Nielsen : les dépenses publicitaires toujours dynamiques dans le monde au 3ème trimestre

Nuage de mots : Buzz dans une Oreille

Mais un recul qui s’atténue en Europe

  • L’Europe impactée d’une baisse de 3,8% pour l’ensemble des trois premiers trimestres de 2013, mais un recul modéré de 0,4% au 3ème trimestre seul ;
  • Le display sur internet, l’affichage et la télévision ont connu les plus fortes augmentations de dépenses publicitaires ;
  • Industrie & Services et Produits de grande consommation parmi les secteurs les plus importants et les plus dynamiques ;

Les dépenses publicitaires ont augmenté de 3,2% dans le monde au cours des trois premiers trimestres de 2013, selon l’étude trimestrielle Nielsen Global AdView Pulse.

Le marché bataillé de la publicité en Europe a connu un léger répit au troisième trimestre, avec une baisse de seulement 0,4% pour au final une baisse de 3,8% sur les trois premiers trimestres de l’année. Comme anticipé lors du précédent rapport, la tendance en Europe semble prête à rebondir après avoir atteint son plus bas niveau.

D’autre part, la région Asie-Pacifique, moteur de la croissance publicitaire mondiale, continue de se développer : le marché y a progressé de 7,0% sur les trois premiers trimestres de l’année 2013.

La publicité sur internet championne de la croissance

Les dépenses publicitaires sur internet, en affichage et en télévision ont connu les plus fortes augmentations des dépenses au cours des trois premiers trimestres de 2013 par rapport à la même période de l’année précédente.

Les annonces display sur internet, bien que mesurées dans un sous-ensemble restreint de pays, ont augmenté de plus de 32% en 2013. Elles jouent notamment un rôle crucial dans la croissance des campagnes multi-écrans, qui devraient représenter 50% des budgets d’ici 3 ans (contre 20% aujourd’hui). La publicité extérieure / affichage est aussi en hausse de 5,1% d’une année sur l’autre.

Malgré la croissance rapide des budgets consacrés à la publicité sur Internet, la télévision continue de régner en maître avec une part de 57,6% des dépenses publicitaires et les annonceurs continuent à investir toujours plus… +4,3 % supplémentaires cette année. Même en Europe, où la totalité des dépenses publicitaires a connu une tendance négative pendant plusieurs trimestres consécutifs, les dépenses en télévision sont restées stables au cours des trois premiers trimestres de l’année.

Les annonceurs européens ont cependant coupé 6,5% de leurs dépenses publicitaires radio au cours des trois premiers trimestres de 2013. Globalement, le media radio a diminué de 0,7% sur la même période.
A noter aussi, les dépenses publicitaires ont diminué dans les journaux, les magazines et au cinéma (des baisses respectives de 2,2%, 1,1% et 1,3%), les annonceurs déplaçant de plus en plus leurs budgets publicitaires vers la télévision et le display sur le web.

« S’il n’est pas surprenant qu’Internet soit le média en plus forte progression chez les annonceurs, la télévision reste encore clairement au premier rang», dit Randall Beard, responsable mondial des Solutions Annonceurs chez Nielsen. « Mais le plus intéressant est de savoir comment les deux peuvent travailler ensemble. Nous voyons de plus en plus les annonceurs se tourner vers des campagnes intégrées afin de toucher les consommateurs sur plusieurs écrans, renforçant ainsi leurs messages et maximisant leur impact ».

Industrie & Services et produits de grande consommation, secteurs les plus dynamiques

L’industrie & les services, ainsi que les produits de grande consommation (PGC) consolident leur domination avec les plus fortes croissances en termes de dépenses publicitaires au cours des trois premiers trimestres de 2013.

Le secteur de l’industrie et des services (qui inclut l’immobilier)  a connu un gain impressionnant de 11,3% à l’échelle mondiale, largement tiré par un bond de 33,9% en Asie-Pacifique. Le secteur comprend également les services aux entreprises, les institutions et les catégories de l’énergie et de l’eau.

Les dépenses des annonceurs de grande consommation continuent de croître d’année en année, avec un gain de près de 6% dans le monde en 2013. Avec la part la plus importante (plus de 21% des dépenses publicitaires dans le monde), les PGC (qui comprennent l’alimentation, les boissons, les cosmétiques et l’hygiène beauté) ne montrent aucun signe de ralentissement.

D’autres secteurs, cependant, sont beaucoup plus en difficultés. Les annonceurs automobiles ont ainsi ralenti leurs dépenses publicitaires de 1,9% à l’échelle mondiale. En Europe, ils ont été encore plus loin, en réduisant leurs budgets de 11,2%, tandis que ceux de la région Asie-Pacifique ont réduit leurs dépenses de 6,8%.

Quant aux secteurs des vêtements et accessoires, mais aussi celui des services financiers, ils ont également enregistré une petite baisse de leurs dépenses publicitaires au cours des trois premiers trimestres de 2013, de 1,7 % et 1,0% respectivement.

