Un risque croissant de vol de données en raison de ‘menaces internes’ révélé par un rapport du cabinet Ovum

Cette étude commanditée par Vormetric met en évidence le faible contrôle des utilisateurs privilégiés au sein des entreprises françaises et la reconnaissance du chiffrement comme la technologie la plus efficace pour prévenir le risque des menaces intérieures. En outre, 53% des entreprises européennes trouvent ces menaces plus difficiles à détecter qu’auparavant. 

Vormetric, l’un des principaux experts de la sécurité des données de l’entreprise pour les environnements physiques, cloud ou virtuels, a révélé aujourd’hui les conclusions de l’enquête européenne « Insider Threat » dédiée aux menaces internes, conduite en 2014 par le cabinet d’analystes Ovum.

Cette enquête, réalisée auprès de plus de 500 décideurs dans le domaine des hautes technologies de moyennes et grandes entreprises au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, conclut que seuls 9% des entreprises se sentent à l’abri des menaces provenant de l’intérieur, avec presque la moitié des sondés en France (42%) reconnaissant que ce sont les « utilisateurs privilégiés » (administrateurs systèmes, de bases de données, réseaux, etc.) qui représentent le plus grand risque pour leur entreprise.

Les menaces intérieures ne proviennent plus seulement des utilisateurs habituels ayant des droits d’accès légitimes et qui en abuseraient pour voler des données et d’en retirer un gain personnel. Les utilisateurs privilégiés qui administrent les systèmes et les réseaux représentent désormais une inquiétude supplémentaire puisque leurs métiers requièrent évidemment un accès à toutes les données accessibles sur les systèmes pour effectuer leur travail. Une troisième menace intérieure identifiée comme étant particulièrement préoccupante concerne les infiltrations par des cybercriminels cherchant activement le moyen de compromettre des comptes d’utilisateurs internes (en visant principalement les comptes avec les privilèges les plus avancés) afin de s’infiltrer dans les systèmes et d’y voler des données en utilisant les identifiants usurpés. 

« Environ la moitié des organisations estiment que ces menaces internes sont de plus en plus difficiles à détecter, et les responsables informatiques sont extrêmement inquiets de ce que leurs utilisateurs peuvent faire avec les données de leur entreprise, déclare Andrew Kellet, analyste principal chez Ovum, le cabinet d’analystes en charge de l’enquête. Ce risque se combine avec la menace posée par les cyberattaques qui visent les comptes utilisateurs – ce qui n’est pas complètement ignoré puisque 30 % des organisations citent les Menaces Persistantes Avancées comme motivation principale pour l’amélioration des défenses contre le vol de données. »

Les principaux résultats de l’étude incluent :

  • Seulement 9 % des organisations européennes interrogées se sentent à l’abri des menaces internes contre 11% des entreprises françaises
  • 47 % des organisations estiment actuellement qu’il est plus difficile de détecter des incidents provenant des menaces internes qu’en 2012
  • Le contrôle d’accès aux données est identifié comme la plus grande menace pour les organisations. Pour certaines, les employés non-techniciens avec un accès autorisé aux données sensibles et aux ressources IT représentent le risque le plus important (49 %), tandis que pour d’autres, ce sont les postes de haut niveau tels que les Directeurs Administratifs et Financiers ou les PDG qui sont le principal risque (29 %)
  • Le passage au cloud augmente les risques de sécurité, en raison d’une perte de visibilité sur les mesures de sécurité autour des données stockées dans le cloud, représentant une inquiétude pour 62 % des personnes interrogées
  • Le Big Data peut également poser problème, avec plus de la moitié des entreprises concernées par la sécurité du Big Data (53 %) indiquant que des données sensibles peuvent y être contenues
  • Il y a de bonnes nouvelles : les organisations prennent des mesures pour lutter contre les menaces intérieures avec 66 % d’entre elles qui envisagent d’augmenter leurs budgets de sécurité en réponse directe à ce risque

« Les entreprises accentuent leur utilisation du cloud computing afin de profiter de la flexibilité et des avantages financiers qu’il apporte, indique Daniele Catteddu, Responsable EMEA pour la Cloud Security Alliance. L’étude démontre qu’elles sont conscientes des nouveaux risques lié à cet usage accru, et détaille la façon dont les fournisseurs peuvent améliorer leurs offres afin de mieux satisfaire les besoins des entreprises en matière de sécurité pour contrebalancer les menaces intérieures »

