Impression et Web : De la mutation à la symbiose – Guillaume Arnal, Responsable Marketing Produit, Jouve

Une industrie qui doit se réinventer…

L’imprimerie traditionnelle est un secteur en pleine mutation structurelle et conjoncturelle. Le nombre d’entreprises se rationnalise (- 25 % en 6 ans) et le marché connait une pression concurrentielle toujours plus forte et de plus en plus internationale pour des volumes moindres.

Pour se différencier et trouver de nouvelles sources de revenus, les imprimeurs ont augmenté la valeur ajoutée de leur offre. Les plus visionnaires n’ont pas hésité à proposer des services toujours plus innovants en liant les possibilités presque illimitées d’Internet à l’automatisation de leur production.

Des services en ligne qui dynamisent le marché

L’impression en ligne ou web-to-print est un domaine très vaste. Sa fonction principale est de permettre à un particulier ou un professionnel de commander directement son produit imprimé via un site e-commerce ou un extranet. J’exclue donc du périmètre le simple envoi de fichiers d’impression attachés à un email ou déposés sur un FTP car la notion de commande par internet n’apparait pas.

De manière très schématique, le mode de fonctionnement est le suivant : un devis est calculé directement via l’interface de commande, un configurateur permet de personnaliser le produit, le paiement peut se faire en fin de commande via un module bancaire sécurisé, les fichiers d’impression sont alors téléchargés et après validation du BAT en ligne, le processus de fabrication commence et peut être suivi en temps réel.

L’impression en ligne est avant tout une impression à la demande et permet de proposer un catalogue de produits imprimables quasi illimité et très diversifié.

Certains sites vont même jusqu’à proposer plus de 20 000 références personnalisables dans des domaines très divers : la papeterie (cartes de visite, en-têtes de lettres, plaquettes), la communication (flyers, affiches, newsletters), la documentation technique (manuel utilisateur …), l’édition traditionnelle (livres, beaux-livres) ou encore la photographie (album-photos).

Ainsi, l’impression en ligne répond parfaitement à l’atomisation de la demande.  Elle offre plus de liberté et de simplicité dans la prise de commande et ses bénéfices sont multiples :

  • accès aux tarifs et commande 24h/24 et 7j/7
  • paiement sécurisé
  • suivi de la commande en ligne
  • comparaison de produits et/ou de finitions en quelques clics

Quelle typologie d’acteurs ?

Il faut distinguer les pure players et les imprimeurs traditionnels qui ont tenté l’aventure web. La réussite réside dans un savant mélange entre les compétences industrielles de l’imprimerie de labeur et la maîtrise du web-marketing. Créer au sein d’une même structure une synergie entre deux mondes aux antipodes n’est pas chose aisée. En remettant à plat leurs processus de production et en se dotant de compétences web, les imprimeurs traditionnels pourront relever ce challenge.  Ces dernières années, nous avons vu plusieurs alliances stratégiques entre pure-players et des consortiums d’imprimeurs innovants en matière d’automatisation.

Un marché prometteur !

Les chiffres aux Etats-Unis laissent rêveurs  sur les perspectives de développement pour l’Europe. Le marché du web-to-print est passé en 3 ans de 17 milliards à 21 milliards de dollars en 2013, soit plus de 20% du marché américain. En 2016, il devrait atteindre 30 milliards de dollars et représenter un tiers du marché total de l’impression aux USA.

Le secteur public français a rapidement compris les avantages de ce nouveau mode d’impression. Par exemple, la Direction de l’Information Légale et Administrative (DILA) a opté pour un service d’édition à la demande des rapports publics issus des Journaux Officiels et de la Documentation Française. Ce nouveau service offre aux citoyens l’opportunité de commander en ligne  une version imprimée de n’importe quel rapport public d’un simple clic (parmi 2 000 titres). L’expédition est garantie en moins de 72h après la commande.

Pour la création et la gestion de ce nouveau service, la DILA s’en est entièrement remise au groupe Jouve, qui gère la totalité des prestations : hébergement des titres, développement d’un portail de commerce électronique sécurisé, gestion de la plate-forme d’impression à la demande intégrée au site web de la Documentation Française, suivi des commandes (déclenchement, préparation, production, logistique, expédition, paiement en ligne, facturation) et diffusion des statistiques mensuelles.

En conclusion, le web-to-print, fait majeur aux USA, est une tendance forte qui se confirme en Europe. S’inspirant du succès de l’e-commerce, l’imprimerie traditionnelle semble avoir pris la décision d’intégrer le web-to-print au cœur de sa stratégie de développement pour répondre aux nouvelles attentes du marché.

