Le groupe La Poste tire les enseignements d’un parcours en trois temps dans l’OPEN DATA

« DataPoste », l’Open Data Postal en action

Au coeur de la société et pivot des échanges physiques et numériques, Le Groupe La Poste a mis en oeuvre depuis 3 mois une démarche visant à encourager l’ouverture des données du Groupe et à stimuler une communauté d’utilisateurs et de développeurs. Faisant écho aux engagements de proximité, d’accessibilité et de transparence, cette démarche, « DataPoste », a permis d’accélérer les initiatives déjà engagées tout en renforçant la collaboration du Groupe avec l’écosystème Open Data.

Le programme « DataPoste » s’est déroulé en trois temps forts:

  • « DataHorizon » (4 décembre 2013) a permis aux postiers d’identifier les défis d’innovation, auxquels l’ouverture des données pouvait contribuer,
  • « DataScénario » (8 janvier 2014) a réuni postiers et communautés externes (designers, développeurs, bloggeurs, start-up et entreprises). Cette étape a permis de développer des scénarii d’usage, à partir des données du Groupe. Cette approche « par l’usage » a été l’occasion de définir les priorités en termes d’ouverture des données, en partant concrètement des besoins des utilisateurs,
  • « DataJam » (8 février 2014), la dernière étape.

« DataJam » : la journée de sprint dédiée au prototypage de services à partir de données postales

Troisième et dernier rendez-vous de ce premier cycle intensif d’Open Data, le « DataJam » s’est déroulé le 8 février 2014 au Numa. Il a consisté à faire développer, dans un laps de temps très court, des prototypes de services, répondant aux défis identifiés lors des étapes précédentes. Ce « sprint » de développement collaboratif a fait émerger des usages concrets au travers de démonstrations de réutilisation des données du Groupe.

A cette occasion, le Groupe La Poste a mis à disposition un certain nombre de jeux de données :

  • Les 17000 bureaux de poste, agences postales communales et relais poste commerçants (localisation, horaires, présence d’un GAB / DAB, automates d’affranchissement, photocopies, changeur de monnaie, conditions d’accessibilité),
  • Les espaces de retrait de colis « So Colissimo » (9153 bureaux de poste, 21 agences colis, 36 espaces Cityssimo),
  • Les données de tarifs Courrier et Colis grand public (listes des services, description, tarifs),
  • Les données RSE 2012-2013 du Groupe Mediapost Communication (les indicateurs RH – emploi, accidents, rémunération,…- et les indicateurs environnementaux – bâtiments, consommation d’énergie, consommation d’eau…-),
  • Les données relatives au parc de véhicules postaux géré par Véhiposte (kilométrage, émissions de CO2, date de mise en service)
  • Les données relatives au réseau des fournisseurs de Véhiposte (annuaire des constructeurs et réparateurs),
  • Les boîtes aux lettres de rue du la région Ile-de-France en version Beta (l’adresse la plus proche, les coordonnées X/Y, les horaires de levée, le numéro de la boîte aux lettres).

Différentes communautés se sont mobilisées pour réaliser des prototypes de services : designers, développeurs, bloggeurs, étudiants, agences, startups et entreprises étaient à nouveau au rendez-vous. Ils étaient 52, répartis en 12 équipes, à concourir dans cette dernière étape. A la clé, un prix de 5000 euros qui a été accordé respectivement aux trois meilleures réalisations, jugées selon plusieurs critères (coup de coeur, innovation, usages et perspectives de prolongement du projet).

Les trois équipes gagnantes

  • Equipe « Address as a platform »

ESRI France (entreprise spécialisée dans les Systèmes d’Information Géographique) et Smart Origin (jeune entreprise spécialisée dans le design et l’ingénierie logicielle) ont proposé un site web permettant à chaque habitant de saisir en ligne ses préférences en termes de services (postaux ou non). Ainsi, via une application mobile et/ou un QR code apposé sur la boîte aux lettres, le facteur aurait, par exemple, accès aux préférences de livraison (heures de passage, dépôt d’un colis chez les personnes de confiance sélectionnées…).
Le système reposerait sur une API qui permettrait de centraliser et d’enrichir, en temps réel, les bases de données d’adresses de La Poste, selon les informations transmises par le client et les facteurs.

  • Equipe « C’est arrivé près de chez vous »

Les créateurs du blog Raw Data Hunter, la société EKINO, des représentants de sociétés de conseil en innovation et un représentant de La Banque Postale ont proposé une application permettant à un destinataire de sélectionner des personnes tiers de confiance pour réceptionner son colis, le jour même de la livraison. Se créerait ainsi, sur une zone géographique donnée, un réseau social pour la réception de colis.
Fondé sur les principes de l’économie collaborative, le service génèrerait un revenu d’activité complémentaire pour ses contributeurs. En ligne de mire : personnalisation du service et réduction du nombre de colis non distribués.

  • Equipe « Melting Poste »

Les sociétés Ubimix (création d’interfaces) et Simplon.com (nouvelle fabrique de codeurs entrepreneurs), ainsi que des étudiants et une représentante de Mediapost Communication, ont proposé une application de « datavisualisation » interactive des données RSE du Groupe Mediapost Communication.
Cette application permettrait par exemple aux élus de rechercher facilement, à l’échelon local comme à l’échelon national, la contribution du Groupe Mediapost Communication en termes d’emplois et d’environnement.