« Clairement, les exigences liées à la conformité légale, les contraintes concernant la vie privée et les vols de données incessants ont un effet marqué sur les entreprises, déclare Stewart Room, partenaire du Field Fisher Waterhouse’s Technology and Outsourcing Group. Avec 66% d’entre elles qui envisagent d’augmenter leurs dépenses en sécurité pour bloquer les menaces intérieures, et en fonction du défi que la protection des données dans le cloud, les environnements mobiles et Big Data représente, les entreprises comprennent que leur niveau de sécurité doit être mis à jour et font ce qu’il faut pour. »

De plus, les entreprises reconnaissent que le chiffrement est la technologie la plus efficace pour bloquer les menaces internes, avec la plus grande proportion des organisations (38 %) la citant comme la mesure de sécurité la plus importante.

« Malgré la fréquence croissante d’incidents liés aux menaces provenant de l’intérieur décrits dans les médias, le rapport démontre que les organisations sont encore aux prémices de la prise en compte de ces vecteurs de pertes de données, conclut Alan Kessler, PDG de Vormetric. Les résultats montrent une augmentation de la prise de conscience des menaces internes, mais la croissance rapide du volume d’informations sensibles dans une entreprise et l’utilisation de nouvelles technologies comme le cloud et le Big Data, rendent la perspective de sécuriser les données avec un nombre toujours plus grand de solutions ponctuelles, onéreuses et complexes. C’est un obstacle à la mise en place de nouveaux services. Avec ces nouvelles technologies, et avec la croissance des menaces qu’elles soient extérieures ou intérieures comme les MPA, les protections traditionnelles des postes et du périmètre réseau ne sont simplement plus efficaces. Pour se défendre efficacement, les entreprises doivent développer une approche data-centrée, mettre en œuvre du chiffrement et des contrôles d’accès pour limiter leur exposition, et tracer les accès aux données afin d’identifier les activités inappropriées des utilisateurs, en ayant une approche plateforme qui s’étend en parallèle avec le nombre croissant d’obligations et de contraintes en termes de protection de données, sans détourner une quantité démesurée des ressources de l’IT. »

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Un risque croissant de vol de données en raison de ‘menaces internes’ révélé par un rapport du cabinet Ovum

3rd avril, 2014

Cette étude commanditée par Vormetric met en évidence le faible contrôle des utilisateurs privilégiés au sein des entreprises françaises et la reconnaissance du chiffrement comme la technologie la plus efficace pour prévenir le risque des menaces intérieures. En outre, 53% des entreprises européennes trouvent ces menaces plus difficiles à détecter qu’auparavant. 

Vormetric, l’un des principaux experts de la sécurité des données de l’entreprise pour les environnements physiques, cloud ou virtuels, a révélé aujourd’hui les conclusions de l’enquête européenne « Insider Threat » dédiée aux menaces internes, conduite en 2014 par le cabinet d’analystes Ovum.

Cette enquête, réalisée auprès de plus de 500 décideurs dans le domaine des hautes technologies de moyennes et grandes entreprises au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, conclut que seuls 9% des entreprises se sentent à l’abri des menaces provenant de l’intérieur, avec presque la moitié des sondés en France (42%) reconnaissant que ce sont les « utilisateurs privilégiés » (administrateurs systèmes, de bases de données, réseaux, etc.) qui représentent le plus grand risque pour leur entreprise.

Les menaces intérieures ne proviennent plus seulement des utilisateurs habituels ayant des droits d’accès légitimes et qui en abuseraient pour voler des données et d’en retirer un gain personnel. Les utilisateurs privilégiés qui administrent les systèmes et les réseaux représentent désormais une inquiétude supplémentaire puisque leurs métiers requièrent évidemment un accès à toutes les données accessibles sur les systèmes pour effectuer leur travail. Une troisième menace intérieure identifiée comme étant particulièrement préoccupante concerne les infiltrations par des cybercriminels cherchant activement le moyen de compromettre des comptes d’utilisateurs internes (en visant principalement les comptes avec les privilèges les plus avancés) afin de s’infiltrer dans les systèmes et d’y voler des données en utilisant les identifiants usurpés. 