 

Sources

IDEP – Institut de développement et d’expertise du plurimédia – Rapport annuel sur les marchés de la communication graphique – Regards – Edition 2013

InfoTrends – Rapport 2014 sur les chiffres du web to print aux USA

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Impression et Web : De la mutation à la symbiose – Guillaume Arnal, Responsable Marketing Produit, Jouve

4th juin, 2014

Une industrie qui doit se réinventer…

L’imprimerie traditionnelle est un secteur en pleine mutation structurelle et conjoncturelle. Le nombre d’entreprises se rationnalise (- 25 % en 6 ans) et le marché connait une pression concurrentielle toujours plus forte et de plus en plus internationale pour des volumes moindres.

Pour se différencier et trouver de nouvelles sources de revenus, les imprimeurs ont augmenté la valeur ajoutée de leur offre. Les plus visionnaires n’ont pas hésité à proposer des services toujours plus innovants en liant les possibilités presque illimitées d’Internet à l’automatisation de leur production.

Des services en ligne qui dynamisent le marché

L’impression en ligne ou web-to-print est un domaine très vaste. Sa fonction principale est de permettre à un particulier ou un professionnel de commander directement son produit imprimé via un site e-commerce ou un extranet. J’exclue donc du périmètre le simple envoi de fichiers d’impression attachés à un email ou déposés sur un FTP car la notion de commande par internet n’apparait pas.

De manière très schématique, le mode de fonctionnement est le suivant : un devis est calculé directement via l’interface de commande, un configurateur permet de personnaliser le produit, le paiement peut se faire en fin de commande via un module bancaire sécurisé, les fichiers d’impression sont alors téléchargés et après validation du BAT en ligne, le processus de fabrication commence et peut être suivi en temps réel.

L’impression en ligne est avant tout une impression à la demande et permet de proposer un catalogue de produits imprimables quasi illimité et très diversifié.

Certains sites vont même jusqu’à proposer plus de 20 000 références personnalisables dans des domaines très divers : la papeterie (cartes de visite, en-têtes de lettres, plaquettes), la communication (flyers, affiches, newsletters), la documentation technique (manuel utilisateur …), l’édition traditionnelle (livres, beaux-livres) ou encore la photographie (album-photos).

Ainsi, l’impression en ligne répond parfaitement à l’atomisation de la demande.  Elle offre plus de liberté et de simplicité dans la prise de commande et ses bénéfices sont multiples :

  • accès aux tarifs et commande 24h/24 et 7j/7
  • paiement sécurisé
  • suivi de la commande en ligne
  • comparaison de produits et/ou de finitions en quelques clics

Quelle typologie d’acteurs ?

Il faut distinguer les pure players et les imprimeurs traditionnels qui ont tenté l’aventure web. La réussite réside dans un savant mélange entre les compétences industrielles de l’imprimerie de labeur et la maîtrise du web-marketing. Créer au sein d’une même structure une synergie entre deux mondes aux antipodes n’est pas chose aisée. En remettant à plat leurs processus de production et en se dotant de compétences web, les imprimeurs traditionnels pourront relever ce challenge.  Ces dernières années, nous avons vu plusieurs alliances stratégiques entre pure-players et des consortiums d’imprimeurs innovants en matière d’automatisation.

Un marché prometteur !

Les chiffres aux Etats-Unis laissent rêveurs  sur les perspectives de développement pour l’Europe. Le marché du web-to-print est passé en 3 ans de 17 milliards à 21 milliards de dollars en 2013, soit plus de 20% du marché américain. En 2016, il devrait atteindre 30 milliards de dollars et représenter un tiers du marché total de l’impression aux USA.

Le secteur public français a rapidement compris les avantages de ce nouveau mode d’impression. Par exemple, la Direction de l’Information Légale et Administrative (DILA) a opté pour un service d’édition à la demande des rapports publics issus des Journaux Officiels et de la Documentation Française. Ce nouveau service offre aux citoyens l’opportunité de commander en ligne  une version imprimée de n’importe quel rapport public d’un simple clic (parmi 2 000 titres). L’expédition est garantie en moins de 72h après la commande.

Pour la création et la gestion de ce nouveau service, la DILA s’en est entièrement remise au groupe Jouve, qui gère la totalité des prestations : hébergement des titres, développement d’un portail de commerce électronique sécurisé, gestion de la plate-forme d’impression à la demande intégrée au site web de la Documentation Française, suivi des commandes (déclenchement, préparation, production, logistique, expédition, paiement en ligne, facturation) et diffusion des statistiques mensuelles.

En conclusion, le web-to-print, fait majeur aux USA, est une tendance forte qui se confirme en Europe. S’inspirant du succès de l’e-commerce, l’imprimerie traditionnelle semble avoir pris la décision d’intégrer le web-to-print au cœur de sa stratégie de développement pour répondre aux nouvelles attentes du marché.

 

Sources

IDEP – Institut de développement et d’expertise du plurimédia – Rapport annuel sur les marchés de la communication graphique – Regards – Edition 2013

InfoTrends – Rapport 2014 sur les chiffres du web to print aux USA

By
@coesteve1
backtotop