Qweeby signe la charte GS1 pour l’interopérabilité de la facture électronique

Businessman working on annual report - closeup on charts

La dématérialisation des factures requiert de l’interopérabilité. Pour favoriser cette interopérabilité et faciliter le déploiement de la facture électronique, GS1 France a établi une charte d’interopérabilité. Qweeby, promoteur de l’interopérabilité depuis sa création, fait partie des 25 opérateurs de dématérialisation signataires de la charte.

La dématérialisation des factures ne peut se réaliser en circuit fermé. L’interopérabilité des flux est une nécessité. Qweeby, opérateur de dématérialisation fiscale des factures client, met depuis sa création l’interopérabilité au cœur de sa proposition de valeur : dématérialiser TOUTES les factures clients d’un émetteur, quelles que soient les modalités fiscales et techniques applicables ou imposées par ses clients récepteurs. C’est à ce prix que l’émetteur des factures peut déployer à tout son portefeuille client et générer un rapide retour sur investissement réel.

GS1 France a élaboré une charte qui exprime la volonté des entreprises adhérentes de GS1, des éditeurs et des opérateurs des solutions de factures dématérialisées, de créer les conditions optimales d’un déploiement maîtrisé, serein et aussi rapide que possible de la facture électronique. « Nous sommes convaincus que l’interopérabilité entre les systèmes des entreprises est la condition nécessaire pour créer une chaîne d’approvisionnement efficace, économe, de qualité et sûre », rappelait Pierre Georget, CEO de GS1 France lors de la signature de la charte le 26 septembre 2013.

Trop souvent les contraintes et coûts imposés par l’opérateur du récepteur brident la volonté de l’émetteur de la facture de démarrer la dématérialisation. Les grands donneurs d’ordres avancés dans leur déploiement ont pour la plupart bien compris l’importance d’une approche interopérable. L’absence des opérateurs aux modèles techniques, commerciaux ou économiques contraires à l’interopérabilité a d’ailleurs notablement été remarquée lors de la signature de la charte GS1.

Pour Eric Wanscoor, président de Qweeby « Cette charte est un début et non un aboutissement. L’essentiel est devant nous. La facture électronique a besoin d’une d’interopérabilité comparable à celle de la téléphonique mobile où on peut appeler n’importe quel correspondant sans s’inquiéter de son opérateur, de sa localisation géographique ni des coûts. Où passer un appel ne requiert pas de monter un projet préalable ou de choisir le même opérateur que son correspondant. Pour le moment la facture électronique en est loin, très loin… »

Related Topics
Author
By
@coesteve1
Related Posts

Readers Comments


Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

In The News

Qweeby signe la charte GS1 pour l’interopérabilité de la facture électronique

Businessman working on annual report - closeup on charts 15th novembre, 2013

La dématérialisation des factures requiert de l’interopérabilité. Pour favoriser cette interopérabilité et faciliter le déploiement de la facture électronique, GS1 France a établi une charte d’interopérabilité. Qweeby, promoteur de l’interopérabilité depuis sa création, fait partie des 25 opérateurs de dématérialisation signataires de la charte.

La dématérialisation des factures ne peut se réaliser en circuit fermé. L’interopérabilité des flux est une nécessité. Qweeby, opérateur de dématérialisation fiscale des factures client, met depuis sa création l’interopérabilité au cœur de sa proposition de valeur : dématérialiser TOUTES les factures clients d’un émetteur, quelles que soient les modalités fiscales et techniques applicables ou imposées par ses clients récepteurs. C’est à ce prix que l’émetteur des factures peut déployer à tout son portefeuille client et générer un rapide retour sur investissement réel.

GS1 France a élaboré une charte qui exprime la volonté des entreprises adhérentes de GS1, des éditeurs et des opérateurs des solutions de factures dématérialisées, de créer les conditions optimales d’un déploiement maîtrisé, serein et aussi rapide que possible de la facture électronique. « Nous sommes convaincus que l’interopérabilité entre les systèmes des entreprises est la condition nécessaire pour créer une chaîne d’approvisionnement efficace, économe, de qualité et sûre », rappelait Pierre Georget, CEO de GS1 France lors de la signature de la charte le 26 septembre 2013.

Trop souvent les contraintes et coûts imposés par l’opérateur du récepteur brident la volonté de l’émetteur de la facture de démarrer la dématérialisation. Les grands donneurs d’ordres avancés dans leur déploiement ont pour la plupart bien compris l’importance d’une approche interopérable. L’absence des opérateurs aux modèles techniques, commerciaux ou économiques contraires à l’interopérabilité a d’ailleurs notablement été remarquée lors de la signature de la charte GS1.

Pour Eric Wanscoor, président de Qweeby « Cette charte est un début et non un aboutissement. L’essentiel est devant nous. La facture électronique a besoin d’une d’interopérabilité comparable à celle de la téléphonique mobile où on peut appeler n’importe quel correspondant sans s’inquiéter de son opérateur, de sa localisation géographique ni des coûts. Où passer un appel ne requiert pas de monter un projet préalable ou de choisir le même opérateur que son correspondant. Pour le moment la facture électronique en est loin, très loin… »

By
@coesteve1
backtotop