« Environ la moitié des organisations estiment que ces menaces internes sont de plus en plus difficiles à détecter, et les responsables informatiques sont extrêmement inquiets de ce que leurs utilisateurs peuvent faire avec les données de leur entreprise, déclare Andrew Kellet, analyste principal chez Ovum, le cabinet d’analystes en charge de l’enquête. Ce risque se combine avec la menace posée par les cyberattaques qui visent les comptes utilisateurs – ce qui n’est pas complètement ignoré puisque 30 % des organisations citent les Menaces Persistantes Avancées comme motivation principale pour l’amélioration des défenses contre le vol de données. »

Les principaux résultats de l’étude incluent :

  • Seulement 9 % des organisations européennes interrogées se sentent à l’abri des menaces internes contre 11% des entreprises françaises
  • 47 % des organisations estiment actuellement qu’il est plus difficile de détecter des incidents provenant des menaces internes qu’en 2012
  • Le contrôle d’accès aux données est identifié comme la plus grande menace pour les organisations. Pour certaines, les employés non-techniciens avec un accès autorisé aux données sensibles et aux ressources IT représentent le risque le plus important (49 %), tandis que pour d’autres, ce sont les postes de haut niveau tels que les Directeurs Administratifs et Financiers ou les PDG qui sont le principal risque (29 %)
  • Le passage au cloud augmente les risques de sécurité, en raison d’une perte de visibilité sur les mesures de sécurité autour des données stockées dans le cloud, représentant une inquiétude pour 62 % des personnes interrogées
  • Le Big Data peut également poser problème, avec plus de la moitié des entreprises concernées par la sécurité du Big Data (53 %) indiquant que des données sensibles peuvent y être contenues
  • Il y a de bonnes nouvelles : les organisations prennent des mesures pour lutter contre les menaces intérieures avec 66 % d’entre elles qui envisagent d’augmenter leurs budgets de sécurité en réponse directe à ce risque

« Les entreprises accentuent leur utilisation du cloud computing afin de profiter de la flexibilité et des avantages financiers qu’il apporte, indique Daniele Catteddu, Responsable EMEA pour la Cloud Security Alliance. L’étude démontre qu’elles sont conscientes des nouveaux risques lié à cet usage accru, et détaille la façon dont les fournisseurs peuvent améliorer leurs offres afin de mieux satisfaire les besoins des entreprises en matière de sécurité pour contrebalancer les menaces intérieures »

« Clairement, les exigences liées à la conformité légale, les contraintes concernant la vie privée et les vols de données incessants ont un effet marqué sur les entreprises, déclare Stewart Room, partenaire du Field Fisher Waterhouse’s Technology and Outsourcing Group. Avec 66% d’entre elles qui envisagent d’augmenter leurs dépenses en sécurité pour bloquer les menaces intérieures, et en fonction du défi que la protection des données dans le cloud, les environnements mobiles et Big Data représente, les entreprises comprennent que leur niveau de sécurité doit être mis à jour et font ce qu’il faut pour. »

De plus, les entreprises reconnaissent que le chiffrement est la technologie la plus efficace pour bloquer les menaces internes, avec la plus grande proportion des organisations (38 %) la citant comme la mesure de sécurité la plus importante.

« Malgré la fréquence croissante d’incidents liés aux menaces provenant de l’intérieur décrits dans les médias, le rapport démontre que les organisations sont encore aux prémices de la prise en compte de ces vecteurs de pertes de données, conclut Alan Kessler, PDG de Vormetric. Les résultats montrent une augmentation de la prise de conscience des menaces internes, mais la croissance rapide du volume d’informations sensibles dans une entreprise et l’utilisation de nouvelles technologies comme le cloud et le Big Data, rendent la perspective de sécuriser les données avec un nombre toujours plus grand de solutions ponctuelles, onéreuses et complexes. C’est un obstacle à la mise en place de nouveaux services. Avec ces nouvelles technologies, et avec la croissance des menaces qu’elles soient extérieures ou intérieures comme les MPA, les protections traditionnelles des postes et du périmètre réseau ne sont simplement plus efficaces. Pour se défendre efficacement, les entreprises doivent développer une approche data-centrée, mettre en œuvre du chiffrement et des contrôles d’accès pour limiter leur exposition, et tracer les accès aux données afin d’identifier les activités inappropriées des utilisateurs, en ayant une approche plateforme qui s’étend en parallèle avec le nombre croissant d’obligations et de contraintes en termes de protection de données, sans détourner une quantité démesurée des ressources de l’IT. »

By
@coesteve1
backtotop