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Nielsen : les dépenses publicitaires toujours dynamiques dans le monde au 3ème trimestre

Nuage de mots : Buzz dans une Oreille 6th février, 2014

Mais un recul qui s’atténue en Europe

  • L’Europe impactée d’une baisse de 3,8% pour l’ensemble des trois premiers trimestres de 2013, mais un recul modéré de 0,4% au 3ème trimestre seul ;
  • Le display sur internet, l’affichage et la télévision ont connu les plus fortes augmentations de dépenses publicitaires ;
  • Industrie & Services et Produits de grande consommation parmi les secteurs les plus importants et les plus dynamiques ;

Les dépenses publicitaires ont augmenté de 3,2% dans le monde au cours des trois premiers trimestres de 2013, selon l’étude trimestrielle Nielsen Global AdView Pulse.

Le marché bataillé de la publicité en Europe a connu un léger répit au troisième trimestre, avec une baisse de seulement 0,4% pour au final une baisse de 3,8% sur les trois premiers trimestres de l’année. Comme anticipé lors du précédent rapport, la tendance en Europe semble prête à rebondir après avoir atteint son plus bas niveau.

D’autre part, la région Asie-Pacifique, moteur de la croissance publicitaire mondiale, continue de se développer : le marché y a progressé de 7,0% sur les trois premiers trimestres de l’année 2013.

La publicité sur internet championne de la croissance

Les dépenses publicitaires sur internet, en affichage et en télévision ont connu les plus fortes augmentations des dépenses au cours des trois premiers trimestres de 2013 par rapport à la même période de l’année précédente.

Les annonces display sur internet, bien que mesurées dans un sous-ensemble restreint de pays, ont augmenté de plus de 32% en 2013. Elles jouent notamment un rôle crucial dans la croissance des campagnes multi-écrans, qui devraient représenter 50% des budgets d’ici 3 ans (contre 20% aujourd’hui). La publicité extérieure / affichage est aussi en hausse de 5,1% d’une année sur l’autre.

Malgré la croissance rapide des budgets consacrés à la publicité sur Internet, la télévision continue de régner en maître avec une part de 57,6% des dépenses publicitaires et les annonceurs continuent à investir toujours plus… +4,3 % supplémentaires cette année. Même en Europe, où la totalité des dépenses publicitaires a connu une tendance négative pendant plusieurs trimestres consécutifs, les dépenses en télévision sont restées stables au cours des trois premiers trimestres de l’année.

Les annonceurs européens ont cependant coupé 6,5% de leurs dépenses publicitaires radio au cours des trois premiers trimestres de 2013. Globalement, le media radio a diminué de 0,7% sur la même période.
A noter aussi, les dépenses publicitaires ont diminué dans les journaux, les magazines et au cinéma (des baisses respectives de 2,2%, 1,1% et 1,3%), les annonceurs déplaçant de plus en plus leurs budgets publicitaires vers la télévision et le display sur le web.

« S’il n’est pas surprenant qu’Internet soit le média en plus forte progression chez les annonceurs, la télévision reste encore clairement au premier rang», dit Randall Beard, responsable mondial des Solutions Annonceurs chez Nielsen. « Mais le plus intéressant est de savoir comment les deux peuvent travailler ensemble. Nous voyons de plus en plus les annonceurs se tourner vers des campagnes intégrées afin de toucher les consommateurs sur plusieurs écrans, renforçant ainsi leurs messages et maximisant leur impact ».

Industrie & Services et produits de grande consommation, secteurs les plus dynamiques

L’industrie & les services, ainsi que les produits de grande consommation (PGC) consolident leur domination avec les plus fortes croissances en termes de dépenses publicitaires au cours des trois premiers trimestres de 2013.

Le secteur de l’industrie et des services (qui inclut l’immobilier)  a connu un gain impressionnant de 11,3% à l’échelle mondiale, largement tiré par un bond de 33,9% en Asie-Pacifique. Le secteur comprend également les services aux entreprises, les institutions et les catégories de l’énergie et de l’eau.

Les dépenses des annonceurs de grande consommation continuent de croître d’année en année, avec un gain de près de 6% dans le monde en 2013. Avec la part la plus importante (plus de 21% des dépenses publicitaires dans le monde), les PGC (qui comprennent l’alimentation, les boissons, les cosmétiques et l’hygiène beauté) ne montrent aucun signe de ralentissement.

D’autres secteurs, cependant, sont beaucoup plus en difficultés. Les annonceurs automobiles ont ainsi ralenti leurs dépenses publicitaires de 1,9% à l’échelle mondiale. En Europe, ils ont été encore plus loin, en réduisant leurs budgets de 11,2%, tandis que ceux de la région Asie-Pacifique ont réduit leurs dépenses de 6,8%.

Quant aux secteurs des vêtements et accessoires, mais aussi celui des services financiers, ils ont également enregistré une petite baisse de leurs dépenses publicitaires au cours des trois premiers trimestres de 2013, de 1,7 % et 1,0% respectivement.

By
@coesteve1
backtotop