volonté de la Providence. Il en conclut que la stupidité est uniformément partagée : le même pourcentage en Papouasie qu’en …(Biiiip)… ou que dans nos entreprises. Donc un individu serait stupide indépendamment de toute autres caractéristiques de cet individu.

human stupidityContinuant son analyse avec sa logique impertinente, Carlo Cipolla décrit sa troisième loi fondamentale partant du principe que l’humanité est divisée en quatre groupes. On peut penser qu’il en a réduit le nombre pour une meilleure compréhension, ainsi selon lui, il y aurait les crétins, les gens intelligents, les bandits et les stupides. On devine immédiatement où chacun de nous se situe … et bien non, pas aussi simple : « Est stupide celui qui entraîne une perte pour un autre individu ou pour un groupe d’autres individus, tout en n’en tirant lui-même aucun bénéfice et en s’infligeant éventuellement des pertes ». Là, je perçois votre pensée qui se fixe sur un collègue ou sur votre patron… N’oubliez pas la deuxième loi … Il ajoute avec pertinence que nous ne nous comportons pas toujours de manière cohérente, sachant qu’en certaines circonstances nous pouvons avoir une lueur d’intelligence et à d’autres moments, être de parfaits crétins. Mais jamais le stupide : lui est constant ! Eh oui, stupide n’est pas qui veut.

Sachez que par la suite, l’auteur traite du stupide et du pouvoir jusqu’à la puissance de la stupidité pour en déduire que les non-stupides (entendaient intelligents, crétins, bandits) sous-estiment la puissance destructrice des stupides.

Je vous sens perplexe, pensif, … c’est le début ! Eh bien, je vous laisserais découvrir sa cinquième loi fondamentale car l’ouvrage vaut bien quelques nœuds à nos cerveaux…

 

Didier DelhayeDidier Delhaye, Xplor France pour DOCaufutur, l’avenir du document

 

[i] @ygourven http://visionarymarketing.fr/blog/2014/04/big-data-marketing/

[ii]https://www.lenouveleconomiste.fr/prospective-le-marketing-de-lincertain-13193/

[iii]http://fr.wikipedia.org/wiki/Signaux_faibles

[iv] http://www.lefigaro.fr/livres/2012/05/03/03005-20120503ARTFIG00833–les-lois-fondamentales-de-la-stupidite-humaine.php

[v] Carlo M. Cipolla (1922-2000) économiste reconnu mondialement fut professeur à l’université de Berkeley et à l’Ecole Normale Supérieure de Pise.

 

By
@coesteve1
backtotop