En conclusion

La matière première générée par les trois temps de la démarche « DataPoste », à visée expérimentale, sera précieuse pour orienter les suites de la démarche de partage des données du Groupe La Poste et transformer le cas échéant les premiers prototypes en projets fonctionnels.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Le groupe La Poste tire les enseignements d’un parcours en trois temps dans l’OPEN DATA

11th février, 2014

« DataPoste », l’Open Data Postal en action

Au coeur de la société et pivot des échanges physiques et numériques, Le Groupe La Poste a mis en oeuvre depuis 3 mois une démarche visant à encourager l’ouverture des données du Groupe et à stimuler une communauté d’utilisateurs et de développeurs. Faisant écho aux engagements de proximité, d’accessibilité et de transparence, cette démarche, « DataPoste », a permis d’accélérer les initiatives déjà engagées tout en renforçant la collaboration du Groupe avec l’écosystème Open Data.

Le programme « DataPoste » s’est déroulé en trois temps forts:

  • « DataHorizon » (4 décembre 2013) a permis aux postiers d’identifier les défis d’innovation, auxquels l’ouverture des données pouvait contribuer,
  • « DataScénario » (8 janvier 2014) a réuni postiers et communautés externes (designers, développeurs, bloggeurs, start-up et entreprises). Cette étape a permis de développer des scénarii d’usage, à partir des données du Groupe. Cette approche « par l’usage » a été l’occasion de définir les priorités en termes d’ouverture des données, en partant concrètement des besoins des utilisateurs,
  • « DataJam » (8 février 2014), la dernière étape.

« DataJam » : la journée de sprint dédiée au prototypage de services à partir de données postales

Troisième et dernier rendez-vous de ce premier cycle intensif d’Open Data, le « DataJam » s’est déroulé le 8 février 2014 au Numa. Il a consisté à faire développer, dans un laps de temps très court, des prototypes de services, répondant aux défis identifiés lors des étapes précédentes. Ce « sprint » de développement collaboratif a fait émerger des usages concrets au travers de démonstrations de réutilisation des données du Groupe.

A cette occasion, le Groupe La Poste a mis à disposition un certain nombre de jeux de données :

  • Les 17000 bureaux de poste, agences postales communales et relais poste commerçants (localisation, horaires, présence d’un GAB / DAB, automates d’affranchissement, photocopies, changeur de monnaie, conditions d’accessibilité),
  • Les espaces de retrait de colis « So Colissimo » (9153 bureaux de poste, 21 agences colis, 36 espaces Cityssimo),
  • Les données de tarifs Courrier et Colis grand public (listes des services, description, tarifs),
  • Les données RSE 2012-2013 du Groupe Mediapost Communication (les indicateurs RH – emploi, accidents, rémunération,…- et les indicateurs environnementaux – bâtiments, consommation d’énergie, consommation d’eau…-),
  • Les données relatives au parc de véhicules postaux géré par Véhiposte (kilométrage, émissions de CO2, date de mise en service)
  • Les données relatives au réseau des fournisseurs de Véhiposte (annuaire des constructeurs et réparateurs),
  • Les boîtes aux lettres de rue du la région Ile-de-France en version Beta (l’adresse la plus proche, les coordonnées X/Y, les horaires de levée, le numéro de la boîte aux lettres).

Différentes communautés se sont mobilisées pour réaliser des prototypes de services : designers, développeurs, bloggeurs, étudiants, agences, startups et entreprises étaient à nouveau au rendez-vous. Ils étaient 52, répartis en 12 équipes, à concourir dans cette dernière étape. A la clé, un prix de 5000 euros qui a été accordé respectivement aux trois meilleures réalisations, jugées selon plusieurs critères (coup de coeur, innovation, usages et perspectives de prolongement du projet).

Les trois équipes gagnantes

  • Equipe « Address as a platform »

ESRI France (entreprise spécialisée dans les Systèmes d’Information Géographique) et Smart Origin (jeune entreprise spécialisée dans le design et l’ingénierie logicielle) ont proposé un site web permettant à chaque habitant de saisir en ligne ses préférences en termes de services (postaux ou non). Ainsi, via une application mobile et/ou un QR code apposé sur la boîte aux lettres, le facteur aurait, par exemple, accès aux préférences de livraison (heures de passage, dépôt d’un colis chez les personnes de confiance sélectionnées…).
Le système reposerait sur une API qui permettrait de centraliser et d’enrichir, en temps réel, les bases de données d’adresses de La Poste, selon les informations transmises par le client et les facteurs.

  • Equipe « C’est arrivé près de chez vous »

Les créateurs du blog Raw Data Hunter, la société EKINO, des représentants de sociétés de conseil en innovation et un représentant de La Banque Postale ont proposé une application permettant à un destinataire de sélectionner des personnes tiers de confiance pour réceptionner son colis, le jour même de la livraison. Se créerait ainsi, sur une zone géographique donnée, un réseau social pour la réception de colis.
Fondé sur les principes de l’économie collaborative, le service génèrerait un revenu d’activité complémentaire pour ses contributeurs. En ligne de mire : personnalisation du service et réduction du nombre de colis non distribués.

  • Equipe « Melting Poste »

Les sociétés Ubimix (création d’interfaces) et Simplon.com (nouvelle fabrique de codeurs entrepreneurs), ainsi que des étudiants et une représentante de Mediapost Communication, ont proposé une application de « datavisualisation » interactive des données RSE du Groupe Mediapost Communication.
Cette application permettrait par exemple aux élus de rechercher facilement, à l’échelon local comme à l’échelon national, la contribution du Groupe Mediapost Communication en termes d’emplois et d’environnement.

En conclusion

La matière première générée par les trois temps de la démarche « DataPoste », à visée expérimentale, sera précieuse pour orienter les suites de la démarche de partage des données du Groupe La Poste et transformer le cas échéant les premiers prototypes en projets fonctionnels.

By
@coesteve1
backtotop